Extrait du livre illustré "On ne peut vivre qu'à Paris"
Extrait du livre illustré "On ne peut vivre qu'à Paris"
Extrait du livre illustré "On ne peut vivre qu'à Paris" - Emil Cioran / Dessins de Patrice Reytier
Extrait du livre illustré "On ne peut vivre qu'à Paris" - Emil Cioran / Dessins de Patrice Reytier
Extrait du livre illustré "On ne peut vivre qu'à Paris" - Emil Cioran / Dessins de Patrice Reytier
Publicité
Résumé

Alors que les Parisiens sont à nouveau confinés, vient de paraître "On ne peut vivre qu'à Paris", un livre illustré autour d'aphorismes de Cioran avec des dessins de Patrice Reytier (Rivages, mars 2021). Retour sur cette forme brève et sentencieuse avec le spécialiste de l'aphorisme Philippe Moret.

avec :

Philippe Moret (Docteur en lettres, spécialiste de l'aphorisme).

En savoir plus

"Paris, point le plus éloigné du paradis, mais le seul endroit où il fasse bon désespérer"... Alors que les Parisiens sont à nouveau confinés dans leur ville, On ne peut vivre qu'à Paris, une bande dessinée autour des aphorismes d'Emil Cioran a paru aux éditions Rivages en mars 2021. Les dessins de Patrice Reytier transforment Cioran en personnage déambulant dans les rues de la capitale, nous octroyant ses pensées fulgurantes sur notre condition humaine. Au micro de Marie Sorbier, le docteur en lettres et spécialiste de l'aphorisme Philippe Moret, auteur du Bouquin des aphorismes (Robert Laffont, 2018) livre une définition de cette forme brève et sentencieuse. 

La définition la plus simple serait justement le terme "définition". Un aphorisme essaye de délimiter une réalité conceptuelle en la circonscrivant, en la distinguant de ce qu'elle n'est pas.                
Philippe Moret

Publicité

L'aphorisme, explique Philippe Moret, remonte aux traditions médicale et philosophique de la Grèce présocratique. Il se caractérise par sa forme brève et sa tentative de définition, ou de redéfinition, de notions relevant de connaissances mal établies, plus proches du préjugé que de la précision. L'aphorisme prend une inflexion plus polémique à partir du 17ème siècle, où se développe le genre sentencieux et l'usage de la maxime, en particulier avec les Réflexions ou sentences et maximes morales (1665)de François de La Rochefoucauld. 

La Rochefoucauld vient saper les valeurs morales traditionnelles et convenues. Il s'ingénie à montrer que tout gagnerait à être vu par le petit côté des choses, la mesquinerie, l'amour-propre.                
Philippe Moret

Entre les 17ème et 18ème siècles, cette entreprise de déconstruction de la pensée commune se retrouve notamment chez d'autres penseurs français, comme La Bruyère, Pascal, puis Chanfort, le marquis de Vauvenargues, rassemblés sous le nom de Moralistes. 

Plus elle est brève par la forme, plus la maxime sentencieuse a pour effet un agrandissement de la pensée, comme une graine de philosophie en germe. C'est de cette tradition que Cioran se réclame. Son premier livre Des larmes et des saints est un recueil d'aphorismes.                
Philippe Moret

Selon Philippe Moret, Emil Cioran reprend le canon formel de l'aphorisme tout en l'infléchissant. Ce, notamment en y faisant intervenir un usage de la première personne du singulier, qui est quasiment inexistant dans la maxime traditionnelle de La Rochefoucauld. La modernité de Cioran consiste ainsi en une approche par une subjectivité blessée, traînant la patte et son mal de vivre dans les rues de Paris, le tout exprimé comme une notation du quotidien. Avant Cioran, l'avènement littéraire du journal intime donne lieu a une hybridation entre le genre sentencieux et l'expression de la subjectivité, comme dans les journaux de Joseph Joubert et de Jules Renard.

Cioran s'inscrit dans cette tension entre vérité sentencieuse et définitive, énoncée selon les formes de la maxime, et notation circonstancielle, qui mène toujours à une leçon philosophie, qui est chez lui d'ordre nihiliste.                
Philippe Moret

La professeur de littérature Marie-Paule Berranger dit que, pour l'aphorisme, il s'agit moins d'être court que d'être trop court. Quel rôle joue la frustration dans l'aphorisme ? Pour Philippe Moret, il s'agit de suggérer une lecture asthmatique au lecteur, d'essayer de reprendre son souffle pour achever le geste stylistique de l'auteur. Néanmoins, on trouve parfois chez Cioran, qui donne à la chute de l'énoncé et à son effet stylistique une grande importance, des ajouts venant renverser les sentences qui précèdent : "Le goût de la formule va de pair avec le faible pour une définition, pour ce qui a le moins de rapport avec le réel" ; "Notre place est quelque part entre l'être et le non-être, entre deux fictions" ; "J'assiste terrifié à la diminution de ma haine des hommes, au relâchement du dernier lien qui m'unissait à eux" ; "Il n'y a rien qui ressemble tant au néant que la gloire à Paris". 

Références

L'équipe

Marie Sorbier
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Lucile Commeaux
Collaboration
Hugo Altmayer
Collaboration
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation