Pavol Truben "Under Pressure"
Pavol Truben "Under Pressure" - © BielaNoc
Pavol Truben "Under Pressure" - © BielaNoc
Pavol Truben "Under Pressure" - © BielaNoc
Publicité

La Nuit Blanche fête ses 20 ans. Katty Hartl, directrice artistique et programmatrice nous dit tout de cette édition anniversaire.

Créée en 2002 par la Ville de Paris, la Nuit Blanche expose plus de 4 000 artistes français et internationaux et attire plus d’un million de visiteurs chaque année. De Bilbao à Bratislava ou de Taipei à Tel Aviv, plus de 30 villes du monde ont repris le concept : samedi 1er octobre 2022 de 19h à 5h du matin, l’art deviendra accessible à tous.

Paris, un jardin des délices

Kitty Hartl, directrice artistique et programmatrice en charge de cette 20e édition, a choisi comme fil conducteur le célèbre tableau de Jérôme Bosch (1450 – 1516) Le Jardin des délices. Selon les historiens d'art, ce triptyque serait un "spéculum nuptiarum", c'est-à-dire un miroir nuptial, servant à instruire les nouveaux mariés de l'importance du respect des liens du mariage. Sa rencontre avec le collectif néerlandais Smack, qui en a lui-même proposé des interprétations numériques, lui a permis de mettre à exécution cette idée. La multitude de symboles qui émanent de ce triptyque est à la fois un miroir de notre temps et une critique acerbe de la société. Revisiter cette œuvre multiforme permet d'avoir un accès très généreux à l'art.

Publicité

D'autres œuvres seront disséminées dans la capitale afin de former un parcours muséal de trois heures, ouvert aussi bien aux aficionados de l'art, qu'aux personnes qui ne fréquentent pas habituellement les musées. La question du dialogue entre les œuvres et le public prévaut ainsi sur la question du goût.

58 min

"Je voulais présenter moins d'œuvres, mais des œuvres qui ont tout de suite un impact." Kitty Hartl

Élargir les frontières des villes grâce à la nuit

Établir un dialogue la nuit, propice à la rêverie, entre les œuvres et le public, notamment un public qui ne fréquente habituellement pas les musées, le pari de Kitty Hartl ne s'arrête pas là. En effet, cette édition propose aussi 110 projets entre la Métropole du Grand Paris et 23 villes partenaires comme Le Havre par exemple. Une grande traversée qui rapproche les cités grâce au fleuve, la Seine, qui les traverse.

2024 oblige, le sport est également présent pour cette édition à travers des Olympiades. Massimo Furlan présentera "Le Cauchemar de Séville", une pièce qui retrace le match historique de la Coupe du monde entre la France et la RFA, qui a eu lieu en 1982. Une œuvre sur la mémoire et l'oubli qui aura lieu en direct, et sans ballon :

"Des commentateurs réciteront le match à l'identique pour que le public puisse suivre. C'est vraiment une dramaturgie, c'est presque shakespearien." Kitty Hartl

Massimo Furlan - Le Cauchemar de Séville (Stade Charléty)
Massimo Furlan - Le Cauchemar de Séville (Stade Charléty)
- © Benjamin le Bellec

Des célébrations nocturnes à croquer

Pour les 20 ans de la Nuit Blanche d'autres performances physiques sont proposées aux passagers de la nuit. Ces derniers auront la chance d'entrer au Châtelet où "Le cabaret du Burlesque" proposera des mini-show tout au long de la soirée, ou encore à l'Hôtel de ville où la chanteuse actrice Kristen Bell est invitée à produire un récital sur les compositions de Lynch, dont elle est la muse.

À l'occasion de cet anniversaire, le public est par ailleurs invité à goûter les 15 000 macarons que la Maison du célèbre pâtissier chocolatier Pierre Hermé aura préparés. Ce "Picasso de la pâtisserie" a lui aussi été inspiré par le triptyque de Bosch et présente une sculpture éphémère monumentale : le "Jardin des Macarons", version pâtissière du Jardin des Délices.

Le jardin des macarons
Le jardin des macarons
- © Pierre Hermé

Retrouver ici le programme de la Nuit Blanche.