Londres, vente aux enchères de lettres de Marcel Proust chez Christie's (1996)
Londres, vente aux enchères de lettres de Marcel Proust chez Christie's (1996) ©Getty - © Mathieu Polak / Sygma
Londres, vente aux enchères de lettres de Marcel Proust chez Christie's (1996) ©Getty - © Mathieu Polak / Sygma
Londres, vente aux enchères de lettres de Marcel Proust chez Christie's (1996) ©Getty - © Mathieu Polak / Sygma
Publicité

Une traduction inédite d'un texte de Stefan Zweig évoquant Marcel Proust vient d'être publiée ; Jean-François Roseau, écrivain et attaché culturel à Vienne, nous raconte les liens littéraires entre ces deux grands géants de la littérature.

Nous commémorons en 2022 les 100 ans de la mort de Marcel Proust, l’occasion de nombreuses publications qui témoignent de l’intérêt vivace que produit toujours l’homme et l’écrivain. Et parmi elles, Folio Classique vient de faire paraître une anthologie de 83 textes consacrés à des écrivains étrangers qui ont commenté l’œuvre de Proust. Du Japon au Brésil en passant par l’Arménie ou la Suède, Proust se lit partout et dans toutes les langues. Parmi ces textes, on découvre notamment une traduction inédite d’un portrait écrit par Stefan Zweig. Au micro de Marie Sorbier, Jean-François Roseau, nous explique les enjeux de ce portrait et de la traduction de l'œuvre de Proust.

Un portrait centenaire de Proust, toujours aussi pertinent

Près de 100 ans après sa publication, le portrait de Proust par Stefan Zweig n'a rien perdu de sa justesse. L'écrivain du "Monde d'hier" est allé chercher Proust, exactement là où Proust le recommandait lui-même à travers ses personnages de "La Recherche du temps perdu".

Publicité

"La première chose qui m'a surpris en lisant le texte, c'est que Stefan Zweig ne cherche pas, pour expliquer la trajectoire de Proust, à accumuler une série d'anecdotes ou de témoignages auprès de ceux qui ont connu Proust." Jean-François Roseau

Contemporain de Proust sans l'avoir connu, Stefan Zweig avait une grande connaissance de cette œuvre-fleuve pour trouver dans ses personnages - tels que Swann, Bergotte ou Odette - tout ce qui faisait écho, par ricochet, à la vie de l'auteur lui-même. Ainsi, Zweig prend à rebours la méthode de Sainte-Beuve, sans savoir que Proust la dénoncerait peu après. En effet, "Contre Sainte-Beuve" est publié à titre posthume, en 1954 soit plus de 30 ans après la mort de Marcel Proust.

Proust et Zweig, deux dandy complexes qui se ressemblent

Jean-François Roseau relève également que Stefan Zweig prend à contrepied l'idée largement répandue auprès des contemporains de Proust, selon laquelle l'écrivain aurait été, dans la première moitié de sa vie, un mondain frivole et dans sa deuxième moitié, un génie casanier rompant tout lien social. Dans les années 1950, Bernard de Fallois démontre, en exhumant des textes inconnus de Proust, écrits à l'orée de sa jeunesse, à 20 ans, laissant entrevoir ce que sera le chef d'oeuvre de "La Recherche du temps perdu".

À réécouter : Proust mis en chaises
Affaire en cours
7 min

Dans le portrait que Zweig fait de Proust, émane de façon sous-jacente sa propre identification à cet homme. Effectivement, beaucoup de choses les rapprochent, comme le fait d'avoir souffert - bien que pour des raisons différentes - d'être considérés comme des écrivaillons, des mondains, des salonards.

"Même après son prix Goncourt, les livres de Marcel Proust se vendent beaucoup moins bien que ceux de Stefan Zweig." Jean-François Roseau

Stefan Zweig devient dès lors suspect, davantage que Proust, parce qu'il vend énormément. D'autres ressemblances peuvent être soulignées, comme la judéité de leur mère ou encore leur entrée en littérature par l'intermédiaire de la presse.

Proust autant à l'honneur en Autriche qu'en France

Grande figure de la littérature française, Marcel Proust est l'objet de commémoration depuis l'année dernière, en Autriche comme en France, pour les 150 ans de sa naissance. Lu en Autriche par une petite minorité d'élus, comme en France, de nombreuses vitrines de librairies et de programmations de lieux culturels font de Proust le cœur de leur actualité. Nombreux sont les écrivains autrichiens ou allemands invités à rédiger une de leurs expériences à la manière de la fameuse "madeleine".

"Quand on cite le nom de Proust, la réaction dans une librairie autrichienne est probablement la même que dans une librairie française." Jean-François Roseau

La traduction de Proust en langue autrichienne est également un sujet mis en exergue par Jean-François Roseau : comment transmettre, d'une langue à l'autre, la forte singularité de la prose proustienne ? Déjà, Walter Benjamin traducteur germanophone, note la longueur des phrases proustiennes, et confie ses remarques au poète autrichien Hugo von Hofmannsthal. Cependant, en Allemagne ou dans l'espace germanophone, les phrases sont souvent bien longues. Ainsi faut-il, pour traduire Marcel Proust en rétablissant dans la langue allemande son style cérébral, trouver une autre donnée.

"C'est probablement l'une des leçons de cette anthologie : elle a la vertu de nous montrer que toute traduction est une re-création et une adaptation." Jean-François Roseau

- À lire : " Proust-monde, quand les écrivains étrangers lisent Proust" Textes choisis, présentés et commentés par Blanche Cerquiglini, Antoine Ginésy, Étienne Sauthier, Guillaume Lefer et Nicolas Bailly, vient de paraître en Folio classique aux éditions Gallimard

- Actualité : Le 18 novembre prochain, une soirée à l'ambassade de France à Vienne, et à Salzbourg, au centre culturel Literaturhaus, auront lieu pour commémorer les 100 ans de la mort de Marcel Proust.

Écoutez et abonnez-vous à la collection d’émissions consacrée à Marcel Proust  pour (re)découvrir cette figure centrale de la littérature française, à travers l’économie, la gastronomie, le cinéma, la philosophie ou la médecine dans "Proust, le podcast".

L'équipe