Un surfeur
Un surfeur ©Getty - Fabio Principe / EyeEm
Un surfeur ©Getty - Fabio Principe / EyeEm
Un surfeur ©Getty - Fabio Principe / EyeEm
Publicité

Le navigateur et le surfeur cherchent-ils à maîtriser les océans, ou bien à épouser le mouvement des vagues dans un rapport contemplatif et respectueux ? Et si naviguer, surfer, c'était danser avec un partenaire, l'océan, qui est, et ne cessera jamais d'être, une altérité radicale pour nous ?

Avec

Yannick Bestaven, navigateur et skipper professionnel français, arrivé troisième mais déclaré vainqueur du Vendée Globe 2020-2021 après compensation de temps, vainqueur de la Transat 6.50 en 2001 et deux fois vainqueur de la Transat Jacques-Vabre.

Roberto Casati, philosophe et directeur de recherche au CNRS.

Publicité

Guillaume Durand, maître de conférences en philosophie, spécialisé en bioéthique, à Nantes Université.

Les multiples facettes de l'océan :

"L'océan a des visages et des figures différents. Chaque luminosité, chaque état de mer, chaque dépression de mer ou anticyclone est différent d'un jour à un autre. L'océan est un grand désert liquide qui est tout le temps en mouvement. En mer, il y a beaucoup d'imprévus, et le lendemain ne ressemble jamais à la journée passée." Yannick Bestaven

Le point Nemo :

"Aujourd'hui, le premier danger pour le point Nemo, ce n'est pas tellement la mer. Il est vrai que ce point est éloigné de toutes les terres, et notamment de toutes les terres qui sont habitées. Il est très compliqué d'organiser un secours pour quelqu'un qui serait en difficulté à cet endroit. Mais le premier danger vient en vérité du ciel. En effet, le point Nemo a été choisi par des traités internationaux comme la poubelle de l'espace. C'est là qu'on fait échouer tous les satellites qui ne sont pas utilisables. Il y a 300 grosses carcasses spatiales qui s'y trouvent. C'est presque un viol de l'océan." Roberto Casati

"On ne surfe jamais deux fois la même vague"

"En tant que philosophe, ce qui est intéressant, c'est qu'on ne surfe jamais deux fois la même vague. Je retrouve dans l'océan ce que j'ai au départ recherché en philosophie. On fait l'expérience de l'unique, de l'original, du changement perpétuel. C'est aussi ce qui fait du surf l'un des sports les plus difficiles car on ne peut jamais anticiper une session. (...) En tant qu'être humain, je recherche la connexion avec la nature. Le surf n'est pas uniquement une expérience individuelle, un dépassement de soi. C'est aussi faire l'expérience d'une unité." Guillaume Durand

Bibliographie

Sons diffusés

  • Mix d'ouverture réalisé par Laurence Malonda : extrait de La chèvre réalisé par Patrice Leconte ; extrait de OSS 117 : Le Caire, nid d'espions, réalisé par Michel Hazanavicius ; extrait de Liberté-Oléron, réalisé par Bruno Podalydès ; extrait de Les Visiteurs 2 : Les couloirs du temps, réal Jean-Marie Poiré ; extrait de la chanson Rien que l'eau de Véronique Sanson ; extrait de Manon des sources, réalisé par Claude Berri ; extrait de Ne réveillez pas un flic qui dort, réalisé par José Pinheiro ; extrait de Brice de Nice, réalisé par James Huth ; extrait de Pirates des Caraïbes, réalisé par Gore Verbinski.
  • Extraits du documentaire Les rêves ne meurent jamais, réalisé par Sébastien Blémon, 2021
  • Musique Surfin' U.S.A, The Beach Boys, 1963
  • Extrait du film Vaiana : La Légende du bout du monde, studios Disney, réalisé par Ron Clements et John Musker, 2016

L'équipe