Des soldats israéliens montent la garde après avoir tiré des fusées éclairantes au-dessus de la ville de Metula, dans le nord du pays, près de la frontière avec le Liban, le 14 mai 2021
Des soldats israéliens montent la garde après avoir tiré des fusées éclairantes au-dessus de la ville de Metula, dans le nord du pays, près de la frontière avec le Liban, le 14 mai 2021
Des soldats israéliens montent la garde après avoir tiré des fusées éclairantes au-dessus de la ville de Metula, dans le nord du pays, près de la frontière avec le Liban, le 14 mai 2021 ©AFP - Jalaa MAREY
Des soldats israéliens montent la garde après avoir tiré des fusées éclairantes au-dessus de la ville de Metula, dans le nord du pays, près de la frontière avec le Liban, le 14 mai 2021 ©AFP - Jalaa MAREY
Des soldats israéliens montent la garde après avoir tiré des fusées éclairantes au-dessus de la ville de Metula, dans le nord du pays, près de la frontière avec le Liban, le 14 mai 2021 ©AFP - Jalaa MAREY
Publicité
Résumé

Alors que les morts et les blessés s'accumulent en Israël depuis une semaine, le spectre de la guerre civile hante les esprits. Jusqu'où peuvent aller les affrontements ?

avec :

Fatiha Dazi-Héni (Chercheuse en sciences politiques à l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (IRSEM), spécialistes des questions de sécurité dans le Golfe), Leïla Seurat (Chercheuse associée au Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions pénales (CESDIP) et à l’Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans (OMAM)), Vincent Lemire (directeur du Centre de Recherche Français à Jérusalem), Denis Charbit (professeur de science politique à l'Open University d'Israël).

En savoir plus

Ce samedi, l’État d’Israël célèbre son 72ème anniversaire, et les Palestiniens pleurent la Naqba, la catastrophe, la journée de la terre perdue. 

Conflit négligé

Des jets de pierre aux tirs de roquettes, de Jérusalem à Gaza, des affrontements sur l’esplanade des mosquées aux lynchages de rue à Lod, une ville de l’intérieur aux communautés mélangées, l’escalade s’accélère depuis lundi dernier, le décompte des morts et des  blessés s’alourdit, et le conflit israélo-palestinien ressurgit, ce conflit étouffé, oublié, négligé qui périodiquement n’a cessé d’ensanglanter le Moyen Orient. 

Publicité

Pourquoi ce paroxysme, et pourquoi  maintenant ? Convergence d’intérêts entre deux ennemis déclarés, Benjamin Netanyahou d’un côté, en panne de gouvernement malgré quatre élections en deux ans et ses encouragements effrénés à l’extrême droite religieuse; de l’autre côté le Hamas, financé par le Qatar, protégé par la Turquie, considéré par les Occidentaux comme une organisation terroriste, qui veut prendre la main aux dépens du Fatah vieillissant et enrôler les jeunes Palestiniens. Cette génération qui en Israël même et en Cisjordanie, rumine ses frustrations, sans espoir, aggravées par la  pandémie et la crise économique. 

Qui peut calmer le jeu, l’angoisse, les  souffrances des populations civiles? Les attaques du Hamas révèlent  l’importance, la puissance de son arsenal – comment le renseignement israélien a-t-il ainsi failli ? L’armée israélienne bombarde, va-t-elle  envahir Gaza, comme il en était question hier ? La communauté  internationale, si ce terme a encore un sens, démontre son impuissance,  Washington son embarras, embarras partagé par les États arabes qui s’étaient rapprochés d’Israël. 

Le Conseil de Sécurité doit se  réunir dimanche, mais ce samedi reste une  journée à haut risque. Que faut-il en  attendre alors que le président israélien lui-même parle de  guerre civile ?

Christine Ockrent reçoit Leïla Seurat chercheure associée au Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions pénales (CESDIP)et à l’Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans (OMAM), co-directrice de “Fragments palestiniens : pouvoir, territoire et société (REMMM, 2020) 

Denis Charbit, professeur de science politique à l'Open University d'Israel, auteur d’un récent article paru à l’automne 2020 dans la revue « Politique étrangère », intitulé "La démocratie israélienne à l’épreuve de Netanyahou"

Vincent Lemire, historien et directeur de l'ouvrage "Jérusalem - Histoire d'une ville-monde" (Flammarion, 2016) 

Fatiha Dazi-Héni, chercheure en sciences politiques, spécialiste des monarchies de la péninsule Arabique et du golfe Persique à l’IRSEM, chargée de cours à Sciences Po Lille, et autrice de "L'Arabie Saoudite en 100 questions" (Tallandier, 2020)

Références

L'équipe

Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Hugo Boursier
Collaboration