L’Exotisme : épisode 1/5 du podcast Jean-Paul Goude, c’est tout bon

Jean-Paul Goude à Saint-Mandé, dans les années 40
Jean-Paul Goude à Saint-Mandé, dans les années 40 - Archives privée Jean-Paul Goude
Jean-Paul Goude à Saint-Mandé, dans les années 40 - Archives privée Jean-Paul Goude
Jean-Paul Goude à Saint-Mandé, dans les années 40 - Archives privée Jean-Paul Goude
Publicité

Né en 1938 à Saint-Mandé, Jean-Paul Goude se souvient de ce qui, enfant, alimentait son inventivité et son imagination : l’Amérique, le pays natal de sa mère, et Broadway en particulier ; les fresques coloniales qui décoraient le palais de la Porte Dorée situé près de l’appartement familial.

Jean-Paul Goude explique dans ce premier volet ce que naître à Saint-Mandé, ville de banlieue mitoyenne de Paris, a signifié pour lui : issu de la petite bourgeoisie, il a très jeune voulu s’élever socialement et gagner son autonomie, "voir plus grand", découvrir le monde et y tenir un rôle. Fils d’un ingénieur et d’une danseuse américaine, Jean-Paul Goude s’est intéressé très tôt à tous les arts, et à une Afrique fantasmée à travers les Noirs américains. Plus que les matières académiques, il a aimé la mode, la musique noire américaine, le cinéma américain, les ballets new-yorkais. Sa mère dansait à Broadway. 

Jean-Paul Goude à Saint-Mandé, dans les années 40
Jean-Paul Goude à Saint-Mandé, dans les années 40
- Archives privées Jean-Paul Goude

À Saint-Mandé, il avait une bande d’amis avec laquelle il se promenait vers Montparnasse à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Il a rencontré d’autres artistes à une époque où le mélange entre des êtres d’horizons différents était plus facile. Les aventures professionnelles démarraient plus facilement aussi. Jean-Paul Goude a travaillé pour le magazine Lui, dont Jacques Lanzmann était rédacteur en chef, il a sympathisé avec le chanteur et parolier Jean-Jacques Debout "un petit génie", avec Jacques Prévert "une surprise colossale" et l’illustrateur Alain Le Saux.  

Publicité
Jean-Paul Goude avec sa maman Irène
Jean-Paul Goude avec sa maman Irène
- Archives privées Jean-Paul Goude

Bilingue, Goude s’est passionné pour les grands dessinateurs américains et les magazines qui les publiaient, comme le légendaire magazine Esquire. Esthétiquement, culturellement, le métissage le passionne ; il en fait un matériau de travail. Jean-Paul Goude ne pourrait peut-être plus aujourd’hui créer comme il l’a fait, sous peine d’être taxé d’appropriation culturelle.     

Une série d'entretiens proposée par Virginie Bloch-Lainé, réalisée par Thomas Jost. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Gilles Galinaro. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Bibliographie

L'équipe