La Cerisaie de Babouchka : épisode 5/5 du podcast Marina Vlady : deux ou trois choses qu'on ne savait pas d'elle

Marina Vlady à la 10e cérémonie du Prix Henri-Langlois, le 30 mars 2015, à Paris, France
Marina Vlady à la 10e cérémonie du Prix Henri-Langlois, le 30 mars 2015, à Paris, France ©Getty - Foc Kan/WireImage
Marina Vlady à la 10e cérémonie du Prix Henri-Langlois, le 30 mars 2015, à Paris, France ©Getty - Foc Kan/WireImage
Marina Vlady à la 10e cérémonie du Prix Henri-Langlois, le 30 mars 2015, à Paris, France ©Getty - Foc Kan/WireImage
Publicité

Marina Vlady prolonge sa carrière à la télévision et dans l’écriture qui occupe une place de plus en plus prégnante dans sa vie.

Dans ce cinquième et dernier épisode, Marina Vlady évoque ses divers rôles dans des courts-métrages et à la télévision. Le film de Nadine Trintignant Victoire ou la douleur ressuscite le combat qu’elle, ses sœurs et bien d’autres ont mené pour obtenir le droit à l’avortement en France. "C'était notre histoire en fait, c'était un roman d'après la vie de toutes ces femmes du MLF, toutes ces femmes qui ont lutté pour obtenir le droit de disposer de leur corps, tout simplement."

Marina Vlady revient aussi sur son amitié avec la cinéaste Catherine Binet, compagne de Georges Perec, artiste maudite qui fut son amie pendant vingt-cinq ans. Elle lui consacre un livre, C’était Catherine B, qui fait le récit de son destin tragique et rend hommage au talent de la réalisatrice Des jeux de la comtesse Dolingen de Gratz, aujourd’hui salué par le monde du cinéma. "C'était une grande intellectuelle et une grande artiste. Elle a fait des films magnifiques sur la peinture. Elle avait un talent fou mais elle a été extrêmement maltraitée par elle par le métier."

Publicité

Pour aller plus loin

Bibliographie 

Filmographie sélective

  • Orage d’été de Jean Gehret (1949)
  • Dans la vie tout s’arrange de Marcel Cravenne et Bernard Vorhaus (1949)
  • Penne nere de Oreste Biancoli, avec Marcello Mastroianni (1952)
  • Avant le déluge d’André Cayatte, avec Bertrand Blier (1954)
  • Jours d’amour de Giuseppe de Santis et Leopoldo Savona (1954)
  • Les salauds vont en enfer de Robert Hossein (1956)
  • La Sorcière d'André Michel (1956)
  • Toi, le venin de Robert Hossein (1958)
  • La Fille dans la vitrine de Luciano Emmer, avec Lino Ventura (1961)
  • La Princesse de Clèves de Jean Delannoy et Jean Cocteau, avec Jean Marais (1961)
  • La Steppe de Alberto Lattuada (1961)
  • Les Sept Péchés capitaux de Sylvain Dhomme, Jacques Demy, Philippe de Broca, Édouard Molinaro, Jean-Luc Godard, Roger Vadim et Claude Chabrol (1962)
  • Splendor d'Ettore Scola (1988)
  • Les Jeux de la comtesse Dolingen de Gratz de Catherine Binet (1981)
  • Victoire, ou la Douleur des femmes, téléfilm en trois parties réalisé par Nadine Trintignant (2000).

Au théâtre

  • Vous qui nous jugez de Robert Hossein, mise en scène de l'auteur, Théâtre de L’œuvre (1957)
  • Jupiter de Robert Boissy, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre des Célestins (1957)
  • Les Trois Sœurs d’Anton Tchekhov, mise en scène André Barsacq, Théâtre Hébertot (1966)
  • Erendira et la grand-mère diabolique de Gabriel Garcia Marquez, mise en scène Augusto Boal, Théâtre de l’Est parisien (1983)
  • Sarcophagus de Vladimir Gubariev, adaptation d’Eric-Emmanuel Schmitt, mise en scène Jean-Luc Tardieu, Maison de la Culture de Loire-Atlantique, Nantes (1992)
  • La Source bleue de Pierre Lavillle, mise en scène de Jean-Claude Brialy, Théâtre Daunou (1994)
  • La Cerisaie d’Anton Tchekhov, mise en scène Georges Wilson, Espace Cardin (1999)
  • Vladimir Vyssotski ou le vol arrêté, mise en scène Jean-Luc Tardieu, Théâtre des Bouffes-Du-Nord (2006-2007)
  • Vladimir Vyssotski ou le vol arrêté, mise en scène Jean-Luc Tardieu, Théâtre Meyerhold (Moscou), invité par le Théâtre de la Nation (2009)
  • Les Dames du jeudi de Loleh Bellon, mise en scène de Christophe Lidon, Centre national de création d’Orléans (2009)
  • Les Dames du jeudi de Loleh Bellon, mise en scène de Christophe Lidon, Théâtre de l’Œuvre (2010)
  • Le Cavalier seul de Jacques Audiberti, mise en scène Marcel Maréchal, Théâtre 14 Jean-Marie Serreau (2014)

L'équipe