Cédric Klapisch
Cédric Klapisch
Cédric Klapisch - Emmanuelle Jacobson Roques
Cédric Klapisch - Emmanuelle Jacobson Roques
Cédric Klapisch - Emmanuelle Jacobson Roques
Publicité
Résumé

Spécialiste de la comédie à nuances et maître dans l’art de réinventer le réel, le réalisateur Cédric Klapisch poursuit son dialogue entamé avec la danse dans "En Corps", son dernier film en salles le 30 mars. A cette occasion, il nous entraîne dans les coulisses de son art et de ses imaginaires.

avec :

Cédric Klapisch (Réalisateur).

En savoir plus

De film en film, Cédric Klapisch a fait du cinéma grand public un terrain de jeu dont il ne cesse de repousser les limites. Passionné de danse, il l’a souvent porté à l’écran comme en témoignent son documentaire sur Aurélie Dupont ou son portrait de quatre chorégraphes (Thiérrée, Schechter, Perez et Pite) à l’Opéra de Paris pour la télévision. C’est donc tout naturellement qu’il signe aujourd’hui En Corps, un film à la fois drôle, enthousiasmant et émouvant sur la reconversion d'une ballerine interprétée par Marion Barbeau, première danseuse dans la grande maison de l’Opéra de Paris. Le film est en salles le 30 mars, l’occasion de revenir avec le réalisateur sur son parcours et son processus créatif.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Au cours de l'entretien, Cédric Klapisch raconte comment est né son amour pour la danse, un art qu'il célèbre dans son dernier film  :

Publicité

"Tous les spectacles de Pina Bausch m'ont absolument marqué, à chaque fois pour des raisons différentes d'ailleurs. Et c'est là où je la trouve génial, c'est que c'est une vraie grande artiste qui a inventé ce côté théâtre-danse comme elle l'appelait" Cédric Klapisch

Un cinéma grand public ambitieux

La Femis lui avait fermé la porte au nez, il est revenu par la fenêtre.  Après des études de cinéma à la Sorbonne Nouvelle, il se forme à l’Université de New York. Le réalisateur souligne combien ses années outre-Atlantique ont compté dans son parcours :

"J'ai vraiment l'impression qu'il y a quelque chose de moi qui s'est forgé dans ces deux années-là, entre 23 et 25 ans. C'est un peu ce que je raconte dans l'Auberge espagnole, c'est que les voyages forment la jeunesse " Cédric Klapisch

De retour en France, Cédric Klapisch s’est fait remarquer en 1989 avec son court métrage “Ce qui me meut” sur Etienne Jules Marey. Depuis, il a aligné des succès sans jamais être là où on l’attend comme en témoigne sa trilogie internationale composée de L'Auberge espagnole, Les Poupées Russes, et Casse-tête chinois qui l’a propulsé sur le devant de la scène. Ses films ont toutefois en commun quelque chose de perecquien tant ils s'attachent tous à révéler l'extraordinaire dans l'ordinaire :

"Mon premier long métrage, c'est un peu la définition de tous ceux qui vont suivre. Même le titre, d'ailleurs. Je pense que tous mes films pourraient s'appeler "Riens du tout"" Cédric Klapisch

À lire aussi : Le programme Erasmus fête ses 30 ans

Du singulier au pluriel

De Riens du tout à En corps, en passant par Chacun cherche son chat ou L'Auberge Espagnole, la plupart des œuvres de Cédric Klapisch sont des films chorals et des comédies générationnelles structurées autour d’une bande de copains, de collègues, ou de voisins. A chaque film, le réalisateur interroge la manière dont les expériences collectives peuvent exister à travers des destins individuels, et inversement.

"Que ce soit "Le Péril jeune", "Un air de famille" ou "L'Auberge espagnole", il y a toujours le rapport d'un individu à un groupe. Comment le rapport de tout ce qui est psychologique à tout ce qui est social ou politique se forge, c'est vraiment ça qui m'intéresse" Cédric Klapisch

Cédric Klapisch s’est bâti une solide réputation de découvreur d’acteurs. Il a été le premier à faire tourner Romain Duris (« Le Péril jeune ») alors qu’il n’avait que dix-huit ans, à choisir Audrey Tautou avant le succès d’« Amélie Poulain », et a révéler Cécile de France, Vincent Elbaz ou encore Kelly Reilly. Le réalisateur s’est ainsi constitué une quasi troupe de comédiens qu’il retrouve au gré des personnages de ses films.

"C'est de l'intuition au début, comme pour le premier film avec Romain Duris "Le Péril jeune". Il y a un moment où il faut faire confiance à une incertitude" Cédric Klapisch

"Le travail est vraiment différent avec chaque acteur" Cédric Klapisch

À lire aussi : Hofesh Shechter : "C’est l’aspect social de la danse qui m’a attiré en premier"

Son actualité :

Sons diffusés pendant l'émission :

- Georges Perec au micro de Jacques Chancel dans l’émission « Radioscopie » sur France Inter le 22/09/1978
- “Santé” de Stromae sur l'album “Multitude” (2022) | Label : UNIVERSAL MUSIC.
- Pina Bausch, en 1990, dans les Nuits Magnétiques, sur France Culture.
- Scène du piano dans The Big Store (1941) des Marx Brothers.

Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Lucile Commeaux
Collaboration
Marie Sorbier
Collaboration
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation