Soutenir et aider l'Ukraine

Des habitants reçoivent de l'aide humanitaire à Bakhmut dans la région de Donetsk, le 8 décembre 2022, en pleine invasion de l'Ukraine par la Russie.
Des habitants reçoivent de l'aide humanitaire à Bakhmut dans la région de Donetsk, le 8 décembre 2022, en pleine invasion de l'Ukraine par la Russie. ©AFP - IHOR TKACHOV / AFP
Des habitants reçoivent de l'aide humanitaire à Bakhmut dans la région de Donetsk, le 8 décembre 2022, en pleine invasion de l'Ukraine par la Russie. ©AFP - IHOR TKACHOV / AFP
Des habitants reçoivent de l'aide humanitaire à Bakhmut dans la région de Donetsk, le 8 décembre 2022, en pleine invasion de l'Ukraine par la Russie. ©AFP - IHOR TKACHOV / AFP
Publicité

Une Conférence bilatérale pour la résilience et la reconstruction de l'Ukraine se tiendra à Paris le 13 décembre. Après bientôt dix mois de guerre, c'est tout un pays bombardé qu'il faut reconstruire et tout un peuple qu'il faut aider.

Avec
  • Sébastien Maillard directeur de l’Institut Jacques Delors
  • Constantin Sigov Directeur du Centre Européen à l'université de Kiev et Directeur des éditions « L'esprit et la lettre »
  • Julien Vercueil Maître de conférences en sciences économiques, INALCO, Rédacteur en chef adjoint de la Revue de la Régulation
  • Sylvain Kahn enseignant-chercheur au Centre d'histoire de Sciences Po
  • Ioulia Shukan spécialiste de l'Ukraine, maîtresse de conférences en études slaves à l'Université Paris Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences sociales du Politique.
  • François Grünewald directeur général du groupe URD – Urgence Réhabilitation Développement.

Près de 10 mois de guerre en Ukraine, chaque jour des bombardements russes, en particulier sur les infrastructures énergétiques, et les morsures de l’hiver qui ajoutent aux souffrances et aux difficultés : jour après jour, les Ukrainiens paient au prix lourd leur capacité de résistance.

Mardi prochain à Paris, une conférence pour soutenir la société civile réunira différents acteurs publics et privés, des bailleurs de fonds et des industriels de façon à définir les besoins prioritaires et mieux coordonner leur accès. En toile de fonds, une question centrale : comment concevoir, comment financer, comment organiser la reconstruction d’un pays en ruines qui a désormais vocation, à terme, à rejoindre l’Union Européenne ?

Publicité

Au quotidien, aujourd’hui, la facture acquittée par les Etats-Unis et les Européens pour assurer a minima le fonctionnement du pays est gigantesque. L’acheminement de l’aide humanitaire, la coordination entre agences de l’ONU, ONG occidentales et organisations ukrainiennes se heurtent sur le terrain à de multiples difficultés.

Comment y remédier, quels sont les besoins les plus pressants, surtout dans les parties libérées du Donbass ? Sans préjuger de la durée et de l’issue de la guerre, la Banque Mondiale estime à quelque 349 milliards d'euros le montant nécessaire à sa reconstruction. La Russie doit payer, affirme la Commission européenne qui vise les biens russes gelés en Europe, dont ceux de la Banque Centrale. Qui décidera de l’architecture à mettre en place, la comparaison avec le plan Marshall de 1947 est-elle pertinente ? La perspective d’une adhésion à terme à l’Union permettra-t-elle d’imposer ses normes, d’imperméabiliser les institutions et leur fonctionnement contre la corruption ?

Pour consulter la note de l'URD  Microsoft Word - RappportETRUkraine_06092022_FinalFr.docx (urd.org)

L'équipe