Des policiers utilisent des canons à eau alors qu'ils affrontent des jeunes nationalistes dans le quartier de Springfield Road, à Belfast, le 8 avril 2021
Des policiers utilisent des canons à eau alors qu'ils affrontent des jeunes nationalistes dans le quartier de Springfield Road, à Belfast, le 8 avril 2021
Des policiers utilisent des canons à eau alors qu'ils affrontent des jeunes nationalistes dans le quartier de Springfield Road, à Belfast, le 8 avril 2021 ©AFP - Paul Faith
Des policiers utilisent des canons à eau alors qu'ils affrontent des jeunes nationalistes dans le quartier de Springfield Road, à Belfast, le 8 avril 2021 ©AFP - Paul Faith
Des policiers utilisent des canons à eau alors qu'ils affrontent des jeunes nationalistes dans le quartier de Springfield Road, à Belfast, le 8 avril 2021 ©AFP - Paul Faith
Publicité
Résumé

Comment le Brexit a-t-il fait ressurgir les douleurs profondes qui tendent l'Irlande du Nord, en prise à des émeutes depuis plusieurs jours ?

avec :

Emma Bell (Professeure en civilisation britannique, Université Savoie Mont Blanc), Iain Begg (Enseignant-chercheur attaché à l'Institut européen de la London School of Economics.), Agnès Maillot (Professeure à l’Université de Dublin (Dublin City University)), Christophe Gillissen (professeur de civilisation britannique et irlandaise à l'Université de Caen Normandie).

En savoir plus

Le brasier était mal éteint, et ceux qui se préoccupent des temps longs de l’histoire le pressentaient. En Irlande du Nord, dans la capitale Belfast et d’autres villes de la province, la violence a ressurgi tout au long de la semaine – incendies de bus et de voitures, cocktails Molotov, affrontements entre manifestants, souvent très jeunes, et policiers – une cinquantaine de blessés. 

Protocole singulier 

Un triste rappel des troubles, les Troubles sanglants qui pendant 30 ans, jusqu’aux accords du Vendredi Saint en 1998 et au prix de 3.500 morts, ont opposé catholiques républicains et protestants unionistes – ceux-là même qui aujourd’hui protestent contre le protocole singulier imposé par le Brexit, avec une frontière douanière en mer d’Irlande, séparant symboliquement et économiquement la province de la métropole. 

Publicité

Contrôles et paperasseries ralentissent les approvisionnements, Bruxelles exige le respect du traité. La pandémie, la pauvreté, la criminalité pèsent à Belfast sur un système politique qui ne satisfait plus personne sans que Londres, jusqu’ici, s’en émeuve. En cette année anniversaire du centenaire de la République d’Irlande et de la création de la province britannique, les tourments du passé agitent les mémoires. 

Comment éviter l’engrenage des violences, quels sont les rapports de force entre les communautés, comment évoluent-ils ? Les effets pervers du Brexit peuvent-ils être corrigés? Quelles réactions à Londres, mais aussi à Dublin ? Les partisans d’une réunification ont-ils le vent en poupe, qui en paierait le prix financier et politique ? Pourquoi, de l’Ulster à l’Ecosse, ces pulsions centrifuges au sein d’un Royaume-Uni endeuillé depuis hier par la disparition du prince Philip ?

Christine Ockrent reçoit Agnès Maillot, professeure à l’Université de Dublin, autrice de "L'IRA et le conflit nord-irlandais » (Presses Universitaires de Caen, 2018)

Iain Begg, enseignant-chercheur attaché à l'Institut européen de la London School of Economics 

Emma Bell, professeure en civilisation britannique à l’Université de Savoie Mont-Blanc, autrice d’un ouvrage sur le gouvernement de coalition britannique intitulé « Soft power and Freedom Under the Coalition » (Palgrave, 2015) 

Christophe Gillissen, professeur de civilisation irlandaise à l'Université de Caen Normandie, auteur d’un article sur "L'Irlande et le Brexit" dans la revue Politique internationale (2018)

Références

L'équipe

Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Hugo Boursier
Collaboration