Publicité
En savoir plus

Par Séverine Liatard. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Prise de son : François Rivalan. Attachée de production : Claire Poinsignon.

Nicole Notat est la première femme à avoir dirigé une grande confédération syndicale. Elle a été secrétaire générale de la CFDT de 1992 à 2002.

Publicité

Issue d’une famille d’agriculteurs, elle choisit de devenir institutrice et rencontre le syndicalisme au moment de Mai 68. Les thèmes de l’autogestion défendus par la CFDT d’alors l’attirent. Nicole Notat obtient rapidement des responsabilités au niveau régional, en Lorraine puis au niveau national lorsqu’elle entre à la commission exécutive de la CFDT en 1982. Les dirigeants de la centrale veulent absolument promouvoir une femme au moment où le modèle masculin-industriel n’est plus dominant. La CFDT veut résolument se mettre à l’heure des travailleuses.

La confédération opère dans le même temps un recentrage vers un syndicalisme contractuel, un syndicalisme à l’allemande qui négocie avec l’État mais aussi avec le patronat dans un contexte de crise économique et structurelle. Nicole Notat hérite de cette nouvelle ligne et la défend par conviction alors que le paysage syndical se recompose peu à peu entre la CFDT, la CGT et FO. Les relations avec l’État, qu’il soit de gauche ou de droite, se transforment également.

Alors que le nombre de syndiqués augmente, la contestation interne opposée à une vision jugée réformiste du syndicalisme gronde. Les dissidents créent une nouvelle organisation indépendante SUD-PTT.

En 1995, Nicole Notat défend le plan Juppé se bornant à appeler à la manifestation des fonctionnaires contre la mise en cause de leur régime de retraite. Elle est alors affublée de l’image de briseuse de grèves face à un mouvement social de contestation aux commandes de la CGT et de FO. Pourtant, après ce profond désaccord qui plus est avec une partie de la base du syndicat, Nicole Notat - et la CFDT avec elle - se relèvera plus forte encore pour devenir une femme de premier plan, une personnalité incontournable de la vie économique et politique française.

1/ La rencontre avec le syndicalisme