Scholastique Mukasonga
Scholastique Mukasonga ©AFP - Patrick Kovarik
Scholastique Mukasonga ©AFP - Patrick Kovarik
Scholastique Mukasonga ©AFP - Patrick Kovarik
Publicité

Scholastique Mukasonga, écrivaine d'origine rwandaise, écrit depuis presque vingt ans sur les pages les plus sombres de l'histoire du pays des mille collines. Elle signe récemment “Sister Deborah” chez Gallimard.

Avec

On a découvert son parcours et sa plume percutante et poétique en 2006 avec la parution de son premier livre, “Inyenzi ou les Cafards”, dans lequel elle racontait son enfance persécutée dans les années 1960 parmi les déportés Tutsis, la lutte pour préserver la vie au milieu du chaos, mais aussi les massacres annonciateurs du génocide dès les premières années de l’indépendance en 1962. Née à Gikongoro, au sud-ouest du Rwanda, Scholastique Mukasonga se revendique de tradition orale mais est venue à la littérature par nécessité de témoigner.

De livre en livre, elle offre des "tombeaux de papiers" à tous ses proches assassinés autant qu’elle restitue l’atmosphère d’une époque de terreur et nous révèle de nouvelles pages de l’histoire rwandaise. Dans Kibogo est monté au ciel, paru chez Gallimard en 2020, roman épique et curieusement drôle, sur un sujet qui ne l’est pas, la romancière nous racontait la conversion forcée du Rwanda, son évangélisation. Avec Sister Deborah, qu’elle signe aujourd’hui chez Gallimard, Scholastique Mukasonga revient sur cette histoire de la conversion au christianisme dans l’Afrique de l’Est, mais à partir de la figure de la prophétesse et thaumaturge Sister Deborah. L’occasion de nous plonger dans quelques moments clés de son parcours et d’en apprendre plus sur son processus créatif.

Publicité

La lecture avant l'écriture : “Le comte de Monte-Cristo”, son premier refuge

"C'était mon seul livre. Je le lisais le dimanche, après la messe, puisque je n'avais pas de famille, contrairement à mes camarades qui étaient Burundais. Il y avait une petite forêt d'eucalyptus derrière l'école d'assistante sociale donc je prenais mon livre que j'avais enveloppé dans un petit tissu et j'allais m'asseoir sous un arbre pour lire. Ce qui m'a séduit, qui me faisait revenir dans le livre, c'est que quand Edmond Dantès se trouvait dans son château d'If, en prison, son rêve absolu était de pouvoir trouver le moyen de revenir chez lui. Et ça, c'était aussi mon rêve, de revenir chez moi. Je ne cherchais pas le trésor, je voulais juste retrouver le chemin qui me ramènerait chez moi. Au bout du compte, j'ai trouvé le trésor : l'écriture." Scholastique Mukasonga

Les Nuits de France Culture
3h 04

Ecrire pour sauver la mémoire

"Le génocide arrive en 1994. Ça faisait vingt ans que j'étais partie et j'avais oublié que j'avais la mission d'être la mémoire de la famille. Mais à partir du 7 avril 1994, malheureusement, cette mission devenait réalité. Je devais absolument trouver un moyen d'être à la hauteur et il n'y avait pas d'autre solution que l'écriture. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à écrire, mais pas dans l'intention de publier. Je faisais comme Primo Levi, j'écrivais sur tout ce qui tombait sous ma main. […] A ce moment-là, vous avez une angoisse permanente. Vous vous dites que la mémoire va s'effacer et, si la mémoire s'efface, pourquoi j'aurais été survivante ? J'aurais failli à la mission que mes parents m'ont confiée" Scholastique Mukasonga

"Je n'avais le devoir d'écrire qu'un seul livre. Ça n'aurait été que 'Inyenzi ou les cafards', je m'arrêtais là parce que c'était le tombeau de papier. La difficulté des génocides c'est que vous avez les morts sans corps et sans sépulture. Il fallait donc que je trouve une sépulture. Mais après, quand j'ai pu publier, faire des rencontres avec mes lecteurs, que j'ai pu être invitée par les journalistes et parler, sortir la souffrance qui a été enfermée en moi, je me suis rendu compte à quel point l’écriture est la meilleure des thérapies. Elle m’a donné des forces et le droit de vivre" Scholastique Mukasonga

LSD, la série documentaire
53 min

"Sister Deborah", son dernier livre

Après Kibogo est monté au ciel, l'avant-dernier livre de Scholastique Mukasonga, paru chez Gallimard en 2020, Scholastique Mukasonga revient sur le sujet de l'évangélisation du Rwanda dans Sister Deborah, son dernier livre. Au cours de l'entretien, elle nous explique pourquoi :

"Je n'ai pas fini avec ce sujet parce que c'est le nœud même de ce qui nous est arrivé. Ce n'est pas la colonisation en tant que colonisation qui a fait les dégâts au Rwanda, c'est le christianisme, pour la simple raison que l'administration coloniale a tout confié à l'Église" Scholastique Mukasonga

"Mon livre se trouve au carrefour des utopies et les utopies sont toujours vouées à l'échec. Mais quelque part, c'est aussi un livre où il y a de l'espérance. Parce que s'il y a 1000 ans de bonheur et puis, après rien, il n'y a plus rien à attendre. Est-ce que c'est un bonheur, ça ? Donc, de toute façon, il faut toujours attendre" Scholastique Mukasonga

Mécaniques du complotisme
1h 58

Ses actualités :

  • Roman : Sister Deborah de Scholastique Mukasonga a paru le 6 octobre 2022 chez Gallimard, collection Blanche.
    Présentation de l'éditeur :
    "Les années 1930 voient, dans toute l’Afrique de l’Est, un vaste mouvement de conversion au christianisme. Une vague de réveils évangéliques parcourt l’Ouganda et le Kenya. Au Rwanda, les pères blancs célèbrent la 'tornade du Saint-Esprit'. Des Afro-Américains y fondent une mission évangélique. Le révérend Marcus prêche la venue imminente d’un sauveur noir. Mais Sister Deborah, prophétesse et thaumaturge, proclame que le Messie sera une Femme noire : "Mille ans de bonheur pour les femmes après des milliers d’années de malheur !" 
    Les femmes entrent en grève, les troubles se répandent, vite réprimés par les troupes coloniales. Sister Deborah disparaît, des légendes naissent, on la croit morte et réincarnée. Ikirezi, une enfant malingre qu’elle a autrefois guérie, devenue miss Jewels, une brillante universitaire, part sur ses traces. Elle la retrouve à Nairobi sous le nom de Mama Nganga. Hélas, Mama Nganga sera peu après brûlée vive au cours d’émeutes anti-sorcellerie. Miss Jewels se lance dans une nouvelle enquête sur les circonstances de cette mort, qui va la mettre en péril. Va-t-elle suivre de mystérieuses matrones et accepter de mettre au monde la Messie attendue ? Ou préférer accoucher d’un livre pour annoncer le renouveau des mouvements féministes radicaux ?"
  • Scholastique Mukasonga est jurée du Prix Fémina.
  • Son roman "Kibogo est monté au ciel" (paru en 2020 dans la collection Blanche chez Gallimard puis en avril 2022 en Folio) a été traduit en anglais et sélectionné dans la  2022 National Book Awards Longlist for Translated Literature.

Découvrez son site ici

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Extrait du roman d'Alexandre Dumas, Le comte de Monte-Cristo, lu par Guillaume Gallienne dans l'émission "Ça peut pas faire de mal", sur France Inter le 11/07/2015.
  • Extrait du JT d'Antenne 2, le 7 avril 1994, jour de la mort des présidents du Rwanda et du Burundi.
  • "dontyoufeel5s" de Noah Klein, sur le label Cascade Records.

L'équipe