En 2012, les premiers pianos libre d'accès étaient mis en place dans les gares de France. - @UG PSL
En 2012, les premiers pianos libre d'accès étaient mis en place dans les gares de France. - @UG PSL
En 2012, les premiers pianos libre d'accès étaient mis en place dans les gares de France. - @UG PSL
Publicité
Résumé

"Piano en gare" fête ses 10 ans ! Le pianiste Jean-François Zygel, partenaire de l'événement nous explique pourquoi ces instruments en libre-service dans nos gares sont précieux pour tous.

avec :

Jean-François Zygel.

En savoir plus

Cela fait désormais 10 ans que dans plus de 60 gares de France, amateurs comme confirmés, profitent des pianos mis à leur disposition et partagent avec les autres voyageurs leur amour de la musique. Pour en savoir plus sur cet anniversaire et l’impact de ce projet sur les gares françaises, Marie Sorbier s’est entretenue avec le pianiste et professeur d’improvisation au Conservatoire Jean-François Zygel.

10 ans que les pianos de gare nous aiguillent vers la musique

En cette journée anniversaire, c’est aux cotés d’André Manoukian que Jean-François Zygel célèbre l’entrée des pianos dans nos gares, une initiative qui semble avoir fait du bien à la musique :

Publicité

« On n’imagine plus aujourd’hui une gare sans piano ! On s’est rendu compte qu’une gare n’est pas qu’un lieu où l’on prend le train mais un lieu de vie où l’on peut aussi se cultiver. Plutôt que de simplement attendre son train, depuis 10 ans il est possible de patienter en faisant du piano ou simplement en écoutant d’autres personnes en jouer, c’est assez incroyable. » Jean-François Zygel

C’est dans cet état d’esprit que ce matin, dans le cadre de l’évènement célébrant les 10 ans de la mise à disposition de pianos en gare, André Manoukian, Jean-François Zygel et leurs élèves du conservatoire se sont rendu dans des gares pour improviser sur les instruments en libre accès :

« On a fait du piano à quatre et six mains, on s’est amusés comme des fous ! C’est ce que je trouve formidable avec les pianos en gare, c’est que l’on peut tout faire, travailler, pousser la chansonnette, écouter ou ne pas jouer. On fait parfois des rencontres en jouant avec d’autres personnes aussi. » Jean-François Zygel

55 min

La musique à portée de toutes les mains

Pour autant, nul besoin d’être élève du conservatoire pour oser jouer du piano dans une gare, bien qu’un espace public puisse être impressionnant de prime abord. Néanmoins, ne pas jouer dans une salle de concert peut tout autant décomplexer certains :

« L’avantage à ne pas jouer dans une salle de concert est qu’il n’y ait pas tout un rituel autour du jeu. Mais les gares on pour défaut d’être assez bruyantes. Parfois les gens qui se mettent au piano jouent très bien, parfois un peu moins bien. Dans tous les cas, cette initiative est très sympathique et permet un tutoiement direct de la musique. » Jean-François Zygel

Alors peut-on considérer que cette opération a permis de démocratiser la musique en France ?

« La musique est forcément démocratique, mais je parlerais plutôt de popularisation de la musique. Ce projet a fait du piano un instrument central. Il permet de jouer tous les répertoires, il est présent dans la chanson, le jazz, le classique et la plupart des autres musiques. » Jean-François Zygel

Comme pour tout anniversaire, Jean-François Zygeltenait à partager ses vœux pour fêter les 10 ans de ce projet pérenne qu’il aimerait voir se développer davantage :

« J’espère que l’on fêtera les 20 ans tous ensemble ! D’ici là il serait bien de développer le projet, proposer des ateliers d’improvisation, des cours de piano, ou peut-être même une possibilité de s’enregistrer. De faire en sorte que des mini cités de la musique s’installe au sein des gares ! » Jean-François Zygel