Photographie des "Archives du Monde" de la collection Albert Kahn.
Photographie des "Archives du Monde" de la collection Albert Kahn.
Photographie des "Archives du Monde" de la collection Albert Kahn. - Musée départemental Albert-Kahn
Photographie des "Archives du Monde" de la collection Albert Kahn. - Musée départemental Albert-Kahn
Photographie des "Archives du Monde" de la collection Albert Kahn. - Musée départemental Albert-Kahn
Publicité
Résumé

Après 6 ans de travaux, le musée Albert Kahn à Boulogne-Billancourt rouvre ses portes. David-Sean Thomas, responsable des collections nous en dit plus sur ce banquier philanthrope et son projet d'archives photographiques de la planète.

En savoir plus

Après 6 ans de travaux intenses, le Musée Albert-Kahn rouvre ses portes au public. Agrémenté d’un jardin patrimonial propice à la rêverie vagabonde, le bâtiment signé Kengo Kuma situé à Boulogne-Billancourt abrite une incroyable collection d’autochromes amassée durant une trentaine d’année par le banquier philanthrope Albert Kahn. Pour parler de son projet fou de constituer les archives de la planète, Marie Sorbier s’est entretenue avec David-Sean Thomas, le chargé des collections du musée.

Albert Kahn, banquier philanthrope

Avant de nous parler de la collection exposée au Musée départemental Albert-Kahn, David-Sean Thomas a tenu à dresser le portrait du collectionneur lui-même :

Publicité

« Banquier, mécène, philanthrope né en 1860, il fait fortune dans le monde de la finance en investissant dans des mines en Afrique du Sud. Il met alors sa richesse au service de fondations et d’une œuvre pacifiste, jusqu’à son décès en 1940. » David-Sean Thomas

À lire aussi : Albert Kahn (1860-1940), rêver d’un monde nouveau

Projet étonnant pour l’époque, qui par ailleurs fait preuve d’une réelle contemporanéité en 2022, il a nécessité l’envoi de gens partout à travers le monde pour « couvrir » la planète et constituer les « archive de la planète ».

« Albert Kahn était unique parmi les mécènes de l’époque. Il a décidé de constituer une grande collection d’images à profit des enseignants, des doctorants, chercheurs et intellectuels afin de les aider à mieux comprendre leur époque, et au profit des générations futures. » David-Sean Thomas

Portrait d'Albert Kahn.
Portrait d'Albert Kahn.
- Musée départemental Albert-Kahn.

Les petites mains d’un grand projet

Probablement trop occupé à gérer ses affaires, Albert Kahn ne réalisait pas ses photos lui-même, préférant subventionner des photographes et des baroudeurs pour bourlinguer sur les sept continents afin de lui ramener des traces de leurs péripéties.

« Les photos et vidéos ont été prises par des opérateurs, photographes ou cinéastes, chargés de trépieds, de bobines de film et de matériel pour réaliser des autochromes. Ce sont les premières photographies couleur de l’histoire de l’image. » David-Sean Thomas

Constituée de 72 000 autochromes et de centaines d’heures de film pris au cours d’une vingtaine d’année sur une cinquantaine de pays différents, la collection des « archives de la planète » est une des plus grandes collections d’images et de films de son époque.

« Les archives de la planète ont été récoltées entre 1909 et 1931, 20 années cruciales puisqu’elles sont marquées par l’accélération de la modernité, l’uniformisation du monde, le développement des transports mais aussi par la Première Guerre Mondiale et l’espoir qui naît suite à ce conflit via la création de la Société des Nations, porteuse d’idéaux pacifistes. » David-Sean Thomas

Autochrome couleur de la collection Albert Kahn, visible dans l'exposition permanente.
Autochrome couleur de la collection Albert Kahn, visible dans l'exposition permanente.
- Collection Albert Kahn

Un tour du monde en 80 minutes

Comme indiqué plus haut, la collection du musée Albert Kahn n’est pas la seule merveille à découvrir lors de la réouverture du lieu, car s’y trouve également de splendides jardins :

« Un s’installant à Boulogne sur Seine, Albert Kahn a constitué un jardin à scène paysagère, multiforme, avec un jardin à la française, un jardin à l’anglaise, un jardin japonais mais également une forêt vosgienne, constituée d’arbres directement importés des Vosges natales du banquier. » David-Sean Thomas

Si une partie du jardin peut rappeler le Japon, l’architecture du bâtiment, réalisée par l’architecte japonais Kengo Kuma, s’inspire elle aussi de l’esthétique nippone. Musée très ouvert sur son jardin, et inversement, les deux espaces s’appellent et se répondent dans une harmonie la plus parfaite.

« Le musée joue beaucoup sur le contraste entre sa façade extérieure fermée et métallique donnant sur la ville, et son intérieur qui dialogue avec le jardin, par un jeu de transparence entre le bois, le verre et le végétal propre à l’architecture japonaise, appelé engawa au pays du soleil levant. » David-Sean Thomas

L'intérieur du musée Albert Kahn, lors de l'exposition inaugurale.
L'intérieur du musée Albert Kahn, lors de l'exposition inaugurale.
- Julia Brechler

Que trouve-t-on au Musée Albert Kahn ?

Alors, à quoi faut-il s’attendre lors de la visite du lieu et la découverte de la collection des « archives de la planète » ?

« Ces archives sont autant une entreprise documentaire géographique et géologique qu’une manière d’enregistrer le patrimoine culturel de l’humanité, car on y trouve de nombreux monuments. Il y a aussi de nombreux portraits, ce qui en fait une collection très variée car elle enregistre à la fois le monde et la vie sous toutes ses formes. » David-Sean Thomas

D’une richesse incomparable, la collection a par ailleurs inspiré des artistes contemporains, particulièrement la série des couchés de soleil à retrouver dans la salle des plaques dans le jardin du Musée Albert Kahn. Le musée a par ailleurs prévu de recevoir certains d’entre eux :

« Nous avons à cœur de mener une politique de valorisation de la création contemporaine, par le biais d’artistes en résidences et d’artistes associés. Notre nouvel auditorium pourra accueillir des expositions temporaires permettant à nos collections de dialoguer avec des photographies et des films contemporains. » David-Sean Thomas

Le Musée Albert Kahn et ses jardins sont désormais ouverts au public. En plus de l’exposition de la collection permanente, il vous serra possible de découvrir l’exposition temporaire Autour du monde, qui se tient jusqu’au 13 Novembre 2022. Découvrez également le livre Musée départemental Alber Kahn de Luce Lebart paru aux éditions Gallimard pour approfondir votre visite. L'autrice sera en rencontre-dédicace au musée le 3 avril prochain.

Bernard Plossu, Le pneu crevé, Mexique, 1966. Photo de l'exposition temporaire Autour du Monde.
Bernard Plossu, Le pneu crevé, Mexique, 1966. Photo de l'exposition temporaire Autour du Monde.
- © Galerie Camera Obscura
Références

L'équipe

Marie Sorbier
Production
Alexandre Fougeron
Réalisation
Pierre Bouyer
Stagiaire