Portrait de Elfriede Jelinek (nee en 1946), femme de lettres autrichienne - dessin de Ewa KLOS
Portrait de Elfriede Jelinek (nee en 1946), femme de lettres autrichienne - dessin de Ewa KLOS
Portrait de Elfriede Jelinek (nee en 1946), femme de lettres autrichienne - dessin de Ewa KLOS  ©AFP - ©Ewa KLOS/Leemage
Portrait de Elfriede Jelinek (nee en 1946), femme de lettres autrichienne - dessin de Ewa KLOS ©AFP - ©Ewa KLOS/Leemage
Portrait de Elfriede Jelinek (nee en 1946), femme de lettres autrichienne - dessin de Ewa KLOS ©AFP - ©Ewa KLOS/Leemage
Publicité
Résumé

Ici s'élève la voix de celle qui a rejoint le royaume des morts suite à la morsure de l'aspic. Eurydice est l''être qui n'est plus et qui proclame loin des clameurs de la foule : "Je ne suis plus rien. Je suis." Émancipée, elle envisage sa vie d'ombre comme une échappatoire à l'aliénation terrestre.

avec :

Anne-Lise Heimburger (comédienne).

En savoir plus

Dans Ombre (Eurydice parle) s’élève la voix de celle qui rejoint le royaume des morts, suite à la morsure de l’aspic. Elle est le rien, l’être qui n’est plus et le proclame loin des clameurs des foules : "Je ne suis plus rien. Je suis." Libérée car délestée de son apparence et de la dépendance, elle envisage sa vie d’ombre comme une échappatoire à l’aliénation terrestre. 

Écrivaine restée dans l’ombre de son mari rockeur, Eurydice dresse un portrait acerbe d’Orphée en pop star, ivre des feux de la rampe et des cris de ses groupies. En glissant chez les ombres, elle ne pourra plus "se mettre au fourneau ni travailler à son manuscrit tout juste commencé"… Fanatique de mode, cette Eurydice d’aujourd’hui est une acheteuse compulsive, pour n’être finalement plus que revêtement, enveloppe, dépouille, avec un profond sentiment de délivrance. Apparence qui dit le vrai et déjoue les hypocrisies, elle est l’envers du décor, le contre-pied du récit ancestral, celle qui écrit sa propre histoire contre l’injonction patriarcale du mythe, l’être qui a enfin pris possession de soi-même et de son corps, maintenant qu’ils ne sont plus. 

Publicité

Entrelaçant à sa manière paroles mythologiques, discours politiques, théories psychanalytiques, paroles toute faites, langages publicitaires et autres embrigadements de la langue, dans un flux de mots et d’images crues et saisissantes, Elfriede Jelinek donne libre cours à cette voix féminine longtemps restée dans l’ombre. 

Ombre (Eurydice Parle), d’Elfriede Jelinek est une fiction enregistrée en public, à Avignon en 2018.

En savoir plus : Jamais née
58 min

Réalisation : Christophe Hocké ; traduit de l’allemand par Sophie Andrée Herr et publié chez L’Arche éditeur ; extraits choisis par Guillaume Poix. 

Avec : Anne-Lise Heimburger ; musique : Mathias Delplanque. 

Assistant à la réalisation : Pablo Valero ; équipe technique : Christophe Michoux et Nicolas Depas-Graf. 

Christophe Hocké est issu d’une formation musicale classique au Conservatoire, il étudie ensuite les Lettres modernes et l’Art dramatique. Metteur en scène, comédien et musicien, il travaille en Allemagne et en France. Il réalise des fictions à France Culture et France Inter depuis 2015.

Références

L'équipe

Christophe Hocké
Réalisation
Blandine Masson
Blandine Masson
Blandine Masson
Coordination
Caroline Ouazana
Coordination
Mary Simon
Collaboration