Un Leica autour du cou : épisode 1/5 du podcast Marie-Laure de Decker : photographe au regard clair

Marie-Laure de Decker, Saïgon, 1970
Marie-Laure de Decker, Saïgon, 1970 - © Marie-Laure de Decker
Marie-Laure de Decker, Saïgon, 1970 - © Marie-Laure de Decker
Marie-Laure de Decker, Saïgon, 1970 - © Marie-Laure de Decker
Publicité

Ou comment, Marie-Laure de Decker, ravissante jeune fille de bonne famille dans le Saint-Germain des Prés des années 1960 devient photoreporter, en allant là où les autres (et les femmes en particulier) ne vont pas : le champ de bataille, en y posant un regard en contre-champ.

Avec

Avant de rencontrer (et de photographier) presque par hasard Roland Topor, Marie-Laure de Decker, issue d'une bonne famille dans le Saint-Germain-des-Prés des années 1960, est mannequin chez Madame Grès. Mais tandis que mai 68 est passé par là et que se crée l’agence de presse Gamma, l’envie de tout bousculer pousse la jeune mannequin à prendre un billet pour le Vietnam, et réaliser son rêve ultime : devenir photoreporter. La guerre, les GI's... Elle se rend de préférence là où les autres, et les femmes en particulier, ne vont pas. Et déjà le choix de ne pas montrer le champ de bataille, mais le "contre-champ" de ces populations qui continuent de vivre malgré le fracas des armes.

Une série d'entretiens produite par Emilie Aubry, réalisée par Clémence Gross. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Benjamin Thuau. Coordination : Sandrine Treiner.

Publicité

Pour aller plus loin

Bibliographie

  • 1991, Pretoria, Afrique du Sud, (Ed. Elocoquent, 2015).
  • Apartheid, (Ed. Democratic Books, 2010).
  • Vivre pour voir, (Ed. Maison Européenne de la Photographie, 2001).
  • Pour le Tchad, Marie-Laure de Decker et Ornella Tondini (Ed. Le Sycomore, 1978). 

L'équipe