Marcel Proust
Marcel Proust ©Getty - Sygma via Getty Images
Marcel Proust ©Getty - Sygma via Getty Images
Marcel Proust ©Getty - Sygma via Getty Images
Publicité

Au musée Henner, Ivan Morane lit "Le Temps retrouvé" pour commémorer les 100 ans de la mort de Marcel Proust. Il nous dira comment la phrase de Proust se prête à 16h de lecture à voix haute.

Pour commémorer la disparition de Marcel Proust, au jour et à la minute même où il a rendu son dernier souffle il y a 100 ans, une lecture à voix haute et en public a débuté : Depuis 16 heures cet après-midi du 18 novembre 2022 nous pouvons entendre "Le Temps retrouvé", dernier volume de "La Recherche du temps perdu", qui représente environ 16 heures de lecture. Marie Sorbier est allée au musée Henner, profitant d’une pause dans ce marathon de lecture pour demander à Ivan Morane pourquoi la phrase de Proust se prête aussi à l’oralité.

Mettre en voix "Le Temps retrouvé"

Si le rythme du "Le Temps retrouvé" est particulièrement musical, c'est selon Ivan Morane, parce qu’on y trouve une résolution des 2.500 pages précédentes de "La Recherche". Proust évoque comme personne nos interrogations et nos émotions et serait, selon Ivan Morane, dans "Le Temps retrouvé", à l'acmé de son art. C’est pourquoi il souhaitait, lui rendre hommage en lisant une partie de son œuvre.

Publicité

"Il m'a toujours semblé que "La Recherche du temps perdu" était une œuvre éminemment vocale. [...] dès qu’on déstructure la phrase pour mieux la restructurer par rapport à son sens, on s'aperçoit à quel point Marcel Proust parlait ses textes." Ivan Morane

Affaire en cours
6 min

Ivan Morane souligne que cette oralité est à l’opposé de celle de Flaubert, deux hommes au tempérament singulièrement différent. "Le Temps retrouvé" est, davantage que l’œuvre de Flaubert, fourni en dialogues, facilitant la compréhension des auditeurs, davantage que des lecteurs.

Comment lire Proust ?

Travailler le verbe proustien prend beaucoup de temps, note Ivan Morane pour qui la préparation de cette lecture s’est divisée en plusieurs étapes. Après un temps extrêmement technique, "comme un musicien fait ses gammes", où Ivan Morane a dû s’adonner à de fines analyses des phrases afin de comprendre les incidences de la ponctuation ; ensuite est venu le temps de situer les phrases dans une continuité.

"Il y a beaucoup d'allers-retours, à la fois temporel et de sens chez Proust, il me fallait situer les paragraphes dans l'œuvre globale." Ivan Morane

Enfin, le troisième temps fut celui de l'interprétation des personnages, une méthode proche du théâtre. Ivan Morane s’est entraîné à interpréter les différents personnages : Saint-Loup, Charlus, Madame Verdurin, la duchesse de Guermantes. L'interprétation devant appuyer sur les caractéristiques des personnages, afin que le lecteur et l'auditeur puissent accéder au récit, de la plus douce façon possible.

  • À voir :
  • La lecture du Temps retrouvé se poursuit au Musée Henner, jusqu'à dimanche 16 heures. On peut s'inscrire par demi-journée sur le site du musée.
  • "Monsieur Proust" d’après les entretiens de Céleste Albaret avec Georges Belmont, mis en scène par Ivan Morane, est toujours visible jusqu'au 27 novembre au Théâtre du Lucernaire.

L'équipe