France Culture
France Culture
Publicité
Philippe Heuzé étudiant
Philippe Heuzé étudiant

Philippe Heuzé étudiant © philippe heuze

Après des études à Henri IV et à la Sorbonne, Philippe Heuzé a choisi d'être professeur de littérature. Il a d'abord exercé au lycée -Vendôme- puis à l'université -Tours, Poitiers, Nantes, la Sorbonne Nouvelle. Il a toujours vivement ressenti la beauté du grec et du latin et l'appel des grands textes de la littérature antique. Ces chefs-d'oeuvre ne sont pas réservés à la science des érudits, mais ils sont de plein droit au nombre de ceux dont il importe de maintenir la connaissance. Il s'est particulièrement intéressé aux images et au jeu du langage, ce qui l'a conduit à l'art et à la rhétorique. Dans l'art antique, principalement la peinture romaine et campanienne . Quant à la rhétorique, elle est l'instrument nécessaire à l'étude de l'expressivité du langage. Ces chemins conduisent naturellement à la poésie. L'essentiel de ses recherches porte sur le plus grand poète de la latinité, Virgile, dont l'oeuvre n'a jamais cessé sur deux mille ans de nourrir la création littéraire, picturale et musicale, source toujours jaillissante et, semble-t-il, inépuisable. Bibliographie : "L'image du corps dans l'oeuvre de Virgile", 1985, Ecole française de Rome "Pompei ou le bonheur de peindre", 1990, De Boccard, Paris "Virgile, L'Enéide", 1999, Ellipses Traductions : "Ovide, Amours", 1996, Rivages-poche (en collaboration) "Virgile, Géorgiques", 1997, La Salamandre (en collaboration) Nombreux articles : "Artistes contemporains en quête d'antiquité" (1990) ; "Une image de la mort" (1991) ; "Une forêt de symboles" (1993) ; "Sur trois belles Romaines" (1996) ; " Des figures qui dessinent" (1999) ; "Le poulain vert" (2004) ; "Le buisson sanglant" (2007).

Publicité