Lea Desandre
Lea Desandre
Lea Desandre ©AFP - Joel Saget
Lea Desandre ©AFP - Joel Saget
Lea Desandre ©AFP - Joel Saget
Publicité
Résumé

Au micro d'Arnaud Laporte, la chanteuse lyrique mezzo-soprano Lea Desandre revient sur le chemin qu’elle s'est tracé en dehors des sentiers battus et sur ses méthodes de travail, à l'occasion de son vibrant album « Amazone » et de son rôle de Cherubino dans Les Noces de Figaro à l'Opéra de Paris.

avec :

Lea Desandre (mezzo-soprano).

En savoir plus

Après une prise de rôle remarquée en 2021 dans Les Noces de Figaro au Festival d'Aix, la mezzo Lea Desandre incarne de nouveau Cherubino à l'Opéra de Paris en janvier, cette fois dans une mise en scène de Netia Jones. En majesté, elle a également signé l’album « Amazone » en septembre chez Erato dans lequel elle exhume un répertoire souvent oublié qui évoque les guerrières qui la fascinent et nous offre des duos avec des invités de marque tels que Véronique Gens, Cecilia Bartoli et William Christie. Deux occasions idéales d’en savoir plus sur sa formation hors normes, son processus créatif, et ses imaginaires peuplés d’amazones.

Une formation empirique

Comme son idole de jeunesse Natalie Dessay, Lea Desandre se rêve d’abord sous les projecteurs en tant que danseuse. Elle se prend toutefois de passion pour la musique classique et fréquente avec assiduité les plus grands opéras grâce aux nombreux tarifs jeunes, de quoi faire naître une nouvelle vocation. Celle-ci ne passera néanmoins pas par les bancs d’un grand conservatoire national, sinon par des expériences professionnalisantes et de terrain. Après des débuts dans le chœur d’enfants de l’Opéra de Paris puis au conservatoire, Lea Desandre étudie en effet à Venise auprès de la grande contralto italienne Sara Mingardo qui la prend sous son aile, lui enseigne son art et l’aide à trouver qui elle est.

Publicité

"La danse m'a beaucoup structurée, c'est une discipline que je continue à pratiquer, d'une certaine manière, au quotidien ; bien que je ne pratique plus la danse physiquement. Cela m'a apporté un cadre, une discipline, une rigueur, une envie de travailler, de faire les choses bien et d'aller jusqu'au bout. Il faut être passionné pour danser et je le suis dans le chant. La danse fait partie de mon histoire et de mon travail."

Un autre des mentors de Lea Desandre, non moins important, fut William Christie qui la repère alors qu’elle a tout juste vingt ans et l’intègre à la septième édition du Jardin des Voix. Une formation rare qui l’initie aux mystères de la musique ancienne, à la perfection du chant baroque, et à la vie de tournée. Elle retrouve par la suite William Christie et l’Académie des Arts Florissants à plusieurs reprises, notamment en 2017 pour chanter la Messagère et l'Espérance dans l'Orphée de Monterverdi au Théâtre de Caen, à la Philharmonie de Paris et à Vienne.

À lire aussi : Natalie Dessay

Une voix versatile

Depuis 2016, la mezzo-soprano a multiplié les prises de rôles. Tantôt Andronico dans Tamerlano à Beaune, Céphie dans Zoroastre à Aix-en-Provence et Versailles, ou Alcione à l’Opéra-Comique, tantôt Amour dans Orphée et Eurydice, Rosina dans Le Barbier de Séville à Rouen et Despina dans Cosi fan tutte à Salzburg, Lea Desandre ne cesse d’élargir son répertoire.

"J'essaie d'aller dans la simplicité de l'émotion du personnage, simplement avec mon instrument, les vibrations que m'offre mon corps lorsqu'il se met à chanter et que cela puisse toucher les personnes qu'ils me voient ou ne me voient pas."

Très à l’aise dans le baroque italien et français, elle ne compte toutefois pas s’y laisser enfermer. En témoigne sa prise de rôle de Cherubino dans Les Noces de Figaro au Festival d'Aix, qui lui a ensuite offert ses débuts à Lausanne, avant de le reprendre en ce moment à l'Opéra de Paris. Elle est également très attachée à la musique de chambre et se produit régulièrement en concert avec Thomas Dunford et son Ensemble Jupiter.

À lire aussi : William Christie, la vie baroque

Sur toutes les scènes

Du Wigmore Hall au Mozarteum Salzburg, en passant par le Walt Disney Concert Hall (LA), le Théâtre des Champs Elysées, l’Opéra de Genève ou le Shanghai Symphony Hall, Lea Desandre chante aux quatre coins du monde. Elle est invitée à se produire auprès de chefs et musiciens prestigieux tels que William Christie, Sir John Elliot Gardiner, Joana Mallwitz, Louis Langrée, Marc Minkowski, Raphaël Pichon, Emmanuelle Haïm, Leonardo Garcia Alarcon … ainsi que des metteurs en scènes renommés : Barrie Kosky, Christopher Loy, Jan Lauwers ou encore Jean-Yves Ruf.

Son succès se mesure également à ses nombreux prix. En 2017, elle est nommée Révélation artiste lyrique aux Victoires de la Musique classique 2017 et est la Lauréate du Prix HSBC, puis reçoit l’année suivante le « Prix Jeune Soliste » des médias francophones publics.

Ses actualités :

  • Opéra: "Les Noces de Figaro" de Mozart, mise en scène Netia Jones, au Palais Garnier, Opéra de Paris, à partir du 19 janvier 2022.
  • Disque  : « Amazone » (sorti en septembre 2021)
  • et toujours disponible chez Erato.

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Scène d'ouverture de La Mélodie du bonheur
  • Extrait de Natalie Dessay
  • Prière aux oiseaux de Barbara Pravi de l'album Les prières (2022) du label UNIVERSAL MUSIC
  • Extrait de répétition des Noces, actuellement à l'affiche de l'Opéra de Paris, Non so piu cosa son
Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Dinah Pedarros
Collaboration
Lucile Commeaux
Collaboration
Marie Sorbier
Collaboration
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation