Plongée dans le monde judiciaire : épisode 2/5 du podcast Noëlle Herrenschmidt, aquarelliste sans limites

La salle des pas perdus du palais de justice de Paris, août 2021.
La salle des pas perdus du palais de justice de Paris, août 2021. - © Noëlle Herrenschmidt
La salle des pas perdus du palais de justice de Paris, août 2021. - © Noëlle Herrenschmidt
La salle des pas perdus du palais de justice de Paris, août 2021. - © Noëlle Herrenschmidt
Publicité

Noëlle Herrenschmidt est devenue spécialiste du dessin d’audience depuis qu’elle a couvert en 1987 le procès Barbie, premier procès en France pour crimes contre l’humanité. Elle a ensuite couvert d’autres procès, dont certains historiques avant de faire un livre sur le Palais de justice de Paris.

Avec

Tout a commencé en 1987 quand pour le journal La Croix Noëlle Herrenschmidt est partie à Lyon couvrir le procès Barbie, un procès historique. A ce moment-là, elle ne connaît rien à la justice. C'est le procureur général Pierre Truche qui lui ouvre les portes de la connaissance du monde judiciaire : « cet homme a jeté un regard bienveillant sur mes dessins, et m'a donné en direct mes premiers cours de droit. » Ce procès a été une expérience déterminante.

Voir, écouter, transmettre

Après, il y eut d’autres procès, Papon, Touvier, Clearstream, Dumas, sang contaminé, etc. À chaque fois cependant, la même démarche : représenter ce qu’elle a devant les yeux le plus fidèlement possible, et dessiner l’émotion : « même la pire des terreurs comme l'était Barbie, peut dans certains cas laisser paraître une part d'humanité. (...) « Papon, lui très à l'aise, avec son thé et son journal, je n'ai jamais identifié de changements sur son visage. Il n'a jamais eu envie de montrer autre chose que ce qu'il paraissait », analyse Noëlle Herrenschmidt. Elle se souvient aussi de la déposition marquante de Juliette qui soutenait le regard de Papon : « c'était une bataille de regards dont elle était toujours gagnante. » Ces dessins sont rassemblés dans le livre Mémoires de justice. Les Procès Barbie, Touvier, Papon, avec les textes de Michel Zaoui, qui fut l’un des avocats de parties civiles dans les trois procès.

Publicité

Parallèlement à ces dessins d’audience, Noëlle Herrenschmidt a fait plusieurs reportages sur le monde judiciaire, dont le premier en 1992 a donné lieu à une publication (la première d’une longue série) trois ans plus tard, Les carnets du palais. Regards sur le Palais de justice de Paris, avec les textes d’Antoine Garapon.

Générique

Une série d’entretiens proposée par Caroline Broué. Réalisation Jean-Philippe Navarre. Chargée de programmes : Daphné Abgrall. Prise de son : Alexandre Martin. Coordination : Florian Delorme.

Pour aller plus loin

Le site de Noëlle Herrenschmidt

Bibliographie complète

Noëlle Herrenschmidt, les 36 couvertures de Pomme d’Api

Bibliographie sélective

Juger le 13-Novembre. Une réponse démocratique à la barbarie. Noëlle Herrenschmidt, Arthur Dénouveaux, Antoine Garapon (Ed. de La Martinière, novembre 2022).

Dans les coulisses de la loi. Noëlle Herrenschmidt : Reportage et aquarelles avec Sebastien Miller, préface d'Antoine Garapon (Ed. de La Martinière, 2016).

Carnets du Palais. Antoine Garapon et Noëlle Herrenschmidt, Albin Michel 2000, réédition Lexis Nexis 2016.

Mémoires de justice. Les Procès Barbie, Touvier, Papon. Noëlle Herrenschmidt, Michel Zaoui, Antoine Garapon (Ed. Seuil, 2009).

Corps et âmes, itinéraires spirituels en France. Reportage et aquarelles : Noëlle Herrenschmidt, post face d’Antoine Garapon (Ed. La Martinière, 2009).

L'Hôpital, à la vie, à la mort. Noëlle Herrenschmidt : reportages et aquarelles (Ed. Gallimard 2003).

Carnets de prisons. Noëlle Herrenschmidt et Patrick Mounaud (Ed. Albin Michel 1997).

Carnets du Vatican. Reportage et aquarelles : Noëlle Herrenschmidt (Ed. Albin Michel, 1999).

Carnets de la Gendarmerie. Reportage et aquarelles : Noëlle Herrenschmidt (Ed. Albin Michel, 1998).

Dans le sillage des boat people. Noëlle Herrenschmidt et Marina Diva (Ed. Albin Michel Jeunesse, 1993).

L'équipe