Parc des expositions (Výstaviště) où a lieu la Quadriennale de Prague.
Parc des expositions (Výstaviště) où a lieu la Quadriennale de Prague.
Parc des expositions (Výstaviště) où a lieu la Quadriennale de Prague. - Bengt Nyman (Wikimedia commons)
Parc des expositions (Výstaviště) où a lieu la Quadriennale de Prague. - Bengt Nyman (Wikimedia commons)
Parc des expositions (Výstaviště) où a lieu la Quadriennale de Prague. - Bengt Nyman (Wikimedia commons)
Publicité
Résumé

Le métier de scénographe est-il déconsidéré par l'état français ? Un point sur la situation avec Thibault Sinay, président de l'Union des Scénographes.

En savoir plus

Le 9 février dernier étaient annoncés par le Ministère de la Culture les noms des commissaires des deux pavillons français de la Quadriennale de Prague 2023, évènement international dédié à la scénographie. Il a fallu peu de temps pour que l’Union des Scénographes réagisse à l’annonce de Madame Roselyne Bachelot-Narquin, dénonçant dans un communiqué de presse le manque de considération des institutions publiques à l’égard des scénographes, qui se considèrent lésés par ces nominations au profit des metteurs en scène, dont la profession est davantage mise en avant.

Thibault Sinay, président de l’Union des Scénographes (UDS) réagit à cette annonce du Ministère de la Culture et revient sur la distinction nécessaire entre scénographes et metteurs en scène au micro de Marie Sorbier.

Publicité

« Nous avons plusieurs fois alerté les cabinets de la ministre ainsi que la Direction Générale de la Création Artistique. Cette fois-ci nous avons rédigé un communiqué faisant part de notre étonnement de voir des metteurs en scène et non des scénographes être nominés pour Quadriennale de Prague 2023. »Thibault Sinay

Mise au point et mise en scène

Dans le communiqué de l’UDS, le syndicat avoue être dans l’incompréhension totale face au choix incohérent du Ministère de la Culture d’envoyer deux metteurs en scène, Théo Mercier et Cyril Teste, pour représenter la France lors du plus grand évènement international dédié à la scénographie et aux scénographes. La seule explication plausible, selon le président de l’UDS, est que le Ministère ait décidé de mettre en avant des personnalités et des professions déjà connues du grand public plutôt que d’autres, de notoriété moins importante.

« On pense que le Ministère choisi des têtes d’affiche. La Quadriennale de Prague est justement faite pour mettre en valeur notre métier de scénographe, mais aujourd’hui on se rend compte que ce n’est pas ce que le Ministère cherche à représenter. » Thibault Sinay

L’indignation que suscite cette décision confusante dans le milieu de la scénographie s’explique notamment par la distinction juridique claire qui existe entre la profession de scénographe et celle de metteur en scène.

« Les scénographes sont administrativement des techniciens, mais ce que l’on défend au sein de l’UDS c’est d’être reconnus comme des artistes, comme les metteurs en scène. En choisissant des artistes (ici des metteurs en scène, ndlr) et non des techniciens pour représenter la France, le Ministère accroît lui-même la confusion : à l’international, le Ministère de la Culture dit qu’en France les scénographes sont des metteurs en scène. » Thibault Sinay

Un choix aisément contestable, par sa propension à brouiller encore davantage la ligne tracée entre les metteurs en scène et les scénographes. D’autant plus que la France se démarque déjà des autres pays par son manque de distinction entre ces professions :

« A l’international, les autres corps de profession sont bien clairs, c’est très français d’avoir des metteurs en scène qui signent aussi la scénographie, les costume ou la lumière. Dans les autres pays, chacun a sa place. » Thibault Sinay

Les revendications de l’UDS quant à elles sont limpides : que le Ministère de la Culture soit mieux renseigné sur leur profession, afin de cesser les imbroglios de la sorte ; et qu’il reconnaisse le statut d’artiste et d’auteur aux scénographes.

Quadriennale de Prague : une mise en lumière des scénographes français

Seul évènement qui valorise les scénographes du monde entier, la dernière édition de la Quadriennale de Prague tenue en 2019 fut celle du grand retour de la France, après une absence de plusieurs années.

« L’UDS s’est mobilisée et a essayé de sensibiliser le ministère pour y retourner. Mais on semble un peu écartés de l’évènement. Le ministère dit : très bien, on y retourne, mais c’est nous qui gérons et nous qui choisissons les artistes qui iront à la prochaine Quadriennale de Prague. » Thibault Sinay

« Il y aura, comme annoncé, Théo Mercier et Céline Peychet qui représenteront le pavillon du pays, et Cyril Teste et Nina Chalot qui représenteront quant à eux le pavillon des écoles. Ils seront accompagnés d’un étudiant de chacune des huit écoles pour présenter le pavillon des écoles. » Thibault Sinay

Une confusion à tous les niveaux

Outre l’approche ambigüe du Ministère de la Culture, Thibault Sinay déplore également l’absurdité qu’il y a à ce que des metteurs en scène enseignent la scénographie aux étudiants de ces écoles. Sans pour autant entrer en guerre ouverte avec les metteurs en scène, avec qui les scénographes travaillent régulièrement, Thibault Sinay constate juste qu’en fin de compte « C’est toujours la parole du metteur en scène qui prime sur celle du scénographe. ».

En savoir plus : qui a peur du scénographe?

Retrouvez ici le communiqué de presse de l’Union des Scénaristes, le syndicat national des scénographes d'équipement, de spectacle et d'exposition et des créateurs costumes.

Références

L'équipe

Marie Sorbier
Production
Alexandre Fougeron
Réalisation
Pierre Bouyer
Stagiaire