Bague d'or et de platine, ornée d'un diamant rose et d'autres diamants. Collection privée.
Bague d'or et de platine, ornée d'un diamant rose et d'autres diamants. Collection privée.
Bague d'or et de platine, ornée d'un diamant rose et d'autres diamants. Collection privée. - Photo © Christie's Images, Bridgeman Images
Bague d'or et de platine, ornée d'un diamant rose et d'autres diamants. Collection privée. - Photo © Christie's Images, Bridgeman Images
Bague d'or et de platine, ornée d'un diamant rose et d'autres diamants. Collection privée. - Photo © Christie's Images, Bridgeman Images
Publicité
Résumé

La panthère rose n'est pas le détective que l'on croit ; il s'agit en réalité du nom d'un diamant de couleur rose. Léonard Pouy, historien de l'art et professeur à l'école des arts joailliers nous en dit plus sur cette gemme très recherchée.

En savoir plus

Avant sa célèbre adaptation en dessin animé, la Panthère Rose était associée à la comédie policière de 1963, avec en vedette Peter Sellers, et son indémodable générique. Pourtant, en réalité, « panthère rose » désigne en premier lieu un diamant de couleur rose, objet de l’enquête du fameux détective. Selon les joailliers, seul un diamant sur cent-mille peut être certifié « rose » et la production annuelle de ces gemmes rarissimes ne serait pas suffisante pour remplir ne serait-ce qu’une flûte de champagne. Alors, le diamant rose est-il pour autant le plus rare des diamants ? C’est ce qu’a cherché à savoir Marie Sorbier en interrogeant l’historien d’art et professeur à l’Ecole des Arts Joailliers Van Cleef & Arpels, Léonard Pouy.

Shine on you crazy diamond

Depuis la création du célèbre « Les diamants sont éternels » en 1947 par Francez Gerety, depuis élu slogan du siècle, la vente de diamants n’a cessé de croître dans le monde. Bien que toujours chers et inaccessibles pour beaucoup, les diamants ne sont plus aussi rares qu’ils le furent autrefois, du moins, les diamants « normaux » :

Publicité

« Les diamants ne sont pas si rares en soi. Néanmoins, les diamants de qualité gemme sont déjà beaucoup beaucoup plus rares ! Parmi ces diamants gemme, il existe des diamants de couleur, colorés pour plusieurs raisons. Dans ces couleurs, la plus appréciée est effectivement le rose. » Léonard Pouy

Bien plus appréciés, les diamants roses sont également plus rares, sans pour autant être les plus rares de tous. Les diamants classiques ont quant à eux perdu en rareté suite à la progressive découverte de différentes zones géographiques propices à leur formation :

« Autrefois l’on en trouvait que dans les mines de Golconde en Inde, jusqu’au 18ème siècle c’était la provenance unique des diamants, roses ou non. Puis dans les années 1720 de nouvelles mines sont découvertes au Brésil, puis, à la fin du 19ème siècle, en Afrique du Sud et enfin, dans les années 1980, en Australie, dans les mines d’Argyle. C’est là que l’on trouve de nombreux diamants roses et quelques infimes diamants rouges, les plus rares de tous. » Léonard Pouy

55 min

Les multiples facettes du prix des diamants

Si les diamants roses et rouges sont parmi les plus recherchés, la couleur n’est pas l’unique critère à l’origine de la valeur de ces gemmes. Léonard Pouy nous explique comment l’on estime la valeur des diamants :

« Ce que l’on cherche dans un diamant de couleur c’est une belle teinte, un beau ton, une belle saturation. La pierre doit être ni trop claire ni trop sombre, sa couleur doit être franche, et l’on aime bien qu’elle ait une couleur secondaire. Le critère le plus recherché est le "Fancy Vivid", qui fait atteindre des prix stratosphériques au carat. » Léonard Pouy

Si le prix d’une gemme est principalement défini par sa taille, sa splendeur et les autres caractéristiques précédemment citées, l’un des derniers facteurs à prendre en compte est l’histoire de la pierre elle-même.

« Certains diamants suscitent l’intérêt non pas par leur taille, leurs carats, ou leur couleur pais par leur histoire. On peut citer des diamants roses historiques en France, notamment le Grand Condé de la collection du musée Condé de Chantilly. C’est un diamant rose tout à fait étonnant, ayant eu une vie on ne peut plus rocambolesque. » Léonard Pouy

4 min

Des diamants qui nous en font voir de toutes les couleurs

Fait moins connu, les diamants peuvent en réalité être de toutes les couleurs : noirs, blancs, rose-orangés, verts ou bleus. Léonard Pouy nous explique les raisons de ces variations de couleurs :

« La couleur peut être liée au type chimique, à la présence d’inclusions dans le diamant ou à la croissance de la pierre, comme c’est le cas pour les diamants roses. Ces derniers ont une couleur qui va évoluer au fur et à mesure que la pierre va grandir. C'est ce qu'on appelle le grenaillage : une déformation plastique qui résulte des glissements des couches d'atomes et de la formation d'amas de lacunes dans la structure atomique du diamant, à une échelle microscopique, nanométrique même. » Léonard Pouy

S’il nous est permis de nos jours d’expliquer de plus en plus clairement l’origine des variations de couleur et de qualité des diamants, il est moins simple d’expliquer la fascination qu’ils suscitent chez les puissants.

« On l’explique difficilement. On la remarque particulièrement depuis les années 80 et la vente du célèbre diamant rouge, le Hancock Red, à un prix proche d’un million du carat. Il y a effectivement un engouement puissant pour ces pierres de couleurs, avec même une véritable rivalité entre grandes maisons de joaillerie. » Léonard Pouy

50 min

Pour en savoir plus, découvrez l’exposition Pierres gravées : camées, intailles et bagues de la collection Guy Ladrière du 12 mai au 1er Octobre 2022 à l’Ecole des Arts Joailliers avec le soutien de Van Cleef & Arpels.