Eugène Green : "Condamner une langue c'est condamner une culture"

Un troupeau de moutons paît le long des pentes verdoyantes du Col d’Iraty au Pays Basque français.
Un troupeau de moutons paît le long des pentes verdoyantes du Col d’Iraty au Pays Basque français. ©Getty - Crédits : Julio Donoso/Sygma
Un troupeau de moutons paît le long des pentes verdoyantes du Col d’Iraty au Pays Basque français. ©Getty - Crédits : Julio Donoso/Sygma
Un troupeau de moutons paît le long des pentes verdoyantes du Col d’Iraty au Pays Basque français. ©Getty - Crédits : Julio Donoso/Sygma
Publicité

À l’occasion du dernier film d’Eugène Green « Atarrabi et Mikelats » sorti en salle le 1er septembre, le cinéaste revient au micro de Marie Sorbier sur l’importance des langues régionales, principalement le basque, comme témoin d’une culture.

Avec

À l’occasion du dernier film d’Eugène Green "Atarrabi et Mikelats" sorti en salle le 1er septembre, le cinéaste revient au micro de Marie Sorbier sur l’importance des langues régionales, principalement le basque, comme témoin d’une culture.

Eugène Green, né à New-York,  est tombé amoureux de la langue basque. Ce cinéaste, dramaturge et écrivain, dont l’œuvre est traversée par des questionnements profonds, presque terrien mais d’une beauté formelle qui cependant nous élève, s’exprime en français au micro de Marie Sorbier avec une virtuosité et nous révèle son amour des langues.

Publicité

Eugène Green est certes attaché à la langue basque pour sa sonorité mais pour lui une vision du monde singulière s’attache à chaque langue et chacune d’entre elles façonne intérieurement la personne qui la parle. C’est sa façon d’aimer la diversité. En révisant le nombre de langue ou en ne respectant pas la spécificité de chaque langue, on commet alors un acte de violence, non seulement contre les locuteurs d’une langue mais contre l’humanité en général. 

Le Conseil constitutionnel s'est prononcé et a jugé contraire à la Constitution française la pratique immersive des langues régionales à l'école publique. Dès lors, proposer un film en basque est un acte de résistance. "Atarrabi et Mikelats" est un film de fiction qui parle de la liberté et des choix que doit faire chaque personne, et c’est aussi un acte politique. Selon Eugène Green, ce jugement du Conseil constitutionnel constitue un acte de violence jacobine. 

C'est incompréhensible qu’au XIXème siècle, on en arrive encore là. Grâce à ces écoles immersives au pays basque Nord, le basque a été sauvé et les autres langues régionales commencent aussi à renaître. Les condamner revient à condamner ces langues et à les faire disparaître.

Faire un film en basque est donc pour lui une manière de se positionner politiquement. C’est un véritable acte de résistance car condamner une langue revient à condamner une culture. Selon Eugène Green, la culture est inséparable de la langue. Les basques ont une culture très originale et très riche ; par conséquent, contribuer à faire disparaître la langue c’est condamner la culture qui s’y attache. 

L’anglais ou le patois saxo normand est une langue privilégiée. Cette langue étrangère, le patois saxo-normand est une description très exacte de cet idiome selon Eugène Green. En effet, La loi Fioraso autorise l’enseignement en anglais dans les universités car L’Etat encourage l’enseignement en langue étrangère, mais refuse la langue régionale. On ne peut donc pas pratiquer la langue basque dans les institutions excepté dans les cours de civilisation basque à l’université.  Ainsi, on ne peut assister à des cours de mathématique ou de philosophie en basque alors que cela est possible en anglais. 

La mission des artistes est peut être alors de soutenir, ou en tout cas de résister ou de s'opposer à ces lois qui appauvrissent la culture. C’est l’engagement d’Eugène Green ; qui, par ailleurs n’a pas seulement tourné des films en basque mais dans de nombreuses langues étrangères, notamment le français qui est devenu sa première langue et sa langue d’expression ; mais également, en portugais et en italien.

Les Chemins de la philosophie
58 min
Hors-champs
44 min
Affaire en cours
9 min

Actualité : "Atarrabi et Mikelats" d'Eugène Green sorti en salle le 1er septembre.

L'équipe