Portrait de Claude Angeli ©Getty -  Frédéric Reglain/Gamma-Rapho
Portrait de Claude Angeli ©Getty - Frédéric Reglain/Gamma-Rapho
Portrait de Claude Angeli ©Getty - Frédéric Reglain/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

La presse est entrée dans une période de mutation, notamment avec l’émergence du numérique, le Canard fait figure d'exception : un site affichant la Une de la semaine, aucun article en ligne, ni abonnement. C'est à rebours de tous les journaux qui ont investi les écrans, pourquoi ?

avec :

Claude Angeli (rédacteur en chef du 'Canard enchaîné').

En savoir plus

Claude Angeli est journaliste au Canard enchaîné depuis un demi-siècle. Il en a été le rédacteur en chef pendant plus de 30 ans. Depuis son premier scoop (la publication des feuilles d'impôts de Chaban-Delmas), jusqu'aux révélations qui ont fait vaciller François Fillon, il raconte les coulisses des grandes affaires de la Vème République : " oui, le Canard a parfois changé le nom du futur président ".

Pour nous le navire amiral c'est le journal papier. Claude Angeli

Publicité

Je ne crois pas que l'on puisse être important sur la toile et en même temps préparer un bon numéro. Claude Angeli

Une grande feuille repliée, imprimée de rouge et de noir, sans publicité ni photo ! Le Canard enchaîné détonne, au moment où la presse se tourne vers le numérique. Claude Angeli défend le " modèle " du Canard, l'un des rares journaux encore prospère, alors que les concurrents se multiplient sur le web, à l'image de Mediapart.  Existe-t-il une rivalité avec Mediapart ?

C'est bien qu'il y ait une concurrence sur les enquêtes, ça réveille un peu la presse, vive la concurrence ! (...) L'affaire Cahuzac, nous l'avions mal vu venir, c'est une bonne leçon. (...) Nous avons été pris de court par Mediapart. Claude Angeli

Une série d'entretiens produite par Frédéric Says. Réalisation : Laurent Paulré. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Sandrine Mallon.

Pour en savoir plus