France Culture
France Culture
Publicité

Par Simone Douek, réalisation Brigitte Alléhaut Noëlle Lasne est aujourd'hui médecin du travail. C'est l'étape actuelle de son parcours, qui s'est à chaque fois enrichi de l'expérience précédente. Après ses études de médecine qui ont succédé à des études littéraires, elle s'est installée dans un cabinet de médecin généraliste en ville, dans le quartier de la Bastille, à Paris. Les contingences économiques et aussi le goût de l'exploration d'autres expériences l'ont menée à Médecins sans frontières , où elle a été responsable de la Mission France. Elle a exercé dans les dispensaires de Médecins sans Frontières , ces lieux extrêmes, comme elle le dit, observant le fonctionnement de ces structures d’accueil dans le système médical institutionnel. Depuis ce lieu d'observation, pendant plusieurs années, elle a démonté pièce par pièce, puis dénoncé le refus d’hospitalisation pour les personnes privées de sécurité sociale. C’est ce qu’elle appelait « la résistance ordinaire à la destruction des personnes ». De ces observations, et de cette pratique, est née la loi CMU (Couverture maladie universelle), qu'elle a élaborée quasiment mot à mot avec son équipe de Médecins sans frontières , en la défendant auprès des pouvoirs politiques. Comme on le sait, la loi a été effective en janvier 2000. C'est avec le même militantisme qu'elle pratique maintenant la médecine du travail, dans différentes institutions, publiques ou privées. Noëlle Lasne est une personne qui décrit le monde dans lequel elle vit et travaille. Il est important pour elle, dans le métier qu'elle pratique aujourd'hui, de témoigner de « l’atteinte des corps au travail, celle qui est produite par le travail, et de la maladie au travail, telle qu’elle y est vécue. » Elle nous fait sentir comme une évidence, de façon simple et proche, que les patients qu'elle reçoit ont des corps, dont elle entend les plaintes, et auxquels elle est attentive. Mais elle ne les traite pas comme des fragments de personnes humaines, comme elle l'a trop vu faire dans la pratique hospitalière au cours de ses études. Les corps qu'elle rencontre dans sa pratique de la médecine du travail, qui sont souvent les outils d'un métier qui les use, se démembrent, se délabrent. Noëlle Lasne écoute la femme de ménage raconter comment elle abuse d'un coude usé à l'extrême, et un menuisier, comment il a rajouté une prothèse à sa main mutilée pour continuer à travailler, deviennent les outils de leur asservissement. Pour sa pratique médicale, quelle qu'elle soit, le langage, oral ou écrit, a une importance capitale ; en l'écoutant, on devient conscient du rôle perturbateur, voire explosif, de la simple description d'une situation. Par la simple description linéaire d'un fait, la parole devient politique ; les corps qu'elle considère deviennent à leur tour des corps politiques. « Il n’y a rien de plus passionnant que la parole humaine », dit-elle. * Outre les ouvrages auxquels Noëlle Lasne a apporté sa contribution (bibliographie ci-dessous), elle est l’auteur de nombreux articles, notamment : * - « Conduite à tenir devant une fracture sociale du membre inférieur », * Les Echos* , 1996. - « Trop tard pour être un homme », * Le Monde Débats * , 1996. - « Comment soigner sans exclure, * Migrations santé* , 1991. - « Petits arrangements avec les vivants », * Agora « Ethique médecine et société » * , 1997. - « Mieux vaut prévenir que guérir », * Agora « Ethique médecine et société » * , 1994. - « Le prix de l’acte médical gratuit », * Agora « Ethique médecine et société » * , 1994. Et elle collabore régulièrement, depuis 1990 à la revue * Pratiques, les cahiers de la médecine utopique * : - adresse postale : 52 Rue Gallieni 92240 Malakoff France Tel : 0146578585 - site web : http://www.pratiques.fr/ - courriel : revuepratiques@free.fr - Rubrique : Limites du savoir faire médical en situation de précarité « Le contretemps », janvier 1998. « Les gestes du pire », juillet 1998. « Je ne rigole pas avec ça », octobre 2000. « Des pieds et des mains », juillet 2000. - Autour d’une couverture maladie universelle : « Un seul droit pour un seul corps », 1998. « Contribution, assistance et citoyenneté », 1999. « Carnet de route », avril 2000. « Des nouvelles d’ailleurs, mai 2001. « La CMU est-elle à vendre ? Cherchez l’erreur », avril 2002. - Accès aux soins des étrangers : « L’homme arbre », 1994. « Hippocrate et les étrangers », 1994. « Pour le droit des étrangers malades », septembre 2001. « La maladie clandestine », avril 2004. « L’hôpital africain », juillet 2004. « Si près si loin », octobre 2004. - Médecine du travail : « Du plomb dans l’aile », juillet 2007. « Le temps compté », juillet 2007. « Mot contre Mot », janvier 2009. - Divers : « C’est de cet enfant là que je ne veux pas », janvier 2001. « Une minable affaire personnelle », juillet 2006. - Karine Chassaing, Christine le Clainche, Noëlle Lasne, Anne-Marie Waser, * Travailler avec un cancer. Regards croisés sur les dispositifs d’aménagement des conditions de travail et sur les ressources mobilisées pour tenir ensemble travail et santé* , Rapport de recherche du Centre d’études de l’emploi remis à l’ARC et l’INC, 2009.