Arnaud et Jean-Marie Larrieu, avec Denis Lavant, sur le tournage de '21 nuits avec Pattie'
Arnaud et Jean-Marie Larrieu, avec Denis Lavant, sur le tournage de '21 nuits avec Pattie'
Arnaud et Jean-Marie Larrieu, avec Denis Lavant, sur le tournage de '21 nuits avec Pattie' - © Jérôme Prébois/Arena Films
Arnaud et Jean-Marie Larrieu, avec Denis Lavant, sur le tournage de '21 nuits avec Pattie' - © Jérôme Prébois/Arena Films
Arnaud et Jean-Marie Larrieu, avec Denis Lavant, sur le tournage de '21 nuits avec Pattie' - © Jérôme Prébois/Arena Films
Publicité
Résumé

Des Derniers jours du monde, leur grand film apocalyptique incompris, à Tralala, retour au Lourdes natal en comédie musicale, en passant par le très cru 21 nuits avec Pattie, les Larrieu continuent, malgré les aléas de production, leur exploration du pouvoir du langage et du miracle des apparitions.

avec :

Jean-Marie Larrieu (Cinéaste), Arnaud Larrieu (cinéaste).

En savoir plus

Dans ce quatrième épisode, Arnaud et Jean-Marie Larrieu reviennent sur le tournage des Derniers jours du monde, adaptation du roman total et donc inadaptable de leur ancien professeur de cinéma, Dominique Noguez, un film spectaculaire à la française et très ambitieux initié après le grand succès en salle de Peindre ou faire l’amour. Le Voyage aux Pyrénées avait été un film rapidement fabriqué (en un an, de son écriture quasi automatique au montage) et conçu comme une fantaisie en attendant de faire leur gros film. Mais son relatif insuccès en salle, comparé aux chiffres du précédent, a compliqué le financement de leur film apocalyptique Les Derniers jours du monde, aggravé par le désistement de la Warner en raison d’une vraie catastrophe, celle-là : la crise financière de 2008. Les techniciens chevronnés nécessaires à un film de cette ampleur partent un à un, et ils se retrouvent à filmer des centaines de figurants avec l’équipe du Voyage aux Pyrénées, des techniciens venus du cinéma d’auteur, à l’exception là encore d’un grand chef opérateur, Thierry Arbogast, qui s’amuse beaucoup sur ce tournage itinérant après les lourds plateaux des films de Luc Besson. Ou comment attaquer l’Himalaya, quand on a grimpé dans les Pyrénées… Le tout avec enthousiasme, et une joie d’inventer, voir cette séquence restée mythique de Mathieu Amalric et Omhyra Mota courant nus dans la nuit parisienne sur Ton style de Léo Ferré.

Le film, malheureusement pas reçu, à sa sortie, comme il aurait pu ou dû l’être, est pour les Larrieu l’occasion d’enfin filmer Karin Viard, qui s’est livrée corps et âme à leur cinéma après le rendez-vous raté d’Un homme, un vrai, un de ses grands regrets. Elle ne fait finalement pas appel à la doublure venue du cinéma pornographique qu’ils avaient prévue pour la scène de sexe conjugal, et on la retrouvera dans L’amour est un crime parfait et 21 nuits avec Pattie.

Publicité

Cinéma et paysages

Après une crise de confiance suite au tournage et à l’échec en salle des Derniers jours du monde, pendant laquelle ils travaillent sur un projet inabouti de film sur le cinéma, les Larrieu se voient proposer par un producteur l’adaptation d’un roman de Philippe Djian, Incidences. Le style leur plaît, ils le transporteront dans les dialogues très littéraires de L’amour est un crime parfait, avec ce professeur de littérature, encore joué par Mathieu Amalric, tueur en série et menteur compulsif. L’occasion de mettre dans sa bouche leurs réflexions sur les rapports entre cinéma et paysage, et de reconstituer une Suisse de cinéma, une nouvelle infidélité alpine due au désir de filmer de la neige, un « sujet tabou » dans les Pyrénées.

Sujet tabou toujours, le plaisir féminin. La Pattie de 21 nuits avec Pattie existe réellement, les Larrieu l’ont rencontrée dans un dîner estival dans leur village fétiche de Castans, dans la Montagne Noire. Elle y racontait avec liberté, drôlerie et truculence ses aventures sexuelles dans les bals de village. L’idée du film nait alors : faire naître des images troublantes dans l’esprit du spectateur, juste par des mots. Mais des mots dits par Karin Viard, dont ils savaient qu’elle pourrait tenir le texte avec gaieté, grâce à beaucoup de travail, consistant en une leçon de Jean Renoir : " lire et relire le texte pour casser les clichés et qu’advienne la vraie nature de l’actrice. " Un film sur les mots, donc, sur la littérature, à nouveau, mais celle qui vient de l’oralité, des forêts. Et sur l’écoute, avec le personnage d’Isabelle Carré. Et aussi sur le corps, avec cette idée étonnante de faire jouer une morte par une danseuse et chorégraphe, Mathilde Monnier.

Une très belle rencontre, qui se poursuivra, 6 ans après, sur le film suivant, Tralala (coffret DVD-Bluray), où Mathilde Monnier fera les chorégraphies de danseurs qui n’en sont pas, pas plus qu’ils ne sont chanteurs dans cette comédie musicale où les Larrieu retrouvent la ville de leur enfance et adolescence, Lourdes, et l’amateurisme de leur début : " le cinéma pour ceux qui n’ont pas le cinéma chez eux, du cinéma consolateur, où on donne la parole et le chant à ceux qui, en général, en sont privés. " Après un aparté sur le lien entre la grotte de Lourdes et les boites de nuit ou le Palais du Festival de Cannes, ils raccordent ce dernier film en date à leur premier long métrage, Un homme, un vrai : le lien, c’est Philippe Katerine, qui devait jouer dans Tralala et en écrire la musique et les chansons, mais dont la disparition a laissé la place à ce qu’ils voulaient vraiment faire sans le savoir, c’est-à-dire raconter comment un homme resté au pays devient le chanteur qu’il aurait toujours dû être. Manière renoirienne et rossellinienne de ne pas tricher avec la réalité du tournage, puisque c’est un authentique chanteur, le seul du film, Bertrand Belin, qui interprète l’homme en question.

Générique

Une série d’entretiens proposée par Antoine Guillot. Réalisation : Agnès Cathou. Prise de son : Arthur Gerbault. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Filmographie

Courts métrages

Court voyage, Jean-Marie Larrieu, fiction, 1987

Temps couvert, Arnaud Larrieu, documentaire, 1988

Les Baigneurs, Jean-Marie Larrieu, fiction, 1991

Ce jour-là, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, documentaire, 1992

Bernard ou les apparitions, Arnaud Larrieu, fiction, 1993

Madonna à Lourdes, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction et documentaire, 2001

La Brèche, de Roland Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2001

Les fenêtres sont ouvertes, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, documentaire, 2007

Les Comédiennes, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2007

Longs métrages

Fin d’été, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 1999

Un homme, un vrai Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2003

Peindre ou faire l’amour, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2005

Le Voyage aux Pyrénées, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2008

Les Derniers jours du monde, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2009

L’amour est un crime parfait, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2013

21 nuits avec Pattie, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction 2015

Tralala, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, fiction, 2021

Bibliographie

Le cinéma d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu, entretiens avec Quentin Mével, Independencia Editions 2015