Vladimir Poutine participe à une réunion sur la situation sanitaire de la Russie retranché depuis la résidence de Novo-Ogaryovo, le 22 mai 2020
Vladimir Poutine participe à une réunion sur la situation sanitaire de la Russie retranché depuis la résidence de Novo-Ogaryovo, le 22 mai 2020
Vladimir Poutine participe à une réunion sur la situation sanitaire de la Russie retranché depuis la résidence de Novo-Ogaryovo, le 22 mai 2020  ©AFP - Alexey NIKOLSKY
Vladimir Poutine participe à une réunion sur la situation sanitaire de la Russie retranché depuis la résidence de Novo-Ogaryovo, le 22 mai 2020 ©AFP - Alexey NIKOLSKY
Vladimir Poutine participe à une réunion sur la situation sanitaire de la Russie retranché depuis la résidence de Novo-Ogaryovo, le 22 mai 2020 ©AFP - Alexey NIKOLSKY
Publicité
Résumé

Au pouvoir depuis deux décennies, comment le chef d'État russe gère-t-il la crise sanitaire ?

avec :

Irina Lagunina (co-directrice de la Radio Svoboda.), Julien Vercueil (Maître de conférences en sciences économiques, INALCO, Rédacteur en chef adjoint de la Revue de la Régulation), Françoise Daucé (Directrice de recherche à l’EHESS, directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)), Tatiana Kastouéva-Jean (Directrice du Centre Russie/Nouveaux états indépendants de l'Ifri), Benjamin Hautecouverture (Maître de recherches à la Fondation pour la recherche stratégique).

En savoir plus

La Covid-19 ronge les régimes politiques comme elle s’attaque aux individus. Elle vise les organes essentiels, à commencer par la tête. Les systèmes autoritaires n’y échappent pas, et la Russie de Vladimir Poutine en apporte la démonstration. 

Une gestion de crise décentralisée ? 

La pandémie a mis à nu comme ailleurs les défaillances des infrastructures sanitaires, le désespoir des personnels soignants, elle continue ses ravages et personne en Russie ne croit à la véracité de la comptabilité officielle, qui affiche 4.200 morts. Dans une conjoncture défavorable, accélérée par l’affaissement des marchés pétroliers, la crise économique s’aggrave, au détriment d’un secteur privé que le régime néglige au profit des grands groupes publics et parapublics détenus par une poignée de fidèles oligarques. 

Publicité

Comment Vladimir Poutine peut-il rebondir ? La crise sanitaire a-t-elle fragilisé son emprise sur la société russe ou son retrait volontaire témoigne-t-il d’une habileté intacte ? Le maître du Kremlin continue de pousser ses pions sur un échiquier mondial agité, il tient à l’œil Donald Trump, qui dénonce le traité de libre circulation aérienne, renforce sa présence en Lybie, et continue d’agiter au passage tout ce qui peut aider à déstabiliser nos démocraties en Europe.  

Avec Julien Vercueil, professeur de sciences économiques à l’INALCO, auteur de “Économie politique de la Russie, 1918-2018" (Seuil, 2018), Françoise Daucé, Directrice d'études à l'EHESS, directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), autrice de « Être opposant dans la Russie de Vladimir Poutine » (Le Bord de l’eau, 2016), Tatiana Kastoueva-Jean, directrice du centre Russie/Nouveaux États Indépendants à l’IFRI, autrice de « La Russie de Poutine en 100 questions » (Tallandier, version mise à jour prévue pour septembre 2020), Benjamin Hautecouverture, maître de recherches à la Fondation pour la Recherche stratégique, auteur de plus articles récents dans la collection « Notes » de la FRS à propos de l’impact de la crise sanitaire sur les questions stratégiques nucléaires en Iran, Corée du du Nord, et Irina Lagunina, co-directrice de la Radio Svoboda.