Yannick Haenel, 2018
Yannick Haenel, 2018 - Leonardo Cendamo / Contributeur
Yannick Haenel, 2018 - Leonardo Cendamo / Contributeur
Yannick Haenel, 2018 - Leonardo Cendamo / Contributeur
Publicité

Pour ouvrir cette nouvelle saison, réflexion autour de la valeur insensée de l'argent, à travers le regard d'un banquier philosophe.

Avec

Peut-on sortir du capitalisme? Plongée dans une succursale de la Banque de France suite au 15 août 1971, date de la suspension de la convertibilité du dollar en or, avec un jeune banquier : Georges Bataille, homonyme du célèbre auteur de La Part maudite (1949). Avec Le Trésorier-payeur (Gallimard, 18 août), Yannick Haenel propose une forme de méditation farfelue mais non moins sérieuse, plaçant un personnage un peu anarchique et très poétique au cœur du système capitaliste. Une biographie imaginaire du célèbre auteur et philosophe Georges Bataille.

Une première émission qui permet aussi de se questionner : que signifie écrire des romans ? Pour notre invité, il s'agit presque d'un exercice spirituel "au plus près de l'insaisissable". La rentrée littéraire, attendue chaque année, est aussi le moment de porter un livre auquel on croit. Une "fête" au cours de laquelle le public s'intéresse aux nouvelles publications.

Publicité

A noter, Yannick Haenel est l'invité fil rouge des Rencontres de Chaminadour (15-17 septembre 2022, Guéret). Pour leur 17e édition, celles-ci rendront hommage à Georges Bataille et à Michel Leiris.

Extraits sonores :

  • Selah Sue, reprise de "Lovefool" des Cardigans (1996). Elle sera en concert à Talence (33) le 9 septembre, à Brétigny-sur-Orge (91) le 10 septembre à l'occasion de la Fête de l'Humanité et à Saint-Germain-en-Laye (78) le 2 octobre.
37 min

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Sébastien Thème
Sébastien Thème
Sébastien Thème
Collaboration
Henri Le Blanc
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laura Dutech-Perez
Collaboration
Anouck Delfino
Collaboration
Théa Corler
Collaboration
Zohra Vignais
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation