Lisa Mandel
Lisa Mandel - Lisa Mandel
Lisa Mandel - Lisa Mandel
Lisa Mandel - Lisa Mandel
Publicité

Un humour libre et loufoque, des récits émancipateurs et des enquêtes de terrain devenues des BD, voici quelques traits caractéristiques de l’autrice Lisa Mandel. Au micro d’Arnaud, elle revient revient sur les étapes qui ont jalonné son parcours et nous en dit plus sur ses méthodes de travail.

Avec

On la connaît aussi bien pour Nini Patalo et ses mini pingouins nettoyeurs de frigo que pour ses orgasmiques super-héroïnes ou ses chroniques de l’hôpital psychiatrique. Lisa Mandel est l’autrice déjantée de tout ça et bien plus, mais aussi dernièrement la fondatrice de l’Exemplaire, une maison d’édition en circuit court qui remet l'auteur.e au centre de sa production. Une grande nouvelle qui s’accompagne de la publication de sa BD “Allez les filles ! : 15 tactiques pour dire stop au sexisme” aux éditions Albin Michel Jeunesse. Retour, en sa présence et au micro d’Arnaud Laporte, sur le parcours et les imaginaires d’une artiste exemplaire. 

Pour moi, une bonne BD c'est une BD dont on ne ressort pas indifférent, qui crée une émotion et qui fait réfléchir.

Publicité

Un humour libre et concerné

Entrée dans la BD avec Nini Patalo, une petite fille entourée d’un homme préhistorique décongelé, d’un canard et d’une flopée de mini-pingouins, Lisa Mandel essaime depuis ses délires loufoques et son sens de la dérision dans ses blogs et ses nombreux albums pour les petits comme les grands.  L'autrice revient sur l'aventure avec Nini Patalo ... 

C'est une série que j'affectionne encore énormément et que j'essaie de reprendre sans y arriver parce que je pense que c'était vraiment une époque. Pour moi, c'était un peu comme les dessins qu'on fait en marge de ses cahiers. J'avais l'impression qu'après Nini Patalo, je ferai un vrai truc sérieux. En fait, cette BD-là, c'est celle qui m'a ouvert les portes des professionnels. 

... mais aussi sur Libre comme un poney sauvage, une série autobiographique de bande dessinée tirée de son blog :

Je me suis engouffré dans la vague des blogs BD. Ce blog là, ça a été une nouvelle forme pour moi d'expression qui est passée par les réseaux sociaux, ce que je n'avais pas fait avant. Ca a ouvert la voie à d'autres projets par la suite, notamment plus réalistes, qui se situaient plus dans le réel. 

En 2015, elle co-fonde avec Julie Maroh le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, un mouvement de protestation contre la marginalisation des autrices. Son engagement pour la cause LGBT imprègne ses ouvrages tels que Super Rainbow ou encore Esthétique et filatures co-signé avec la dessinatrice Tanxxx. 

La BD à l'épreuve du réel

Lisa Mandel met également la bande dessinée à l’épreuve du réel dans des albums à la croisée du reportage et de la sociologie. Elle s’est notamment penchée sur l’univers de l’hôpital psychiatrique, elle raconte : 

Pour moi, le moment où j'ai eu un virage dans ma carrière, c'est vraiment quand j'ai fait HP. 

C'est parti d'une envie qui était très ancienne de faire des chroniques sur les récits que me racontaient mes parents en rentrant de l'hôpital le matin, parce qu'en plus ils travaillaient la nuit. Quand ils me parlaient de leurs souvenirs, c'était tellement incroyable que je m'étais dit assez naïvement que j'allais faire une histoire de fou et ça allait être trop marrant. Sauf qu'en fait, quand ils ont commencé à me raconter les choses, il y avait une profondeur et une gravité qui a fait que l'histoire allait beaucoup plus loin que ça et que je me suis rendue compte que dans les années 70, pour ne pas parler d'époques plus récentes, on était dans une maltraitance systémique. […] Sans le savoir, j'ai fait de la sociologie, complètement instinctivement et sans avoir aucune base. 

L'autrice s'est également intéressée aux rapports que les enfants entretiennent avec les présidentielles, ou encore sur le quotidien des migrants de la Jungle de Calais. Pour cette dernière enquête, Lisa Mandel s’est associée à Yasmine Bouagga, une sociologue avec laquelle elle a également crée « Sociorama », une collection de BD sociologiques chez Casterman : 

Rendre lisible au plus grand nombre des enquêtes sociologiques qui souvent sont cantonnées au registre de la littérature spécialisée et qui ont parfois peu d'audience alors que les sujets sont passionnants, c'est super. Après, ce qui m'a le plus épanoui, c'est vraiment cette enquête de terrain en binôme avec Yasmine Bouagga parce qu'elle a amené toute la rigueur scientifique. 

Elle avait toute une façon de fonctionner qui a aidé ma créativité à s'exprimer et qui surtout a aidé le livre à avoir une profondeur et une cohérence qu'il n'aurait jamais eu sans cette rigueur scientifique. Elle, de son côté, elle était très contente parce que ça a donné de la sensibilité, de l'humanité et de l'affectif là où un sociologue est parfois obligé de se mettre en retrait pour raconter des faits. 

Le Cours de l'histoire
52 min

De l'autofiction à l'autoédition 

Maîtresse dans l’art de l’autodérision, Lisa Mandel a récemment signé « Une année exemplaire », sorte de performance issue d’une prise de conscience à l’égard de ses addictions en juin 2019. Telle une Moïse de la bande dessinée, l’autrice s’est s’astreinte à respecter durant douze mois les « vingt commandements » rédigés de sa main afin de conquérir une vie saine. Une planche par jour est venue chaque jour s'ajouter sur son Instagram afin de nous raconter les victoires et les déboires de son marathon. 

L'objectif de départ était un peu multiple. J'avais envie de faire l'expérience de l'auto édition. Deuxièmement, il me fallait un sujet. Et troisièmement, il se trouvait que, comme d'habitude, je ne me sentais pas bien dans mes baskets, je n'étais pas du tout contente de moi. 

Évidemment, j'ai raté mon objectif, mais en même temps, je l'ai réussi, c'est à dire que j'ai réussi à faire une page par jour. C'est devenu un sacerdoce et une performance au fur et à mesure du temps. [...] J'ai fini ce bouquin en me rendant compte que j'avais meilleur temps d'accepter mes névroses, mes travers, et de réinvestir mon énergie dans des choses plus constructives que l'autoflagellation. 

De cette aventure, Lisa Mandel a moins tiré un équilibre chimérique qu’une folle idée : celle de s’auto-éditer. Grâce à un site de financement participatif qu’elle a mis en place, elle parvient à autoéditer ses aventures en album. Un premier exploit duquel a découlé l’idée de fonder une maison d’édition alternative baptisée « Exemplaire », sorte de structure hybride entre autoédition et maison classique qui assurerait une meilleure répartition des droits d’auteur.e.s. 

C'est passionnant de découvrir les autres facettes de la chaîne du livre. [...] Je pense qu'aujourd'hui, il y a des alternatives qui doivent être trouvées ou cherchées en tout cas à l'espèce de dépression qui s'est lentement emparée du milieu de la BD, de la communauté dont moi je me sens membre à part entière et qui me touche. Du coup, j'ai décidé de monter une maison d'édition pour proposer un autre système de redistribution des pourcentages et des droits du livre. 

Le Rayon BD
28 min

Son actualité : Lisa Mandel a fondé la maison d’édition Exemplaire et signe la BD “Allez les filles ! : 15 tactiques pour dire stop au sexisme” aux éditions Albin Michel Jeunesse. 

L'équipe