Marc Ferro en 1987 ©Getty - Sophie Bassouls
Marc Ferro en 1987 ©Getty - Sophie Bassouls
Marc Ferro en 1987 ©Getty - Sophie Bassouls
Publicité
Résumé

Premier entretien avec Marc Ferro qui revient sur les débuts de sa carrière d'historien, comment il s'est intéressé aux images historiques et à travers elles, à la propagande qu'elles pouvaient véhiculer.

avec :

Marc Ferro (historien spécialiste de la Russie et de l’Union Soviétique).

En savoir plus

Marc Ferro était l'invité d'"A voix nue" en 2006 et s'entretenait avec Benjamin Stora. Il raconte comment il en est venu au milieu des années 1960 à s'intéresser aux images historiques, c'était dans le cadre de la préparation de sa thèse sur la Révolution d'Octobre.

J'ai vu qu'il y avait deux histoires, une que les images révélaient, une que les textes indiquaient et qu'il fallait les confronter, les croiser. 

Publicité

Alors à partir de ce moment là, ça a démarré en flèche et je ne me suis plus intéressé qu'aux images pour les comparer aux textes. Il déplore que ce qu'il voit comme étant les deux aspects du travail d'un historien, analyse des images et comparaison avec d'autres sources écrites, ne soit pas si partagé que cela. "Les cinéastes maintenant ont un peu tendance à juger qu'ils peuvent aussi bien écrire l'histoire que les historiens", et cela amène à des "dérives", constate-t-il.

Les historiens répugnent à analyser les images. Après avoir étudié les images d'actualité, documentaires..., j'ai regardé les films de fiction et les films de fiction m'apprenaient aussi beaucoup sur la société. C'est à dire qu'ils m'apprenaient autre chose. Un peu comme les romans au 19ème siècle apprenaient sur la société française, les films apprennent sur la société du 20ème siècle.  

La manipulation des images, leur falsification, Marc Ferro en a été le témoin concernant les images de l'Union soviétique, mais il remarque que les textes, les discours peuvent aussi faire l'objet de falsification, "les images, simplement, elles ne sont pas plus manipulées que d'autres manières de s'exprimer". Il évoque l'émission "Histoire parallèle" diffusée de 1989 à 2001 et qui connaissait un grand succès. L'émission tentait de mettre en parallèle images et propagande.

Je ne suis pas artiste, par conséquent, la fiction, qui est de la créativité, ce n'est pas mon affaire. Et en histoire, d'une certaine façon, c'est une transformation du savoir positif qui est pour moi suspecte, même si je crois que ce sont souvent les films de fiction qui apportent le plus à la connaissance historique.  

Une production de Benjamin Stora, réalisée par Franck Lilin. Prise de son : Benjamin Vignal. 

Cette série d'entretiens a été diffusée sur France Culture du 11 au 15 décembre 2006.

Références

L'équipe

Benjamin Stora, le 25 janvier 2018
Benjamin Stora, le 25 janvier 2018
Benjamin Stora
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Sandrine Treiner
Coordination