Plantu
Plantu
Plantu - Archives privées Plantu
Plantu - Archives privées Plantu
Plantu - Archives privées Plantu
Publicité
Résumé

« J’aime le dessin. J’aime la vie politique. J’aime le journal Le Monde. » C’est ainsi que Plantu définit ses centres d’intérêt. Plantu nous raconte son rapport à la vie politique ainsi qu’à ceux qui l’animent et qu’il a dessiné pendant tant d’années à la une du journal Le Monde.

En savoir plus

Plantu ne cache pas qu’il a toujours été à gauche. Sa famille c’est l’union de la gauche, le Parti Socialiste, ce qui n’a pas toujours été simple pour un dessinateur lorsque celle-ci est arrivée au pouvoir. Il lui a fallu prendre de la distance en 1981. Mais dessiner et garder sa liberté sont des priorités avec lesquelles il ne transige pas. Il cherche pour chaque homme politique le trait qui le caractérise et fera rire ou sourire ses lecteurs, les aidera à décrypter son dessin: une verrue sur la joue de Mitterrand (on lui reprochera), les mouches qui tournent autour de Nicolas Sarkozy–et que celui-ci a tout fait pour faire retirer–, la chaise à porteur et le catogan de Balladur, ou la petite langue de Raymond Barre, les chaussettes rouges de Bérégovoy sont passés à la postérité. Placer un drapeau français sur la tête de Chirac lui permettra de vaincre l’étonnement qui l’a saisi lorsque celui-ci est devenu président de la République.
Si Francois Hollande lui inspire une tête de concombre et s’il représente Emmanuel Macron en jaune en souvenir des gilets du même nom, cela lui attire souvent quelques difficultés: notamment lorsqu’il dessine Martine Aubry avec une trompe d’éléphant, insulte à sa féminité…

Sculpture de François Mitterrand par Plantu
Sculpture de François Mitterrand par Plantu
- Archives privées Plantu

« L’ennui avec les hommes politiques c’est qu’on croit faire leurs caricatures alors qu’on fait leur portrait » disait Sennep , autre dessinateur de notre époque.
Pourtant, la caricature est une tradition en France depuis bien longtemps et notamment au XIXe siècle. On se souvient de Louis-Philippe dessiné avec une tête en poire par Philipon, et surtout des caricatures et des sculptures de Daumier, sans oublier Gavarni, Caran d’Ache, célèbre pour son fameux dessin représentant une famille en pleine bagarre après avoir parlé de l’affaire Dreyfus, alors qu’ils avaient décidé de n’en pas parler avant le repas.
«On peut être à la fois très sage et très impertinent » dit-il, et ajoute-t-il : « Non, non, je ne suis pas gentil. On ne peut pas compter sur moi. Je me nettoie en faisant des dessins. Dessiner est un espace de liberté, et moi, cette liberté, je la prends. »
Défendre la liberté, lutter contre l’intolérance, voilà les valeurs qui guident les crayons de notre dessinateur.

Publicité

Générique

Une série d'entretiens proposée par Jérôme Clément. Réalisation : Jean-Philippe Navarre. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Mai Phuong Tran. Coordination Sandrine Treiner.

Pour en savoir plus

Le site de Cartooning for Peace

Les publications de Plantu dans Le Monde

500 dessins originaux de Plantu issus des collections de la BnF dans GALLICA

Bibliographie

Publications de Plantu aux Editions du Seuil