Pierre et Gilles : "On ne travaille pas à deux mais à trois, à quatre, avec nos modèles"

Pierre et Gilles, "Les gopniks français (autoportrait)", 2021, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, 161,5 × 112,5 CM
Pierre et Gilles, "Les gopniks français (autoportrait)", 2021, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, 161,5 × 112,5 CM - © Pierre et Gilles
Pierre et Gilles, "Les gopniks français (autoportrait)", 2021, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, 161,5 × 112,5 CM - © Pierre et Gilles
Pierre et Gilles, "Les gopniks français (autoportrait)", 2021, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, 161,5 × 112,5 CM - © Pierre et Gilles
Publicité

Depuis plus de 40 ans, Pierre et Gilles ont développé une œuvre à quatre mains - décors sophistiqués, photographies, peintures - ils expliquent, le temps d'un entretien au long cours avec Arnaud Laporte, les méthodes de travail qu'ils utilisent pour sublimer stars et anonymes.

Avec

Pierre Commoy naît en 1950 à La Roche-Sur-Yon, Gilles Blanchard au Havre en 1953. Mondialement connus, ils développent depuis 1976 une œuvre à quatre mains entre peinture et photographie. Leurs tableaux mettent en scène leurs proches, anonymes ou célèbres, dans des décors sophistiqués construits grandeur nature en atelier. Une fois la photographie tirée sur toile, commence un méticuleux travail de peinture. Ces créateurs d’images ont constitué une iconographie singulière explorant la frontière entre l’histoire de l’art et culture populaire. À chaque nouvelle exposition, ils créent un nouvel autoportrait, témoignant du temps et du contexte de l'art dans le monde. En effet, dans leur dernier autoportrait ils se sont représentés en gopniks, ces « racailles russes », et ils sont exposés en face de leurs portraits de réfugiés ukrainiens.
À l'occasion de leur exposition à la Galerie Templon, Arnaud Laporte reçoit ce soir ce duo d'artistes pour évoquer leur processus de création.

Une oeuvre commune

"Notre première œuvre commune était inspirée des Photomatons. C'étaient des grimaces et c'était sur des formes très colorées, des aplats et comme on avait été déçus des couleurs du tirage, c'est à ce moment-là que Gilles a pensé à raviver leurs couleurs. À l'époque punk, c'était la grande mode de faire des Photomatons, tous nos amis faisaient des Photomatons et les accrochaient sur leur perfecto avec des épingles à nourrice." Pierre & Gilles

Publicité

"Je n'étais pas très sûr de moi, J'avais envie de quelqu'un à côté de moi pour travailler. Quand on s'est rencontré, on était tellement content du résultat, de ce qu'on avait fait qu'on a eu envie de continuer à travailler ensemble.[…] J’avais toujours été fasciné par le pop art, entre peinture et photo." Gilles

Une place pour le religieux

Leurs nombreux voyages les ont beaucoup inspirés, notamment l'Inde : "Il y a eu le cinéma, le Bollywood, tous ces films. Et puis il y a eu le côté religieux qu'on a redécouvert en Inde. On était très surpris de Sainte-Thérèse de Lisieux, très colorée au milieu d'une place d'un petit village, de voir des Saint-Sébastien. C'est après ce voyage qu'on a eu envie de retrouver la religion, qu'on avait mise un peu de côté." Pierre

Pierre et Gilles, "Le baiser de Judas", 2022, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, 171 x 130 cm, Courtesy Templon.
Pierre et Gilles, "Le baiser de Judas", 2022, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, 171 x 130 cm, Courtesy Templon.
- © Pierre et Gilles

"Les images sacrées faisaient partie de mon univers, c'était mon éducation. J'étais enfant de choeurs car mes parents étaient très croyants. Quand j'étais petit, je ne sais pas si j'étais croyant, mais j'y croyais quand même. La messe m'ennuyait énormément alors je regardais les vitraux, les crucifix, c'est les images qui m'intéressaient toujours, les images religieuses, les images de saints." Gilles

Poser des regards bienveillants

"Nos photos sont très colorées avec des jolies fleurs, mais tout est dans le visage, il y a quelque chose d'étrange, peut-être une inquiétude. Ça pose des questions sur qui on est, sur la solitude, car on est toujours seuls quelque part. Donc il y a toute cette interrogation dans un monde de calme idyllique, mais en même temps, on se protège, on est fragile." Gilles

"Quand je regarde tous les gens, je n'apporte pas de jugement. Vraiment. On peut aussi bien faire une image d'un noyau que d'un saint, que ce soit une grande star ou un inconnu, c'est pareil." Pierre

Pierre et Gilles, "Celui qui écrit avec son coeur", 2021, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, Courtesy Templon.
Pierre et Gilles, "Celui qui écrit avec son coeur", 2021, photographie imprimée par jet d'encre sur toile et peinte, Courtesy Templon.
- © Pierre et Gilles

De la photo au tableau...

"Avant de prendre la photo, je donne pas mal d'indications, c'est assez précis parce que le décor est construit en fonction d'objectifs, donc c'est vraiment des petits détails. La main un peu plus haute, un peu plus basse. On attend une surprise, une émotion. Ça vient doucement." Pierre

Après le tirage sur toile, la photographie est mise sur châssis. "Je repeins sur la toile avec de la peinture acrylique au pinceau, j'utilise un peu de l'aérographe quelque fois, et tout est peint comme ça, jusqu'au cadre qu'on fabrique. C'est très important aussi les cadres, ça c'est un travail à deux qui prolonge l'image." Gilles

Leurs actualités :

Exposition : « Les couleurs du temps », du 10 novembre au 30 décembre à la Galerie Templon. A cette occasion, un catalogue avec un texte de Paul B. Preciado et un entretien d’Édouard Louis est publié aux Éditions Galerie Templon.

Présentation de la Galerie Templon : "Dans une scénographie conçue avec soin, Pierre et Gilles présentent les travaux réalisés au cours des trois dernières années. Leurs tableaux, tous uniques, sont exécutés avec minutie dans l’intimité de l’atelier à partir de décors grandeur-nature construits sur mesure. Après la séance de pose photo, orchestrée par Pierre, suit un lent travail de peinture à la main directement sur le tirage sur toile, réalisé par Gilles. Le résultat, une peinture-photographique artisanale et ambiguë, propose une vision du monde à la fois enchantée et troublante, où la sensualité des couleurs transfigure chaque sujet."

Les autres expositions :
- L’exposition des Années 80 au MAD
- L’exposition de Michael Poivert à Montpellier
- L’exposition de Thierry Mugler au Brooklyn Museum

Sons diffusés lors de l'émission :

- Archive du photographe Édouard Boubat sur France Culture, en 1980.

- L’artiste plasticienne Annette Messager, dans « Affaires Culturelles » le 19/05/2021.

- Les artistes Gilbert et Georges, au micro d’Arnaud Laporte et d’Éric Troncy, à Londres, en 2007.

- Le choix musical de Pierre et Gilles : “Lonely Day” de Lësterr - EP “Summer Woe” (2020) - Label Bordel

L'équipe