Catherine Nay avec Albin Chalandon, l'amour de sa vie. - Archives privées Catherine Nay
Catherine Nay avec Albin Chalandon, l'amour de sa vie. - Archives privées Catherine Nay
Catherine Nay avec Albin Chalandon, l'amour de sa vie. - Archives privées Catherine Nay
Publicité
Résumé

Dans ses Mémoires, elle avoue avoir connu deux grandes passions, mais elle ne parle que d’Albin Chalandon. L’ancien Résistant et ministre de la justice, mort à cent ans en 2020 et rencontré alors qu’il était marié, est l’une des figures majeures de sa vie. Catherine Nay a été une femme amoureuse.

En savoir plus

Catherine Nay explique pourquoi elle n’est pas à gauche. Selon elle, les gens de gauche se croient supérieurs aux gens de droite.

Elle revient sur les deuils : « des adieux à la vie d’avant. »  Elle a tenu lors de ces différents deuils, petit frère, père, frère aîné, mère, son meilleur ami Paul Guilbert, par la présence d’Albin Chalandon et de ses proches. Elle croit, comme François Mitterrand, aux « forces de l’esprit ».

Publicité

Catherine Nay continue à vouloir admirer. Elle se dit en quête d’admirations. Pour elle, le bonheur consiste également à avoir des projets.

Elle parle longuement de l’homme de sa vie, Albin Chalandon, de son « secret » quand il était un jeune résistant de 25 ans. Un secret dont il ne s’est jamais remis. Elle évoque les destins croisés d’Albin Chalandon et de Simon Nora, tous deux inspecteurs des finances et résistants.

D’Albin Chalandon, mort à plus de cent ans, elle note : « il emplissait ma vie ». Catherine Nay avoue n’avoir pas de position arrêtée sur la fin de vie.

Son «rosebud» à elle, ce petit rien qui vous révèle aux yeux des autres, est une ombrelle blanche offerte par sa grand-mère alors qu’elle avait 4 ans. Elle partait avec l’ombrelle loin, très loin, lorsqu’elle était une petite fille. Parfois, des gens la ramenaient car elle était partie seule à quatre kilomètres de la maison. Déjà, elle aimait l’indépendance.

Générique

Une série d'entretiens proposée par Marie-Laure Delorme. Réalisation : Véronique Lamendour. Prise de son : Eric Audra. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Bibliographie

La Double méprise, Grasset, 1980

Le Noir et le Rouge ou l’Histoire d’une ambition,  Grasset, 1984

L’Impétueux : Tourments, tourmentes, crises et tempêtes, Grasset, 2012

Souvenirs, souvenirs… Tome 1, Robert Laffont, 2019

Tu le sais  bien, le temps passe. Souvenirs, Souvenirs 2, Bouquins, 2021

Références

L'équipe

Daphné Abgrall
Collaboration
Sandrine Treiner
Coordination