"La plus secrète mémoire des hommes" de Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 202, paru aux éditions Philippe Rey ©AFP - Bertrand GUAY
"La plus secrète mémoire des hommes" de Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 202, paru aux éditions Philippe Rey ©AFP - Bertrand GUAY
"La plus secrète mémoire des hommes" de Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 202, paru aux éditions Philippe Rey ©AFP - Bertrand GUAY
Publicité
Résumé

Les prix littéraires récompensent-ils toujours une œuvre ou sont-ils devenus des labels marketing ? Sylvie Ducas, professeure en littérature française, fait le point sur ces distinctions convoitées.

avec :

Sylvie Ducas (professeure de littérature contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil, spécialiste des questions relatives au statut de l’écrivain et aux métiers du livre).

En savoir plus

Le prix Goncourt 2021 a été remis à Mohamed Mbougar Sarr pour son roman La plus secrète mémoire des hommes, paru aux éditions Philippe Rey ; et Amélie Nothomb a reçu le prix Renaudot pour son roman Premier sang paru aux éditions Albin Michel. Mais que signifie cette reconnaissance ?  Michel Tournier soutient que "Le prix littéraire a pour but de conférer instantanément de la notoriété et des droits d'auteur à un auteur qui n'a ni l'un ni l'autre." 

Sylvie Ducas, professeure en littérature française, répond à cette thèse en affirmant que les prix littéraires sont indéniablement vendeurs, en particulier le prix Goncourt.

Publicité

En effet, c’est un label qui favorise la vente et par conséquent, il procure des bénéfices importants pour l’éditeur et l'auteur. Les prix littéraires apportent également de la notoriété à l’auteur primé, c’est donc un dispositif médiatico publicitaire qui  éclaire nommément un auteur, même si certains peuvent déjà avoir eu une reconnaissance auparavant. 

32 min

Les prix littéraires : marketing ou mise en avant de la littérature ?

Selon Sylvie Ducas, les prix littéraires sont avant tout d’ordre marketing. Dans les années 60-70, l'industrie culturelle prend de l'ampleur et aujourd'hui la culture est devenue une industrie marchande qui doit vendre. La littérature et l’édition n’y échappent pas. Ce dispositif publicitaire et marchand constitue désormais l’oxygène du monde éditorial et cela crée des enjeux économiques. Prenons l’exemple du prix Goncourt 2020, Hervé Le Tellier a vendu son roman L’Anomalie à plus d’un million d’exemplaires. 

Cette année j'étais persuadée que c'était Mohamed Mbougar Sarr qui allait avoir le prix Goncourt parce que c'est une manière d'être doublement vertueux. Par le contenu du livre, on est dans l'atmosphère des études postcoloniales qui sont en plein boom, de la dénonciation d'une nouvelle théorie de la domination des colonisateurs et puis, en même temps, c’est tout à fait d'actualité. Par ailleurs, le roman échappe aux holdings habituelles, aux gros éditeurs puisqu’il est publié chez un éditeur indépendant, un choix qui mérite d’être salué. De plus, c’est un livre qui parle de l'indécente littérature à une époque où on moralise beaucoup, où on est prêt à interdire des auteurs et des livres au nom de la morale. On a donc une mise en abîme du milieu littéraire dans le livre de Mohamed Mbougar Sarr qu’on raille d'autant plus qu’on aurait envie de faire partie du cercle des petits élus.

58 min

Le prix littéraire aujourd'hui désacralise l’auteur

Selon Sylvie Ducas, le prix littéraire aujourd’hui est un dispositif de désacralisation. En effet, il n’y a plus cette conception romantique du grand écrivain inaccessible dont seule la qualité du livre importe. Il y a aujourd'hui une mise en avant des auteurs de best-sellers et la notoriété des auteurs se fait par la quantité de livres vendus. 

On vient chercher le prix Goncourt en librairie. Il faut certes saluer le travail de conseil des libraires, mais ils vivent aussi de ces prix littéraires, ils ont un fond de roulement qui est assuré par le prix littéraire.

27 min

Aujourd’hui, il y a une surproduction éditoriale générée par les logistiques capitalistiques du système, d’après Sylvie Ducas. Par conséquent, les lecteurs ont besoin de repères et achètent les prix littéraires.

Actualité : La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 2021 paru aux éditions Philippe Rey le 19/08/21 ; Premier sang d’Amélie Nothomb, prix Renaudot 2021 paru aux éditions Albin Michel le 18/08/212.