Michel Rocard et Pierre Mendès France en mai 1981
Michel Rocard et Pierre Mendès France en mai 1981 ©Sipa - Boccon - Gibod
Michel Rocard et Pierre Mendès France en mai 1981 ©Sipa - Boccon - Gibod
Michel Rocard et Pierre Mendès France en mai 1981 ©Sipa - Boccon - Gibod
Publicité

A 83 ans, l’ancien Premier ministre de François Mitterrand prend ici le temps de détailler les mécanismes et histoires des différentes gauches. Lui qui s'affirme dans cet entretien comme "un socialiste suédois égaré en France depuis 50 ans".

Avec
  • Michel Rocard ancien Premier ministre socialiste de François Mitterrand

"C'est une dérive de conversation qui fait que le nom de deuxième gauche, inventé pour la CFDT, nous a été appliqué par une facilité journalistique. On a toujours pas accepté, surtout pas les officiels, surtout pas François Mitterrand, surtout pas Guy Mollet, surtout pas Gaston Defferre, de nous reconnaître pour ce que nous sommes : l'embryon en France d'une sociale démocratie vraie, qui n'existe pas."

"Je me considère comme un socialiste suédois égaré en France depuis 50 ans. Voilà ce que je suis intellectuellement."

Publicité

"J'ai beaucoup d'estime et d'amitié pour François Hollande, d'abord parce que c'est un homme loyal, c'est un homme droit, et c'est un homme intègre. Et cela fait du bien en politique quand même. Il n'est pas très compétent en économie, mais c'est le droit de tout le monde."

Par Jean-Michel Djian. Réalisation : Manoushak Fashahi. Prise de son : Frédéric Cayrou. Avec la collaboration de Claire Poinsignon. 5) L’identité de la Gauche