Célie Pauthe
Célie Pauthe
Célie Pauthe - Ishak Ali Anis
Célie Pauthe - Ishak Ali Anis
Célie Pauthe - Ishak Ali Anis
Publicité
Résumé

Alors que sa mise en scène d’“Antoine et Cléopâtre” de Shakespeare est à l’affiche de l’Odéon Théâtre de l’Europe, Célie Pauthe, qui est également directrice du CDN Besançon Franche-Comté, revient avec nous sur son parcours et nous explique les différentes étapes de son travail de metteuse en scène.

avec :

Célie Pauthe.

En savoir plus

Quatre ans après avoir présenté aux Ateliers Berthier de l’Odéon Théâtre de l’Europe sa " Bérénice" de Jean Racine en dialogue avec " Césarée" , le court-métrage réalisé par Marguerite Duras, la metteuse en scène Célie Pauthe revient à l'affiche avec une mise en scène d'"Antoine et Cléopâtre ” de Shakespeare, avec Mélodie Richard dans le rôle-titre de la reine d'Egypte. L'occasion toute trouvée de nous plonger dans les coulisses de son art.

Itinéraire d'une durassienne

Après une maîtrise d’études théâtrales à Paris III, Célie Pauthe se forme à la mise en scène au sein de l’Unité nomade du Conservatoire national de Paris et assiste de nombreux metteurs en scène parmi lesquels Jacques Nichet, Guillaume Devaleau, ou encore Ludovic Lagarde.  C’est auprès de ce dernier qu’elle rencontre Pierre Baux et Violaine Schwartz, deux comédiens avec qui elle fonde une compagnie et monte Comment une figue de paroles et pourquoi de Francis Ponge, sa première création.

Publicité

"J'étais fascinée par les acteurs mais aussi terrorisée par le plateau. Au cours d'un atelier j'ai accompagné mes camarades sans jouer,  cet endroit d'intersection entre un texte et un acteur, cet endroit de circulation du sens, du désir et de l'imaginaire n'a pas cessé de me passionner.

En 2003, Célie Pauthe assume seule le rôle de metteuse en scène pour la première fois avec Quartett de Heiner Müller au Théâtre de la Cité TNT. Depuis, elle a mis en place de nombreuses pièces dans lesquelles elle affirme son goût pour les zones d’ombre de l’âme et poursuit sa recherche sur les difficultés de l’amour. En effet, elle s’est tour à tour intéressée au difficile partage de l’amour à trois dans « Aglavaine et Sélysette » de Maeterlinck ; aux empêchements à l’amour dans « Bérénice » de Racine qu’elle avait mise en dialogue avec Césarée, le court-métrage réalisé par Marguerite Duras ; mais aussi au difficile lien mère-fille dans « Un amour impossible » de Christine Angot ; ou encore à l’incapacité de l’homme à aimer avec « La Bête dans la jungle » de Henry James, pièce à laquelle elle avait adjoint « La Maladie de la mort » de Marguerite Duras, là encore.

"L'amour est une question profondément politique. A travers les relations amoureuses que je mets en scène, je cherche la force d'utopie et de désir qu'elles contiennent, ces pulsions qui font voir d'autres mondes. Avec tout le chaos et le tourment que ça comporte. C'est ce qui me passionne dans ces duos et ces trios amoureux : comment tout ça nous pousse au devant. (...) La fréquentation des oeuvres de Marguerite Duras m'a ouvert les portes vers les héroïnes raciniennes pour qui l'amour a à voir avec le sacré, l'infini et le risque." 

Déterritorialiser le théâtre

Dans plusieurs de ses pièces, Célie Pauthe n’hésite pas à déplacer l’oeuvre pour mettre en mouvement l'interprétation du spectateur. En 2019, elle avait par exemple choisi de replacer La Chauve-Souris, opérette de Strauss, dans le contexte de sa représentation en 1944 dans le camp de Terezin, où quelques-uns des meilleurs musiciens d’Europe se trouvaient emprisonnés par les nazis.

Déterritorialiser le théâtre, telle est aussi l’ambition qu’elle s’est donnée au CDN de Besançon-Franche Comté qu’elle dirige depuis 2013. L’Irak fut le fil rouge de la saison 2018-2019 dont l’objectif était de faire découvrir au public français les nouvelles voix de la création bagdadie. Ce projet au long cours avait débuté avec la présentation Looking for Oresteia, pièce co-mise en scène avec Haythem Abderrazak et qui proposait une version franco-irakienne contemporaine de l'Orestie d'Eschyle.

"En se mariant, Antoine et Cléopâtre vont jusqu’à réunir deux mondes et créent une nouvelle entité politique qui aurait été un grand Empire, peut être qu’il aurait marqué l’Histoire et que ce monde aurait été différent. La bataille d’Actium est une bascule, elle aurait pu sceller un moment historique qui aurait inventé un autre découpage géographique qui nomme aujourd'hui l’Orient et l’Occident. Même dans les rêves échoués il y du présent, de l’espoir et des éclats d’avenir."

Son actualité :

  • Spectacle : "Antoine et Cléopâtre" de William Shakespeare, mise en scène Célie Pauthe, du 13 mai au 3 juin aux Ateliers Berthier, Odéon Théâtre de l’Europe. Avec Guillaume Costanza, Maud Gripon, Dea Liane, Régis Lux, Glenn Marausse, Eugène Marcuse, Mounir Margoum, Mahshad Mokhberi, Mélodie Richard, Adrien Serre, Lounès Tazaïrt, Assane Timbo, Bénédicte Villain, Lalou Wysocka.

Sons diffusés dans l'émission : 

  • Jacques Nichet, émission « A voix nue », 2011
  • Extrait de "Césarée”, court métrage réalisé en 1979 par Marguerite Duras
  • Asmahan "Ya habibi taala elhaani"
Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Lucile Commeaux
Collaboration
Marie Sorbier
Collaboration
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation
Pierre Bouyer
Collaboration