Une enfance dans le Sud : épisode 1/5 du podcast Paul Vecchiali, la fantaisie et la mélancolie

Le cinéaste Paul Vecchiali au Festival de Locarno en 2014
Le cinéaste Paul Vecchiali au Festival de Locarno en 2014 ©Getty - Pier Marco Tacca/WireImage
Le cinéaste Paul Vecchiali au Festival de Locarno en 2014 ©Getty - Pier Marco Tacca/WireImage
Le cinéaste Paul Vecchiali au Festival de Locarno en 2014 ©Getty - Pier Marco Tacca/WireImage
Publicité

Dans ce premier épisode, Paul Vecchiali évoque son enfance auprès d'une mère italienne grandie dans les quartiers populaires de Toulon et d'un père rescapé de la Grande guerre et accusé de collaborationnisme en 1945. Et les prémices de sa cinéphilie.

Avec

Le cinéaste français Paul Vecchiali est mort le mercredi 18 janvier 2023 à l’âge de 92 ans. Polytechnicien de formation, cet artiste multiple, également écrivain et producteur, était né à Ajaccio en 1930. Figure du cinéma frondeur, il est l’auteur d’une cinquantaine de films dont une trentaine de longs-métrages parmi lesquels Femmes femmes (1974) ou Rosa la Rose fille publique (1986). Paul Vecchiali était aussi un grand cinéphile, ancien compagnon de la Nouvelle vague et collaborateur aux Cahiers du Cinéma.

En 2016, il avait accordé un long entretien à Lucile Commeaux à l'occasion de cette série d'A voix nue.

Publicité

Paul Vecchiali a réalisé depuis le début des années soixante des dizaines de films pour le cinéma et la télévision, certains connus comme Femmes Femmes qui est un film culte pour beaucoup, ou Rosa la Rose fille publique. D'autres moins connus, L'Etrangleur, Change pas de main, méritent qu'on les revoie. A quatre-vingt six ans il continue sa route singulière dans le paysage du cinéma français, il aime toujours autant Danielle Darrieux, les actrices, sa mère, la Méditerranée, la littérature. Il n'aime pas le système poussiéreux du cinéma français, le politiquement correct, la critique, il regrette certaines trahisons, mais sans amertume.

Dans ce premier épisode, le réalisateur ses origines populaires : une mère institutrice, d'origine italienne qui a grandi dans les quartiers pauvres de Toulon, un père, ancien berger, soldat survivant de la Grande guerre et accusé de collaborationnisme en 1945. Et dans sa chambre d'enfant, les prémices d'une grande cinéphilie : des milliers de photographies de Danielle Darrieux.

  • Une série d'A voix nue proposée par Lucile Commeaux
  • Réalisation : Anne-Pascale Desvignes
  • Attachée de production : Claire Poinsignon

L'équipe