Denis Lavant dans "Ubu Roi" au Festival d'Avignon, 2001
Denis Lavant dans "Ubu Roi" au Festival d'Avignon, 2001 ©AFP - GERARD JULIEN
Denis Lavant dans "Ubu Roi" au Festival d'Avignon, 2001 ©AFP - GERARD JULIEN
Denis Lavant dans "Ubu Roi" au Festival d'Avignon, 2001 ©AFP - GERARD JULIEN
Publicité

Dans ce troisième entretien, Denis Lavant réfléchit à la relation qu’il entretient avec le théâtre et les personnages qui l’habitent, ainsi qu’aux rapports de pouvoir et de séduction existant entre le metteur en scène et le comédien.

Avec

Au théâtre, Denis Lavant a joué les œuvres des plus grands : Shakespeare, Jarry, Brecht, Thomas Bernhard, Kleist, Molière, Beckett, Koltès. Nominations aux César et aux Molière, Molière 2015 pour un Céline éblouissant.

Denis Lavant a prêté ses traits à une foule de personnages : ceux de Shakespeare, Rabelais, Tchékhov, Hugo, Jarry, Brecht, Thomas Bernhard, Molière, Beckett, Koltès, Henry Miller... Le comédien a joué, à ce jour, dans 72 spectacles, c’est donc toute une vie consacrée au théâtre

Publicité

Denis Lavant joue le clown Auguste dans la pièce de théâtre Le sourire au pied de l’échelle (Henry Miller, 1948). Pour Denis Lavant jouer au théâtre, c’est quelque chose qui permet d’exorciser beaucoup de choses. Et de se laver aussi, de se purger, et de s’emparer de forces étrangères, de ses démons, et de leur tordre le cou. Il y a une sorte d’opération chamanique. 

Denis Lavant - récompensé aux Molières en 2015, pour le spectacle Faire danser les alligators sur la flûte de pan-réfléchit à la relation qu’il entretient avec le théâtre et les personnages qui l’habitent, ainsi qu’aux rapports de pouvoir et de séduction existant entre le metteur en scène et le comédien.

Plus on fait la démarche de jouer un personnage en tant que comédien, plus on a affaire à des auteurs qui sont très riches, qui témoignent d’une grande densité d’expérience humaine, plus on va vers de l’humain, et plus on va vers de l’humain quand on montre un personnage, plus c’est un être composite et complexe que l’on va donner à voir ou à entendre. Quelque chose qui est plein de facettes, de cellules, qui n’est pas une entité bien dessinée, et qui n’est pas un stéréotype. Denis Lavant

Une série d'entretiens proposée par Dani Legras, réalisée par Nathalie Salles. Prise de son : Laurent Macchietti.

Sur scène

La Dernière Bande jusqu'au 30 novembre à l'Athénée théâtre Louis-Jouvet

Texte de Samuel Beckett

Mise en scène Jacques Osinski

Interprété par Denis Lavant

Bibliographie 

  • Passant par la Russie, Denis Lavant (Ed. Seguier).
  • Le sourire au pied de l’échelle, Henry Miller
  • Voyage au bout de la nuit, Louis Fernand Céline
  • Lettres, Louis Fernand Céline
  • Ubu Roi, d’Alfred Jarry 
  • Théâtre complet de William Shakespeare 

Pour aller plus loin