Valérie Belin - Frédéric Stucin
Valérie Belin - Frédéric Stucin
Valérie Belin - Frédéric Stucin
Publicité
Résumé

Depuis les années 1990, la photographe Valérie Belin scrute les stéréotypes et les canons de son regard distancié. Au micro d’Arnaud Laporte à l’occasion de son exposition à la Galerie Obadia, elle revient sur les évolutions de son langage plastique et sur son processus créatif.

avec :

Valérie Belin (Artiste plasticienne et photographe).

En savoir plus

Valérie Belin, photographe plasticienne dont la virtuosité trouble les frontières entre l’humain et l’inhumain, se distingue pour la puissance et la cohérence de sa ligne visuelle. Elle expose Modern Royals du 24 mars à 14 mai 2022 à la Galerie Obadia, l’occasion de nous plonger dans les coulisses de ses œuvres le temps d’un entretien en sa présence.

« Par les superpositions, cette série est très proche du mythe de Narcisse, qui se noie dans sa propre image. Il y a un aspect de confort ménager, urbain, qui aurait mal tourné et serait devenu destructeur, absorbant, noyant le personnage dans les surimpressions. » Valérie Belin

Publicité

Inquiétantes étrangetés

Qu’il s’agisse de bodybuilders, de sosies de Michael Jackson, de mariées Marocaines, de mannequins de chair et mannequin de celluloïd,  les photographies de Valérie Belin mettent en lumière les stéréotypes, instillent le doute, et réinventent le trompe-l’œil. Formée sur les bancs des Beaux-Arts Bourges, la photographe s’interroge depuis le début des années 1990 sur le corps à partir de l’objet, et plus particulièrement de la lumière qui traverse sa matière. L’apparition en 1999 de la figure humaine dans son travail a ensuite orienté ses recherches sur les questions existentielles et identitaires de l'être.

« Toutes ces personnes-là voulaient adhérer à une seule et même chose : l'idée de beauté. Que ce soit Micheal Jackson et ses sosies, les transsexuels, ou les bodybuilders, tous voulaient être beaux, chacun selon leurs stéréotypes de beauté. Tout tourne autour de ce diktat de l'image, de la notion de beauté. » Valérie Belin

« Ce qui m'intéresse c'est de montrer des gens qui sont toujours dans un processus de vouloir adhérer à une image préconçue d'eux-mêmes. Je photographie des personnes qui sont déjà des images, qui veulent se conformer à un stéréotype. Mais ça cloche, ça ne marche pas. » Valérie Belin

Portrait of June (Modern Royals) (20110601), 2020
Portrait of June (Modern Royals) (20110601), 2020
- © Valérie Belin Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles

Une photographie mutante

En 2006, l’introduction de la couleur dans son travail a accentué la déréalisation de ses sujets, et par là le trouble des regardeurs. Autre mutation : celle de son passage au numérique en 2010 qui a occasionné le déplacement de l’artificialité de ses photographies de l’illusion au cyberespace. Exit les statues et les mannequins, place aux êtres robotiques, aux avatars publicitaires et aux cyborgs. Par le feuilletage d’image et l’emprunt aux codes des comics, des graffitis et de la peinture, Valérie Belin s’inscrit dans une veine davantage abstraite et futuriste et produit des images quasi vectorielles.

« Grâce à la précision de cet outil, je pouvais finalement travailler la chromie de mes images avec un côté non réaliste, non naturaliste et modifier les couleurs de mon image initiale. Ce qui fait qu'on a presque l'impression dans mes photographies, qu'elles sont toujours en noir et blanc et que je les colorie en quelque sorte. » Valérie Belin

Portrait_of_Gaby (Modern Royals), 2020
Portrait_of_Gaby (Modern Royals), 2020
- © Valérie Belin Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles

Son actualité :

Exposition Modern Royals du 24 mars à 14 mai 2022 à la Galerie Obadia.

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Archive de Clément Chéroux au sujet de Walker Evans, extraite de l’émission L’invité culture de la matinale diffusée sur France Culture le 29/04/2017.
  • « Intro » de Yellow Days dans l’album « Harmless Melodies » (2017) | Label : Good Years
  • Archive de Hans Bellmer extraite de l’émission Les jeudis de l’expo diffusée sur France Culture le 07/01/2010.
Références

L'équipe

Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Arnaud Laporte
Production
Anouk Minaudier
Collaboration
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Lucile Commeaux
Collaboration
Marie Sorbier
Marie Sorbier
Marie Sorbier
Collaboration
Boris Pineau
Boris Pineau
Boris Pineau
Collaboration
Aïssatou N'Doye
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation