De l’Allemagne, Mme de Staël et Napoléon

Madame de Staël en Corinne (1807), Firmin Massot, huile sur bois - Collection du château de Coppet (Suisse)
Madame de Staël en Corinne (1807), Firmin Massot, huile sur bois - Collection du château de Coppet (Suisse) - Wikimedia Commons
Madame de Staël en Corinne (1807), Firmin Massot, huile sur bois - Collection du château de Coppet (Suisse) - Wikimedia Commons
Madame de Staël en Corinne (1807), Firmin Massot, huile sur bois - Collection du château de Coppet (Suisse) - Wikimedia Commons
Publicité

Pour cette 5e et dernière émission, Michel Winock vous propose de nous parler de "De l'Allemagne" qui a été imprimé en 1810 mais aussitôt saisi, pilonné, interdit, par les agents de Napoléon. Rappelons que depuis 1803 Madame de Staël a été chassée de Paris, à plus de 160 km.

Avec
  • Stéphanie Genand Professeur à l'Université de Bourgogne, spécialiste de la littérature du XVIII° siècle, présidente de la société des études Staëliennes

Quelle raison a poussé Madame de Staël a écrire ce livre ?

On pourrait dire que "De l'Allemagne" est un texte paradoxal dans le corpus staëlien ; c'est certainement son plus grand texte, elle le présente elle-même comme "son testament", je reprends sa formule, et pour autant ce n'est pas un texte qui semble avoir été anticipé. Stéphanie Genand

Publicité

**"**De l'Allemagne" naît d'une circonstance fortuite qui est l'exil. Stéphanie Genand

"De L'Allemagne" de Madame de Staël édition de 1813
"De L'Allemagne" de Madame de Staël édition de 1813
- Wikimedia Commons

L'équipe