Nos goûts musicaux reflètent-ils vraiment notre personnalité ?
Nos goûts musicaux reflètent-ils vraiment notre personnalité ? ©Getty - SMILE
Nos goûts musicaux reflètent-ils vraiment notre personnalité ? ©Getty - SMILE
Nos goûts musicaux reflètent-ils vraiment notre personnalité ? ©Getty - SMILE
Publicité

Pour cette première émission de la rentrée, Affinités Culturelles se penche sur nos goûts musicaux, pour tenter de comprendre ce que ces derniers peuvent, ou non, raconter de notre personnalité.

Avec

C’est la rentrée, mais c’est encore l’été, avant d’être rattrapés bien assez vite par les sujets qui fâchent ou qui nous inquiètent, prenons le temps d’écouter les derniers chants des cigales et de nous interroger sur nos affinités musicales et de se demander si nos goûts musicaux reflètent notre personnalité ? Qu'est-ce que les musiques qu'on écoute, seul ou avec des amis, en cachette ou en public, en concert ou dans l'intimité d'un salon, sur des enceintes ou à travers un casque, disent de nous ?

58 min

Pour en parler, deux invités. Le premier, Pierre Ducrozet vient de publier son dernier roman Variations de Paul,  aux éditions Actes Sud. Pour ce dernier, "nos goûts musicaux montrent tout le kaléidoscope, toute l’ampleur de notre spectre émotionnel. Tout ce qu’on est on l’est en musique." Il raconte dans ce livre l’histoire d’une famille sur trois générations, sur un siècle et en lien passionnel avec toutes les musiques qui ont marqué ces cent dernières années, de Debussy à Daft Punk. A chaque personnage, une époque, à chaque époque un style musical, et à chaque fois, une deuxième naissance qui s’offre aux protagonistes de ce roman à travers la découverte d’univers musicaux. : "La musique est la monture sur lesquels montent mes personnages. C’est l’histoire d’une famille, et à travers eux j’en suis venu à écrire sur ma propre famille, sur moi, car on est aussi passionné de musique."

Publicité

Pierre Ducrozet nous délivre aussi ses affinités musicales en nous racontant les morceaux de sa jeunesse et ceux de l'âge adulte, en commençant par " Eternal flame " de The Bangles, puis "Clandestino" de Manu Chao qu'il écoutait en arrivant à Barcelone, mais aussi "Someone great" de LCD Soundsysteme ou encore King Gizzard & the Lizard Wizard.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le second invité, Jean-Michel Espitalier vient de sortir l'ouvrages Du rock, du punk, de la pop et du reste , édité chez Pocket. L'auteur, qui affiche 50 ans de rock au compteur, déballe à travers ce récit sa discothèque pour tenter un auto-portait. Un voyage intime et pourtant universel dans les disques, les genres, les titres et artistes qu'affectionnent l'écrivain et qui fait l'éloge de la musique comme art qui nous accompagne dans la vie. Et comme il le raconte bien, "une discothèque est aussi une façon de corriger sa propre personnalité. C’est un autoportrait sur lequel on peut tricher."

Mais une question semble émerger lorsque l'on pense à la manière dans on forge sa personnalité à partir des musiques que l'on écoute et inversement. Se pourrait-il que l'utilisation d'algorithmes sur les plateformes musicales, un des principaux moyens d'écoute de la musique aujourd'hui, puisse nous enfermer dans nos goûts, en limiter la diversité ? C'est la question qu'a posé Marceau Vassy au sociologue Jean-Samuel Beuscart, maître de conférence à Télécom Paris et il explique que contrairement à ce que l'on pourrait croire, "l’usage des algorithmes est minoritaire sur les plateformes. S’en remettre aux algorithmes est un mode d’écoute particulier sur ces plateformes. Le mode classique, dit de choix autonome est encore dominant." De quoi rassurer les plus puristes d'entre nous !

58 min

Et puis en fin d'émission, Oriane Jeancourt, rédactrice en chef du magazine Transfuge, propose à nos auditeurs pour cette rentrée littéraire trois romans coup de cœur que la rédaction du magazine défend dans son numéro de septembre. Il s'agit du Débutant, de Sergueï Lebedev, publié aux éditions Noir sur Blanc, de Moi qui ai souri le premier, de Daniel Arsand, chez Acte Sud et enfin du Magicien de Colm Tóibín paru chez Grasset.

Extraits sonores :

The Limiñanas : " La musique " ( 2022 )

Nu Genea : " Tienaté " ( 2022 )