Les danseuses du Ballet de l'Opéra de Paris, lors d'une répétition de "Giselle" au Palais Garnier, le 30 janvier 2020.
Les danseuses du Ballet de l'Opéra de Paris, lors d'une répétition de "Giselle" au Palais Garnier, le 30 janvier 2020.
Les danseuses du Ballet de l'Opéra de Paris, lors d'une répétition de "Giselle" au Palais Garnier, le 30 janvier 2020. ©AFP - Lionel BONAVENTURE
Les danseuses du Ballet de l'Opéra de Paris, lors d'une répétition de "Giselle" au Palais Garnier, le 30 janvier 2020. ©AFP - Lionel BONAVENTURE
Les danseuses du Ballet de l'Opéra de Paris, lors d'une répétition de "Giselle" au Palais Garnier, le 30 janvier 2020. ©AFP - Lionel BONAVENTURE
Publicité
Résumé

Suite à la présentation du rapport sur la diversité élaboré à la demande de l'Opéra de Paris, la sociologue et journaliste Laura Cappelle détaille au micro de Marie Sorbier les mesures annoncées et leur capacité à transformer cette institution culturelle.

avec :

Laura Cappelle (Sociologue et journaliste (New York Times)).

En savoir plus

Le rapport sur la diversité élaboré à la demande de l'Opéra de Paris par l'historien Pape Ndiaye et la secrétaire générale du Défenseur des droits Constance Rivière a été présenté lundi 8 février 2021. Ce rapport est disponible en cliquant ici.
Laura Cappelle, sociologue et journaliste au New York Times, est au micro de Marie Sorbier pour détailler les mesures annoncées dans ce rapport. Forment-elles simplement des petits pas, ou bien une réelle lame de fond capable de secouer l'institution ?

Si ce rapport, dont les auteurs ont cherché à étudier tous les aspects possibles de la diversité au sein de l'Opéra de Paris, est particulièrement complet, il reste néanmoins mesuré dans les 16 recommandations qu'il propose, estime Laura Cappelle. Il s'agit autant d'axes précis sur lesquels l'institution a déjà commencé à travailler (par exemple, fournir du maquillage, des produits capillaires, des textiles appropriés pour les peaux noires) que de recommandations plus générales visant à repenser la politique artistique et la politique de recrutement de l'Opéra de Paris, notamment de son Ecole de danse.

Publicité

Ce sont des questions plus complexes concernant leur mise en place au long terme, et qui exigent une adhésion de la part de l'Opéra de Paris qui reste à évaluer.              
Laura Cappelle

À lire aussi : Diversité : l'Opéra de Paris commence à suivre les recommandations de Pap Ndiaye et de Constance Rivière

Faire évoluer la technique classique en mettant en avant la diversité

Pour ce qui est du répertoire de l'Opéra de Paris, le rapport préconise avant tout d'améliorer la contextualisation. Certes, certaines scènes de ballet pourrait être revues ou légèrement altérées afin de mieux prendre en compte les diversités propres au public du 21ème siècle. Néanmoins, dans l'ensemble, il s'agit d'accompagner les spectateurs dans la compréhension des oeuvres et d'encourager la création. 

Par exemple, dans le domaine chorégraphique, les auteurs du rapport Pape Ndiaye et Constance Rivière insistent sur la nécessité d'ouvrir les commandes chorégraphiques à des créateurs issus de la diversité - à ce jour, aucun chorégraphe noir n'a travaillé avec le corps de ballet de l'Opéra de Paris. Ces nouvelles commandes, précise le rapport, devraient s'inscrire tout autant que les précédentes dans une mise en valeur de la technique classique propre au Ballet de l'Opéra de Paris.

Quand le Ballet de l'Opéra de Paris cherche à s'ouvrir, il se dirige souvent vers des créateurs venus de la danse contemporaine et du hip hop, alors qu'il y a aussi des créateurs issus de la diversité qui travaillent avec la technique qui est celle de l'institution.              
Laura Cappelle

Un retard français ?

Selon la sociologue, il est difficile de comparer la situation de l'Opéra de Paris à celle d'institutions équivalentes dans des pays anglo-saxons dans la mesure où les paramètres du débat autour de la diversité ne sont pas les mêmes.

Pendant très longtemps à l'Opéra de Paris, le simple mot de diversité a mené à une levée de boucliers qui a empêché ces sujets d'émerger réellement. Aujourd'hui, l'évolution peut être rapide s'il y a une prise de conscience du fait qu'aller vers plus de diversité consiste à aller vers plus d'égalité. Or, l'égalité, pour une institution publique comme l'Opéra de Paris, que ce soit l'égalité entre ses employés ou entre les membres du public, est un objectif très important.              
Laura Cappelle

Ce rapport sur la diversité est né suite à un manifeste intitulé De la question raciale à l'Opéra de Paris, signé à l'été 2020 par un ensemble d'employés (400 signatures pour un total de 1895 employés). Outre la question du soutien à ces démarches pour la diversité au sein de l'Opéra de Paris, le contexte financier de l'institution permet-il de mettre en place des changements structurels ? Bien que le ministère de la Culture lui ait attribué 61 millions d'euros pour lutter contre l'impact économique de la pandémie, l'Opéra de Paris ne retrouvera pas un équilibre financier en 2021. Pourtant, les recommandations du rapport sur la diversité impliquent certains efforts financiers, ne serait-ce que pour la création d'un poste dédié à la diversité et à l'inclusivité. 

C'est maintenant que le travail commence. Au quotidien et pendant les mois et années à venir, il va falloir continuer à mettre cette question sur le tapis, à donner de l'argent pour qu'elle existe et à faire en sorte qu'elle ne tombe pas dans l'oubli.              
Laura Cappelle

Un des points centraux du rapport est la question du recrutement, car la question de la diversité parmi les artistes est liée à celle de la diversité dans les lieux de formation. Si l'Opéra de Paris dispose de peu de leviers d'action dans le domaine de la musique, recrutant des élèves issus de conservatoires et d'établissements nationaux comme internationaux, il a sa propre école de danse qui forme encore aujourd'hui près de 95% des danseurs du Ballet. Repenser la politique et le projet d'établissement de l'Ecole de danse en la tournant vers l'extérieur constitue une mesure clef pour la diversité à l'Opéra de Paris. Par exemple, le concours d'entrée à l'Ecole de danse, dont l'intégralité des auditions se déroulent à Nanterre, pourrait mettre en place des auditions dans toute la France, y compris les territoires ultramarins. 

Ce serait une petite révolution. C'est quelque chose que font de nombreuses écoles aux Etats-Unis depuis longtemps, considérant que beaucoup d'enfants ont un environnement familial et scolaire qui n'invite pas particulièrement à aller vers la danse classique. Aller chercher les talents, c'est faire éclore un vivier plus grand qui devrait mécaniquement introduire plus de diversité.              
Laura Cappelle

À lire aussi : Diversité à l’Opéra de Paris : "Plus un impensé qu’une résistance"

À réécouter : Diversité à l'Opéra : le modèle français fait-il de la résistance ?

Références

L'équipe

Marie Sorbier
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Lucile Commeaux
Collaboration
Hugo Altmayer
Collaboration
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation