Mona Lisa sur un immeuble
Mona Lisa sur un immeuble ©Getty - picture alliance
Mona Lisa sur un immeuble ©Getty - picture alliance
Mona Lisa sur un immeuble ©Getty - picture alliance
Publicité

Le street art s'inspire des chefs d'œuvre des musées. Cyrille Gouyette, historien de l'art, travaille au musée du Louvre à Paris. Il explique au micro de Marie Sorbier les raisons qui poussent les street artistes à s’emparer d’œuvres classiques.

Les grandes œuvres qui peuplent nos musées sont une source d’inspiration inépuisable pour chacun ; mais aussi, pour les artistes qui créent en dehors de l’institution, ceux qui exposent leur travail sur les murs de nos villes.

Le street art s’empare de chefs d’œuvre qui peuplent nos musées 

La Joconde est l'œuvre que l’on retrouve le plus souvent comme origine de création du street art. Comment cela s’explique-t-il ? Selon Cyrille Gouyette, reprendre un grand chef d’œuvre est d’une part, un exercice de style pour les artistes, mais aussi une façon de s’inscrire dans sa postérité. En outre, les œuvres à caractère universel telles que "La Liberté guidant le peuple" d’Eugène Delacroix, vont être constamment convoquées, citées, détournées en fonction d’une actualité.

Publicité

On l'a encore vu dernièrement avec les épisodes des Gilets jaunes, où, effectivement, un artiste a cherché à actualiser cette œuvre en équipant de gilets jaunes tous les protagonistes de l'œuvre de Delacroix. 

Le street art, une vulgarisation de l'histoire de l'art ? 

Selon Cyrille Gouyette, ce n’est pas une vulgarisation mais une continuité. Dans la création artistique, l’artiste est traversé par un ou plusieurs courants ; et selon son style, son approche artistique, il va aller vers une esthétique qui relève de l’Antiquité, du Moyen-Âge, ou de la Renaissance par exemple. Il y a des styles graphiques, colorés qui peuvent être en connivence avec de grands courants de l’histoire de l’art.

Je remarque qu'on peut, à travers l'énorme diversité de styles et d'approches des street artistes, raconter une histoire de l'art. Chacun, d'une façon plus ou moins consciente, est traversé par des courants. C'est presque une chose qui est atavique chez les artistes. 

L'art contemporain inspire également les street artistes comme "les Demoiselles d'Avignon" par exemple. C'est une façon de s'inscrire dans des courants esthétiques qui peuvent être l'art abstrait, l'art conceptuel, ou bien le nouveau réalisme et le pop art en piochant des éléments dans la BD ou les cartoons.

Exposer dans la rue, est-ce toujours une revendication des street artistes ? 

La nature même des street artistes, selon Cyrille Gouyette, est une énergie et une envie d’être dans la rue. Toutefois, certains développent une carrière en galerie et gardent cette énergie pour faire des œuvres d’atelier ; certains sont aussi exposés dans les musées. Appartenant, à un courant artistique contemporain, les street artistes s’inscrivent dans une histoire et seront forcément rattrapés par l’institution, comme JR ou Banksy.

Paradoxalement, ces deux artistes exposés dans les musées et appartenant au marché de l’art, cultivent l’esprit de la rue par l’anonymat. 

L’engouement du public pour les œuvres de street art s’explique par son aspect figuratif et accessible. En effet, son emplacement dans la rue nous oblige à poser un regard sur l’œuvre, nous ne pouvons pas y échapper.

Il y a quelque chose de séduisant, qui interpelle. Parfois, il y a même des messages qui sont associés. Il y a un engouement parce qu'il y a une facilité d'accès. En effet, il n’y a pas ce frein que peut être la barrière pour entrer dans un musée. C'est la raison pour laquelle je trouve très intéressant d'attraper les gens dans la rue pour leur montrer que la frontière est très faible avec le musée et les œuvres qui sont dans la rue.

Par ailleurs, cette appropriation d’œuvres classiques dans la rue peut aider à comprendre les œuvres qui sont dans les musées ou bien de les relire ; et inversement pour ceux qui sortent des musées, cela leur permet de comprendre davantage le street art.

Actualité : "Sous le street art, le Louvre, quand l’art classique inspire la rue" de Cyrille Gouyette est disponible aux éditions Alternatives ainsi que son nouvel ouvrage "Une street histoire de l'art."

9 min