La maladie nous enseigne-t-elle quelque chose ?
La maladie nous enseigne-t-elle quelque chose ? ©Getty - Malte Mueller
La maladie nous enseigne-t-elle quelque chose ? ©Getty - Malte Mueller
La maladie nous enseigne-t-elle quelque chose ? ©Getty - Malte Mueller
Publicité

Face à des individus malades, souffrants, nous pouvons éprouver de l'empathie. Celle-ci permet-elle de mieux comprendre la maladie et ses conséquences sur la vie quotidienne des malades ?

Avec

Claire Marin, professeur de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles, membre associé de l’ENS, directrice de la collection “Philophile” aux éditions Gallimard.

Martin Dumont, maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil et responsable de la Chaire de philosophie à l’Hôtel-Dieu (AP-HP-ENS).

Publicité

Thomas Bonnin, chercheur post-doctorant en philosophie des sciences à l'Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques à Paris.

Tomber malade :

"Tomber malade renvoie au sentiment de dégradation et, pour reprendre les mots d'Havi Carel, de "rétrécissement". Non seulement on tombe, mais on tombe dans une espèce de puit. Le processus de la maladie est un processus où s'accumule les expériences de perte. C'est une dégradation au sens où on va sûrement devoir renoncer à une partie de sa vie professionnelle, sociale ou encore familiale. Ces différentes étapes peuvent donner un sentiment de chute." Claire Marin

L'expérience de la maladie d'Havi Carel :

"La lecture du livre d'Havi Carel, La maladie : le cri de la chair, est un moment fort, celui d'une rencontre avec un récit avec lequel on peut s'identifier, aussi ne pas être familier, et qui apporte beaucoup. Ce que je trouve très intéressant dans le livre d'Havi Carel, et je pense que c'est son intention vis-à-vis des patientes et des patients qui le lisent, c'est de se servir de son expérience, et de vivre sa maladie comme une ouverture, comme une manière de redéfinir son rapport au monde et ses projets." Thomas Bonnin

L'apport des récits des personnes malades :

"Les récits des personnes malades sont essentiels pour eux. Néanmoins, ce n'est pas évident de les faire entendre. Cela demande tout un travail. Il y a aussi des incompréhensions. Il est compliqué de faire entrer des professionnels du soin, pas seulement les médecins mais les soignants, dans une autre logique à laquelle ils sont en droit très ouverts, mais qui les confrontent à de multiples obstacles dans les faits." Martin Dumont

Bibliographie

Sons diffusés

  • Extrait du film 120 battements par minute, film de Robin Campillo, 2017
  • Archive de Susan Sontag, "A voix nue", France Culture, le 5 janvier 2001
  • Archive de Ruwen Ogien, "La Grande table des idées", France Culture, le 22 février 2017
  • Musique de Rita Mitsouko, Marcia Baila, 1984

L'équipe