Installation artistique réalisée par le sculpteur Dmytro Iv, intitulée "Zastrelis" (tire-toi une balle) installée en mai 2022 à Kiev. ©Getty - Future Publishing
Installation artistique réalisée par le sculpteur Dmytro Iv, intitulée "Zastrelis" (tire-toi une balle) installée en mai 2022 à Kiev. ©Getty - Future Publishing
Installation artistique réalisée par le sculpteur Dmytro Iv, intitulée "Zastrelis" (tire-toi une balle) installée en mai 2022 à Kiev. ©Getty - Future Publishing
Publicité
Résumé

Comment soutenir les artistes ukrainiens, ceux qui sont partis comme ceux qui sont restés ? Reiko Yoshida cheffe de l'unité des programmes sur la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO nous explique les aides mises en place.

En savoir plus

L’UNESCO lance actuellement un programme pour que les artistes ukrainiens puissent poursuivre leurs activités de création et que les populations continuent, malgré la guerre, à avoir accès à la culture. De nombreux artistes ayant perdu simultanément leurs revenus et leur matériel, le paysage artistique du pays fait face à une situation catastrophique dans laquelle la diversité de ses expressions culturelles est réduite à peau de chagrin. Pour en savoir plus au sujet des projets entrepris par l’UNESCO afin de remédier à cette situation, Marie Sorbier s’est entretenue avec Reiko Yoshida, cheffe de l’unité des programmes sur la diversité des expressions culturelles à l’UNESCO.

UNESCO et ONG au service des artistes

Alors que les combats continuent en Ukraine, quels sont les moyens mis en place par l’UNESCO pour soutenir les artistes ukrainiens depuis le début de l’offensive russe ?

Publicité

« Soutenir les artistes aujourd’hui c’est soutenir les sociétés de demain. Pour cela l’UNESCO a mis en place deux projets d’aide aux artistes. Le premier a pour vocation de soutenir les artistes qui fuient la guerre et cherchent à se relocaliser dans des pays voisins, orchestré avec l’ONG finlandaise Artists at Risk. » Reiko Yoshida

Cette ONG a notamment commencé à accueillir des artistes ukrainiennes à Paris, soutenues par les financements de l’UNESCO, également reversé à une vingtaine d’artiste partout en Europe. L’idée étant de permettre aux artistes de renouer avec leurs arts :

« On aide les artistes à trouver des institutions d’accueils, afin qu’ils soient logés et pris en charge durant trois mois pour commencer. Aussi, on essaye de mettre en réseau ces artistes avec des artistes locaux pour créer une synergie, un ancrage dans un circuit local. » Reiko Yoshida

L’UNESCOa également mis en place un second projet afin de soutenir les artistes ukrainiens restés au pays :

« Nous travaillons avec une ONG ukrainienne appelée Museum of Contemporary Art, qui a pour vocation de mettre en place un système de soutien aux artistes et aux professionnels de la culture ayant vu leur activité culturelle disparaître avec le début de la guerre. » Reiko Yoshida

6 min

Un schéma à appliquer ailleurs

Si l’UNESCO veille également à protéger le patrimoine matériel de l’Ukraine, ces deux programmes sont axés sur l’humain, en apportant un soutien fort aux artistes vivants et à la création contemporaine :

« L’UNESCO croît que les arts et la culture d’aujourd’hui sont les patrimoines de demain. Il faut autant les soutenir que les préserver, promouvoir la base artistique contemporaine pour que la société puisse profiter de cette richesse culturelle dans le futur. » Reiko Yoshida

Enfin, ces projets montés en réaction au conflit russo-ukrainien auront-ils pour vocation d’être pérennes après-guerre ou sont-ils restreints à la temporalité de l’attaque russe ?

« Tout dépendra de l’évolution de la situation sur place. En tout cas l’application de tels programmes nous aide à plaider la cause des artistes en situation de conflit. Ce qui se passe en Ukraine aide à ce que l’UNESCO multiplie ses efforts auprès des conflits du monde entier. » Reiko Yoshida

8 min
Références

L'équipe

Marie Sorbier
Production
Alexandre Fougeron
Réalisation
Pierre Bouyer
Stagiaire