Sibylle Grimbert
Sibylle Grimbert - Céline Nieszawer
Sibylle Grimbert - Céline Nieszawer
Sibylle Grimbert - Céline Nieszawer
Publicité

Alors que son onzième roman, “Le Dernier des siens”, est en lice pour plusieurs prix littéraires, Sibylle Grimbert vient se raconter le temps d'un entretien au long cours, en acceptant de lever le voile sur ce qui nourrit son œuvre et sur ses méthodes de travail.

Avec

De livre en livre, la romancière Sibylle Grimbert tisse une œuvre singulière qui explore aussi bien les identités incertaines que les névroses familiales et l’hypocrisie sociale. Autant de thèmes posés dès son premier roman, Birth Day, paru en 2000, et qu’elle continuera à creuser par la suite, du Centre de gravité paru en 2002 à Avant les singes en 2016. En 2018, elle s’est offert une escapade du côté de l’horreur avec La Horde, avant de revenir en cette rentrée littéraire avec un nouvel opus d’un tout autre genre, Le Dernier des siens, aux éditions Anne Carrière, qui nous raconte la sixième extinction du vivant à travers l'expédition malheureuse qui mena le dernier des grands pingouins de l'Arctique à sa funèbre destination. L’occasion de nous immerger dans la fabrique de ses récits, mais aussi dans son travail d’éditrice pour la maison Plein Jour, spécialisée dans la non-fiction littéraire, qu’elle a fondé avec Florent Georgesco en 2013.

Les Curieuses histoires du Muséum
7 min

Trouver sa place, dans la vie comme dans la fiction

"Si on doit trouver un point commun à mes livres, ce serait un effet de stupéfaction de mes personnages devant ce qui les entoure, devant la réalité, avec une tentative plus ou moins réussie de décrypter et de comprendre ce qui se passe autour d'eux. Dans tous les endroits où j'ai travaillé, j'ai toujours été un peu étonné de me retrouver là, avec le sentiment de ne jamais réussir à être douée comme il le faudrait" Sibylle Grimbert

Publicité

"Je pense que le mouvement du Nouveau Roman était très bien pour moi, jeune fille, pour me donner le courage d'écrire. Ça me paraissait accessible. En revanche, c'est quelque chose dont je me suis ensuite totalement défaite. Mes deux premiers livres ne sont pas ceux que je retiendrai le plus de mon œuvre. C'était quelqu'un qui avait vraiment envie d'écrire, envie que les livres existent, mais qui, même au moment où ils sortaient, était un peu en décalage" Sibylle Grimbert

"Je suis incapable de ne pas écrire chronologiquement. Je commence toujours à la première page et tant que les trois premières ne sont pas faites, je ne peux pas avancer. […] C'est quand je m'approche de la fin que je sais la forme que ça va prendre" Sibylle Grimbert

Gitta Sereny, un phare de Plein Jour

L'autrice britannique Gitta Sereny, qui faisait des enquêtes fondées sur la parole des gens, souvent autour d’anciens nazis, est une des figures tutélaires de Plein Jour, la maison d'éditions cofondée par Sibylle Grimbert et Florent Georgesco en 2013. A propos de l'autrice, Sibylle Grimbert nous dit :

"Gitta Sereny obtient des vérités sur le cœur humain et sur sa variété que je trouve absolument formidable. Je pense que personne n'a parlé du mal absolu, à savoir les anciens nazis, avec autant de rigueur, de condamnation, mais en même temps, en considérant bien que c'est un être humain qui vous parle, que ce n'est pas le diable qui vient se réincarner devant vous. Et par ailleurs, pour l'avoir édité, donc avoir regardé de très près, elle construit ses livres d'une façon génialissime. Même si ça n'était que du verbatim, elle varie les points de vue de façon prodigieuse" Sibylle Grimbert

À réécouter : L’enquête et l’aveu
Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties
29 min

Le dernier des siens, une épopée en eaux troubles

"Je savais que j'allais parler du dernier grand pingouin, donc de ce sentiment d'avoir un animal unique. Mais petit à petit, je me suis aperçue que je ne savais pas ce que mon personnage savait. Et ça, je dois dire que ça m'a vraiment intéressé. J'ai donc cherché ce qu'un homme de 1835/1840 sait sur les extinctions et sur la nature de la Terre : très peu. Alain Corbin avait fait un livre là-dessus, "Une histoire de l'ignorance" (2020), et je trouve qu'en fait, cette histoire de l’ignorance est presque aussi excitante que l'histoire de ce que l'on sait." Sibylle Grimbert

La Grande table idées
33 min

Son actualité :

  • Roman : “Le dernier des siens”, de Sibylle Grimbert, a paru chez Anne Carrière
    Présentation de l'éditeur :

"1835. Gus, un jeune zoologiste, est envoyé par le musée d’histoire naturelle de Lille pour étudier la faune du nord de l’Europe. Lors d’une traversée, il assiste au massacre d’une colonie de grands pingouins et sauve l’un d’eux. Il le ramène chez lui aux Orcades et le nomme Prosp. Sans le savoir, Gus vient de récupérer le dernier spécimen sur terre de l’oiseau. Une relation bouleversante s’instaure entre l’homme et l’animal. La curiosité du chercheur et la méfiance du pingouin vont bientôt se muer en un attachement profond et réciproque. Au cours des quinze années suivantes, Gus et Prosp vont voyager des îles Féroé vers le Danemark. Gus prend progressivement conscience qu’il est peut-être le témoin d’une chose inconcevable à l’époque : l’extinction d’une espèce. Alors qu’il a fondé une famille, il devient obsédé par le destin de son ami à plumes, au détriment de tout le reste. Mais il vit une expérience unique, à la portée métaphysique troublante : qu’est-ce que veut dire aimer ce qui ne sera plus jamais ? À l’heure de la sixième extinction, Sibylle Grimbert interroge la relation homme-animal en convoquant un duo inoubliable. Elle réussit le tour de force de créer un personnage animal crédible, de nous faire sentir son intériorité, ses émotions, son intelligence, sans jamais verser dans l’anthropomorphisme ou la fable. Le Dernier des siens est un grand roman d’aventures autant qu’un bouleversant plaidoyer dans un des débats les plus essentiels de notre époque".

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Gitta Sereny dans Inter actualités de 13H00 (France Inter) en 1993.
  • Barry Sisters - "Bei mir bisti sheyn", chanson yiddish populaire de 1932, single sorti en 1947 sur le label Banner Records.

L'équipe