Portrait d'Alain Prochiantz au Collège de France, le 12 novembre 2015
Portrait d'Alain Prochiantz au Collège de France, le 12 novembre 2015 ©AFP - AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA  MIGUEL MEDINA
Portrait d'Alain Prochiantz au Collège de France, le 12 novembre 2015 ©AFP - AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA MIGUEL MEDINA
Portrait d'Alain Prochiantz au Collège de France, le 12 novembre 2015 ©AFP - AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA MIGUEL MEDINA
Publicité

Alain Prochiantz affirme qu'il n’a pas de souvenirs d’enfance car il a commencé à vivre tard. Né en 1948, de parents médecins, il se construit un devenir de neurobiologiste en débutant par l’étude du virus jaune du navet. Du légume au cerveau, premiers pas d’un scientifique anti-conformiste.

Avec

D’origines juives lettones et basques, mais aussi orthodoxes arméniennes, Alain Prochiantz né en 1948 a été baptisé et a fini par choisir l’athéisme, même s’il n’est « pas facile de ne pas croire ». Il se présente en adepte du « comité anti racines » et n’aime parler ni de sa famille, ni de son enfance.

Lors de son entrée à l’Ecole normale supérieure, Alain Prochiantz ne savait pas ce qu’il voulait faire, mais a très vite eu le désir de passer à l’action et de mener ses recherches dans les laboratoires.

Publicité

Je n’ai pas du tout la vocation scientifique […] .Je me suis décidé d’aimer ce que je faisais plutôt que de faire ce que j’aimais. C’est très raisonnable dans beaucoup de situations de la vie. Alain Prochiantz

Pour Alain Prochiantz, il faut prendre le risque de la rêverie quand on fait de la science et c’est, entre autres, dans les bibliothèques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) qu’Alain Prochiantz fait des rencontres décisives dans les livres.

La rêverie fait partie de ce que j'appelle la science nocturne. Alain Prochiantz

Durant ses années de formation et de lectures, Alain Prochiantz nourrit sa passion pour les formes du vivant. Entré en 1976 dans le laboratoire de Jacques Glowinski au Collège de France, il consacre peu à peu ses travaux au changement de forme des neurones. Cela le conduit à faire une découverte majeure.

Par Antoine Beauchamp. Réalisation : Vincent Decque. Prise de son : Yann Fressy.

Pour aller plus loin

Bibliographie complète d'Alain Prochiantz sur le site du Collège de France

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe