Gardien du site de Rethondes dans la forêt de Compiègne, et « gueule cassée » de la Grande Guerre (photo prise à Rethondes le 11 novembre 1927)
Gardien du site de Rethondes dans la forêt de Compiègne, et « gueule cassée » de la Grande Guerre (photo prise à Rethondes le 11 novembre 1927) ©AFP - PHOTO STRINGER / FRANCE PRESSE
Gardien du site de Rethondes dans la forêt de Compiègne, et « gueule cassée » de la Grande Guerre (photo prise à Rethondes le 11 novembre 1927) ©AFP - PHOTO STRINGER / FRANCE PRESSE
Gardien du site de Rethondes dans la forêt de Compiègne, et « gueule cassée » de la Grande Guerre (photo prise à Rethondes le 11 novembre 1927) ©AFP - PHOTO STRINGER / FRANCE PRESSE
Publicité

1921. La chirurgie maxillo-faciale accomplit des miracles de reconstruction des « gueules cassées », mais non sans un certain coût, que la plupart de ces anciens combattants ne peuvent s'offrir. Le Figaro lance un appel aux dons afin de financer les soins à ces "mutilés de la face".

Avec

En 1920 est fondée à Paris une association caritative destinée à venir en aide aux quelque 10 000 gueules cassées ou "mutilés de la face" de la Première Guerre mondiale. Si le conflit a permis à la chirurgie maxillo-faciale de réaliser des progrès techniques considérables, les greffes, prothèses et autre suivi post-opératoire restent des soins coûteux que la plupart des anciens combattants ne peuvent s'offrir. Un an plus tard, dans un article paru le 30 octobre 1921, le Figaro lance un appel aux dons.

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Production
Aurélie Marsset
Collaboration
Séverine Liatard
Production déléguée
Victor Macé de Lépinay
Production déléguée
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Collaboration
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Anaïs Kien
Production déléguée