Le spectacle vu chez soi à la télé est-il toujours aussi vivant ?
Le spectacle vu chez soi à la télé est-il toujours aussi vivant ?
Le spectacle vu chez soi à la télé est-il toujours aussi vivant ? ©Getty -  Liu Chi San / EyeEm
Le spectacle vu chez soi à la télé est-il toujours aussi vivant ? ©Getty - Liu Chi San / EyeEm
Le spectacle vu chez soi à la télé est-il toujours aussi vivant ? ©Getty - Liu Chi San / EyeEm
Publicité
Résumé

Suite au lancement de la chaîne de télévision gratuite Culturebox le 1er février 2021, le philosophe et spécialiste des médias Yves Citton revient au micro de Marie Sorbier sur la manière dont ce canal éphémère peut modifier notre capacité d'attention face au spectacle vivant.

avec :

Yves Citton (Professeur de littérature et médias à l'Université Paris 8 et co-directeur de la revue Multitudes).

En savoir plus

Entre magazines culturels et retransmissions de spectacles, la chaîne gratuite Culturebox se veut le relais des artistes qui peinent à présenter leurs créations alors que tous les lieux de culture sont fermés depuis des mois. Pour interroger la manière ce nouveau canal de diffusion atteint la matière même de ces créations, le philosophe et spécialiste des médias Yves Citton est au micro de Marie Sorbier.

En 2014, Yves Citton théorisait dans son ouvrage Pour une écologie de l'attention (Seuil, 2014) que, si nous sommes dans une surconsommation d'images, nous vivons dans le même temps un déficit de l'attention. Les biens culturels, pourtant, nécessitent une attention accrue : se concentrer deux heures dans une salle de théâtre ou lire un roman de 300 pages représentent bel et bien un effort. Comment concilier télévision et captations de spectacles ? 

Publicité

Quand on parle d'attention, on parle de déficit. Il y a tellement de choses, on n'a pas le temps de se concentrer, de rester une heure ou deux sur la même oeuvre sans être dérangé : c'est une question de quantité. Yves Citton

Mais justement, avec des plateformes Culturebox, il peut être intéressant de se pencher sur la question de la qualité attentionnelle plutôt que sur celle de la quantité. Quel est le type d'attention que suscite la télévision et les spectacles qui y sont diffusés ? Pour Yves Citton, ces retransmissions s'apparentent souvent plus à des simulations que de véritables spectacles où le public ressent la présence des artistes. Pour rétablir cette sensation de présence, la diffusion en direct, ou live, peut offrir une solution.

En live, il y a un aspect présentiel lorsque quelque chose est en train de se passer, même si cela se passe à l'autre bout de la planète. Etant donné que Culturebox vient de commencer, comment arriver à une autre forme de télévision ?                
Yves Citton

Pour Yves Citton, parvenir à une forme d'improvisation serait un moyen d'obtenir de la part du spectateur une attention de qualité. Problème : les programmes télévisés ont tendance à bannir l'improvisation. Le direct est aussi limité que possible pour éviter aux médias télévisés que quoi que ce soit échappe à leur attention. 

Tant qu'à faire des extravagances face au virus, pourquoi ne pas diffuser du spectacle vivant réalisé dans des conditions de direct, moins maîtrisées et plus improvisées ? Cela pourrait donner une expérience d'attention nouvelle où, qu'on soit concentré ou non, on découvre un matériau différent, où se rencontrent l'attention des artistes sur le plateau de télévision et celle du spectateur.                
Yves Citton

Par ailleurs, Culturebox est une chaîne qui se destine à disparaître lorsque le spectacle vivant pourra à nouveau se produire en salles, devant un public. Pour Yves Citton, le caractère éphémère de cette chaîne invite à en faire un terrain d'expérimentation.

L'idée est de vivre le moment et de le vivre ensemble. Il s'agit d'être présent à la fois dans l'espace et dans le temps, de ressentir la vivacité du moment qui est en train de se faire. Peut-être qu'il y aura des problèmes, mais ça fait justement partie de la vie. On retrouverait une attention beaucoup plus vive.                
Yves Citton 

D'ordinaire, les captations de spectacle servaient d'outil de travail ou de mémoire. Mais face au contexte sanitaire, elles sont l'objet de l'attention du public. Faut-il craindre ce pansement circonstanciel ou bien le plébisciter ? Le spectacle vivant doit-il exister à tout prix, même à celui d'un apprauvissement, voire d'une négation de son essence ?

Derrière cette angoisse légitime, il y a le fantasme que les choses se remplacent les unes les autres. Pourtant, les choses ont plutôt tendance à s'accumuler. Ce n'est pas parce qu'il y a Culturebox qu'il n'y aura plus de spectacle vivant en présentiel. Dès lors qu'on essaye de faire quelque chose de différent, du live ou des captations, en cherchant à déplacer les cadres, à montrer d'autres choses, cela peut donner envie de voir d'autres formes de spectacle. Il y a d'autres contingences d'ordre socio-économique, le fait que les gens soient très pris par leur travail, plutôt que le fait qu'ils n'aient plus envie d'aller au spectacle.                
Yves Citton

Pour aller plus loin :

  • Retrouvez Yves Citton mercredi 3 février à 11h dans la programmation du festival en ligne Hors piste organisé par le Centre Pompidou, lors d'un dialogue avec le cinéaste Jacques Perconte.
  • Son ouvrage Pour une écologie de l'attention, paru en 2014 au Seuil, sera prochainement disponible en format poche.

À réécouter : "La culture du milieu est en danger"

Références

L'équipe

Marie Sorbier
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Lucile Commeaux
Collaboration
Hugo Altmayer
Collaboration
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation