©Getty - Eric Fougere/VIP Images/Corbis
©Getty - Eric Fougere/VIP Images/Corbis
©Getty - Eric Fougere/VIP Images/Corbis
Publicité
Résumé

Multitâche, multicasquette, homme à tout faire sur ses tournages, mais également producteur et exploitant d'une salle de cinéma indépendante baptisée "Le Desperado", Jean-Pierre Mocky, dans ce 4e volet d'entretiens, revient sur sa pratique d'un cinéma "low-cost" qu'aucun revers ne semble décourager.

avec :

Jean-Pierre Mocky (Réalisateur, scénariste, producteur, comédien).

En savoir plus

Interrogé par Alain Kruger, Jean-Pierre Mocky explique pourquoi et à quel point il place l'esprit de dérision au cœur de son cinéma, et revendique une filiation avec la tradition des cinémas d’Europe de l’est.

Mais dans ce dernier volet d'entretiens, le cinéaste revient surtout sur son rapport à l'argent, sur la façon dont il parvient à faire fonctionner une salle de cinéma indépendante grâce aux subventions publiques, et sur sa difficulté grandissante à financer ses films aujourd'hui. Mais contrairement à des nombreux réalisateurs contraints d'arrêter de tourner faute de moyens, et parce qu'il accepte d'y assurer tous les postes ou presque, de réalisateur à chef décorateur, voire à faire encore l’acteur lui-même s'il le faut, Mocky continue à faire des films à petit budget. Provocateur, il va jusqu'à prétendre être capable de réaliser un film avec 100 euros. 

Publicité
Références

L'équipe

Alain Kruger
Production
Claire Poinsignon
Collaboration
Sandrine Treiner
Coordination